Squid Game : une arnaque à la cryptomonnaie

 Squid Game : une arnaque à la cryptomonnaie

Il y a encore une dizaine d’années, la cryptomonnaie n’existait pas. Aujourd’hui, elle affole le marché. En 2019, le ministère de l’Économie et des Finances en dénombrait plus de 2 900, sans avoir réalisé de mise à jour depuis. À l’heure actuelle, il y a plus de 8 050 cryptomonnaies répertoriées sur Coinmarketcap.

Néanmoins, quelques dizaines seulement peuvent être qualifiées de cryptomonnaies populaires telles que Bitcoin, Ethereum, Dogecoin, Binance Coin, Ripple… avec bien sûr Bitcoin qui se place en tête de liste. En effet, le Bitcoin en particulier concentre les attentions, il bat successivement des records de prix et rapporte beaucoup aux investisseurs.

Et parallèlement, Bitcoin et arnaque peuvent être aussi un sujet populaire. Un escroc peut disparaître du jour au lendemain après que vous ayez envoyé de l’argent pour investir dans le Bitcoin. Et particulièrement ces dernières années, l’arnaque au Bitcoin et aux cryptomonnaies s’est vue répartie à la hausse.

Plus récemment, une arnaque à la crypto monnaie a profité de la popularité de la série Netflix Squid Game. Un ou des arnaqueurs, car jusque-là on n’en sait rien de plus et même qu’on ne le saura peut-être plus jamais ont créé une nouvelle cryptomonnaie « Squid Game » et se sont volatilisés avec pas moins de 3,4 millions de dollars après un peu plus de dix jours d’activité. Décryptage.

 

Lire plus : Avis d’expert sur les cryptomonnaies : histoire, enjeux et limites 

 

Avec cette arnaque à la crypto monnaie Squid Game, ses créateurs ont disparu avec un butin de plus de 3,4 millions de dollars !

Lancée en octobre, la crypto Squid Game était présentée comme une monnaie qui pourrait être utilisée dans un nouveau jeu en ligne inspiré de la série à succès, et qui devrait sortir en novembre. Les créateurs de la crypto ont notamment profité du buzz autour de la série en vogue chez Netflix.

Cela a même attiré l’attention de médias comme la CNBC ou encore la BBC, et avait été très mis en avant par plusieurs médias de différents pays. Le site crypto se targuant de compter Netflix parmi ses partenaires. D’ailleurs, son PDG aurait travaillé cinq ans chez Netflix tandis que le responsable du marketing aurait à son actif 8 ans d’expérience chez le géant Amazon.

La monnaie numérique avait alors connu une flambée de sa valeur dès son lancement. Mardi 26 octobre, la crypto Squid Game se négociait à seulement 1 centime. Moins d’une semaine plus tard, son prix avait bondi à plus de 2856 dollars (2465 euros), selon les données du site spécialisé dans les cryptomonnaies CoinMarketCap.

Quelques jours plus tard, ce fut le moment qu’ont choisi les auteurs de l’arnaque à la crypto monnaie pour revendre brutalement l’ensemble des actifs. Le jeton coûtait alors 2 861 dollars alors qu’il avait débuté à 1 centime. Le site Web de présentation a disparu, tout comme ses pages et profils sur les réseaux sociaux. Entre-temps, les créateurs anonymes de la monnaie Squid Game ont empoché pas moins de 3,4 millions de dollars (2,9 millions d’euros) selon le site d’enregistrements de transaction BscScan.

Très tôt, de nombreux experts et sites spécialisés ont sonné l’alarme vis-à-vis de la crypto Squid Game. En effet, de nombreux indices laissaient penser que cette crypto monnaie est une arnaque. En premier lieu, le site de présentation de la cryptomonnaie a été créé à la va-vite, rien qu’en jugeant sa structure et pire encore avec le contenu aux nombreuses fautes d’orthographe.

Ce qui est aussi étrange, ce n’est qu’aucun des membres de la supposée équipe derrière la crypto Squid Game ne semblait avoir d’existence ailleurs que sur son site Web. Le compte Twitter de ladite société ne laissait d’ailleurs pas la possibilité aux internautes de commenter ses posts. Pour vérifier la véracité du prétendu partenariat avec Netflix, certains sites spécialisés ont contacté directement Netflix et ce dernier avait confirmé n’avoir aucun partenariat avec ce site.

Mais ce qui aurait vraiment dû mettre la puce à l’oreille, c’est que la cryptomonnaie ne permettait pas à ses acheteurs de la vendre ou de la convertir en une autre monnaie numérique ou en dollars. Pour se la procurer, il était nécessaire de passer par un service spécifique baptisé Pancake Swap, mais comme le notait CoinMarket Cap, plusieurs personnes avaient alerté sur le fait que ce service ne fonctionnait pas dans le sens inverse, comme il était supposé le faire. Contrairement aux autres cryptomonnaies, la crypto Squid Game n’est disponible sur aucune plateforme traditionnelle.

 

Lire plus : Guerres des cryptomonnaies ou des données privées ? 

 

Crypto monnaie et arnaque vont malheureusement souvent de pair !

Depuis le début, l’univers des cryptomonnaies regorge d’arnaques et est souvent détourné à des fins d’escroquerie.  Ce n’est pas la première fois ni la dernière fois que le monde de la crypto est le théâtre de ces types de fraudes. Toutefois, il faut avouer que des arnaques comme celles du Squid Game reposent sur des mécaniques bien rodées. Les auteurs ont réalisé ce qu’on nomme un « Rug Pull » dans le jargon, retirant littéralement le tapis sous le pied de ceux qui ont investi. Ce ne fut alors qu’une question de temps avant que les premiers acheteurs constatent qu’ils sont dans l’impossibilité de revendre leurs jetons et donc d’empocher d’hypothétiques plus-values liées à la hausse virtuelle du cours de la cryptomonnaie.

Les arnaques prennent souvent la forme de plateformes qui n’existent pas. Cela démarre en général par une bannière publicitaire et de l’hameçonnage, sur les réseaux sociaux ou par mail. Souvent, des noms de célébrités issues du monde de la télévision ou du sport sont mises en avant, avec parfois même de faux compte-rendu d’émissions télé. Et comme le Bitcoin a été la première monnaie électronique et demeure la plus importante et la plus connue, il est tout à fait normal que ce soit l’arnaque au Bitcoin qui est aussi la plus répandue.

 

Lire plus : GameStop ou la révolte des petits investisseurs face aux grands fonds spéculatifs 

Rédacteur en chef adjoint pour Planète Grandes Ecoles et Mister Prépa. J'aime écrire et si vous me lisez c'est que vous êtes au bon endroit :)