Sarah – « Le Master de Sciences Po m’a emmenée à l’autre bout du monde »

 Sarah – « Le Master de Sciences Po m’a emmenée à l’autre bout du monde »

Si les écoles de commerce proposent de belles formations dans les domaines très corporate, une autre institution prestigieuse, Sciences Po Paris, n’est pas en reste. Lancée en 2016, l’Ecole du Management et de l’Innovation de la rue Saint Guillaume entend former de futurs professionnels du secteur privé (Finance, conseil, marketing, communication etc.).  Sarah, fraîchement diplômée du Master en Marketing nous parle aujourd’hui de son parcours à Sciences Po et de comment son école lui a permis d’enchaîner de belles expériences à l’international, dans un secteur pour le moins… créatif !

Bonjour ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Sarah, j’ai 25 ans. Après un bac littéraire à Montpellier, j’ai intégré Sciences Po Paris en 2016 et j’ai suivi en parallèle une licence en littérature avec Paris 4. En 3ème année, je suis partie aux Etats-Unis à San Francisco dans le cadre d’un échange à la University of San Francisco. Je suis ensuite rentrée suivre un Master en Marketing à Sciences Po. J’adore voyager ! J’ai d’ailleurs eu depuis différentes expériences dans les domaines du marketing et du design à San Francisco, New York, Los Angeles et Paris.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Sciences Po ?

En terminale j’avais postulé également dans de bonnes prépas littéraires parisiennes puis j’ai finalement opté pour Sciences Po étant donné que j’ai été admise en double cursus Sciences Po – Paris Sorbonne (Histoire de l’Art et et de la mode). J’ai très vite senti que Sciences Po était une institution très complète avec ses différentes écoles et que cela allait me permettre d’ouvrir un champ des possibles énorme ! La grande panoplie de débouchés professionnels m’a aidé à prendre mon temps pour bien maturer mes projets et ne pas me précipiter.

Les cours en Master, c’était comment ?

J’ai suivi le Master en Marketing de l’Ecole du Management et de l’Innovation de Sciences Po. J’ai beaucoup aimé mes cours en Master. Les professeurs étaient vraiment engagés, n’étaient pas là simplement pour nous projeter un diaporama ! Bien plus que cela, une grande majorité de nos enseignants étaient non seulement des professionnels, mais surtout des personnes très reconnues dans leur domaine, de vrais experts. C’est ce qui m’a vraiment plu dans ce Master, de grands noms en plein coeur du secteur professionnel dans lequel ils enseignent ! Des profils très pertinents. Les cours sont donc très opérationnels et permettent d’être bien préparés aux enjeux des secteurs que l’on vise. Par exemple je me souviens du cours sur les métiers de la mode avec Laurence Benaïm (journaliste et écrivain française spécialisée dans le domaine de la mode, également biographe d’Yves Saint Laurent), au sein duquel elle faisait venir à chaque session des invités qui nous parlaient de leur parcours, de leurs expériences terrain etc. Donc Sciences Po nous apporte un gros réseau de professeurs et d’intervenants, c’est certainement ce qui en fait une école référence !

Comment décrirais-tu l’ambiance au sein de Sciences Po Paris ?

Je trouve que l’ambiance est bonne ! En Master c’est un peu différent. Après le bac, c’est vraiment une promo : tout le monde se connaît, il y a vraiment une période d’intégration et la promo se suit d’année en année. En Master, les gens sont plus âgés, ont déjà plus de recul sur leur parcours et sont vraiment là pour le côté professionnel, donc l’esprit de promo est peut être un peu moins poussé mais de manière générale l’ambiance est agréable. Dans notre promo nous étions 40 à 45, les cours se font soit en amphi soit en classe de 20 environ, selon les électifs.

Les associations sont bien développées à Sciences Po, j’étais Présidente de l’association Sciences Po Mode (conférences régulières, organisation de défilés avec des élèves de l’école de mode etc.). L’organisation d’événements est assez facile à mettre en place à Sciences Po mais demande quand même beaucoup de travail !

Qu’as-tu fait au cours de ta 3ème année, à l’étranger ?

Je suis partie 1 an à San Francisco, je suivais des cours de publicité, graphisme, design. Le courant est très bien passé avec ma prof de design de là-bas, elle a fini par me proposer de faire un stage de 6 mois dans sa Start-up, Modsy, qui opère dans le design d’intérieur. Me voilà donc partie à gérer ma vie entre mes cours à l’université et ce stage ! Complètement inattendu ! À mon arrivée, nous étions 10, à mon départ nous étions 50 ! J’assistais la directrice style à raffiner le Quizz personnalisé pour les clients et à créer des catalogues de collection et des listes de fournisseurs adaptés aux goûts du client. Tout se passait avec des logiciels de modélisation 3D pour designer les espaces d’intérieur, un peu comme dans Les Sims ! Bref, du design pur !

Siège social créatif de Vans, à Costa Mesa (Californie)

Tu as vécu à New York, San Francisco, Los Angeles à 22 ans seulement…Peux tu nous en dire plus ? 

En effet ! Pendant mon année de M1, l’école a effectué un partenariat avec Parsons School of Design à New York, j’ai postulé pour y partir l’année suivante et j’ai été retenue ! L’année après mon M1, j’ai effectué une césure. Je m’envolais donc pour New York le temps d’un semestre. La ville est immense, la culture et la mode sont extrêmement riches, la vie est intense. Je suivais des cours en marketing de mode, dessin et un cours en studio dans l’école des Beaux Arts de Parsons. C’est vraiment une école de mode et de design à la New Yorkaise. Je suis restée à New York de Janvier 2018 jusqu’à Mai 2018 et en parallèle j’ai fait un stage en cabinet de tendance. Je suivais à la fois mes cours à Parsons donc et ce stage ! Ce fut une expérience très intéressante. Pendant ce semestre, les équipes de VANS étaient venues pour un événement carrière organisé par PARSONS, un espèce de forum des métiers où les marques viennent pour présenter leurs offres, ce qui m’a permis de trouver mon stage d’été, chez VANS donc, à Los Angeles.

À San Francisco et Los Angeles il y a un cadre de vie très posé, assez chill on va dire. À New York, c’est beaucoup plus la course, avec un rythme de vie très particulier. En habitant à Los Angeles je me suis rendue compte que le centre artistique des Etats-Unis se déplace de plus en plus de New York à Los Angeles, les marques peuvent aussi s’installer plus facilement.

J’ai donc candidaté chez VANS pour les rejoindre entre Mai et Octobre 2018, à Los Angeles. C’était un poste de Footwear Design Associate « coloriste » qui définit les thèmes de collection et les tendances émergentes pour créer de nouvelles collections, dans le même registre que ce que peuvent faire les cabinets de tendance. Tout l’enjeu est de savoir sentir les tendances, repérer des signaux faibles etc. Nous sommes partis dans le Sud des Etats-Unis (Atlanta – Nashville – Asheville, ville du Blackmountain College) dans le cadre d’un voyage d’inspiration pour réfléchir aux collections 2020 (alors que nous étions en 2018, les collections se travaillent à N-2). Nous multipliions les visites culturelles, prenions beaucoup de photos aussi. Nous avions senti de fortes tendances autour de la communauté, du resserrement des liens, de la montée des fractures en termes économiques que nous allions ensuite faire remonter aux équipes pour le design de nouveaux modèles.

Quelles différences entre le marketing et la communication ?

Je dirais que le marketing vient avant la communication. Je pense que quelqu’un qui fait du marketing peut faire de la communication plus facilement que l’inverse.

Dans le marketing on part des consommateurs, on essaie de ressentir ce qui ressort de leurs interactions et à partir de cela on développe un produit.

Dans la communication on travaille à partir du moment où le produit est déjà fini, on va peut être un peu moins en profondeur.cab

Benjamin HAUTIN

Étudiant en Master finance & stratégie, j'ai à coeur de vous aider à décrypter le monde pro !