Qui sont les fondateurs d’Uber ?

 Qui sont les fondateurs d’Uber ?

Uber, première plateforme de mise en relation entre les VTC et particuliers, a connu une ascension fulgurante et a su se diversifier pour rester l’un des leaders sur le marché de la livraison. 

 

Les fondateurs et leur parcours

Travis Kalanick est né en 1976 à Los Angeles. Il a étudié l’informatique et en 2001 il crée une startup de partage de fichiers de pair à pair nommée Red Swoosh. Il la revendra 6 ans plus tard pour 23 millions de dollars. Il lance Uber en 2010 à San Francisco, en 2014 la startup de VTC est valorisée à 40 milliards de dollars. En 2017, Travis Kalanick démissionne d’Uber suite à plusieurs enquêtes mettant en évidence des infractions dans des bureaux de la société à travers le monde. Il dit détester le socialisme, la régulation, croit en la « destruction créatrice » de Schumpeter et compte démontrer l’efficacité absolue du marché.

En 2020, l’entreprise est valorisée à plus de 56 milliards de dollars (52 milliards d’euro), mais doit faire face à une mauvaise réputation. 

Garrett Camp est un entrepreneur canadien, cofondateur et fondateur de plusieurs start-up dont Uber. Il est diplômé d’ingénierie en électronique, logiciel et algorithmes évolutifs. En 2015, il est le troisième canadien le plus riche. Plus tard, il a rejoint The Giving Pledge en donnant la moitié de sa richesse à des œuvres caritatives. 

Oscar Salazar est le CTO d’Uber et a contribué à la conception de l’architecture de la plateforme. Il est diplômé en ingénierie électrique et informatique (Université de Calgary, Canada) et possède un doctorat en télécommunication (ParisTech, France). En 2010, il fonde Citivox, une technologie permettant aux organisations non-gouvernementales et aux particuliers de surveiller et de signaler les fraudes électorales, la criminalité et les problèmes d’infrastructures au Mexique. 

 

Lire plus : Qui sont les fondateurs de Netflix ? 

 

Les débuts d’Uber

L’idée d’Uber est apparue lorsque Travis Kalanick et son ami Garrett Camp sortaient de la conférence parisienne LeWeb en 2008, après la vente de Red Swoosh. Dans un premier temps, Camp pensait créer un service de réservation de limousine depuis son téléphone. Puis, ils se sont rendu compte du coût trop élevé de l’achat de plusieurs limousines et ont donc pensé aux VTC (Véhicule de Transport avec Chauffeur). Le site de covoiturage Lyft a poussé les deux entrepreneurs a accéléré la mise en place d’Uber. C’est ainsi qu’en 2010 l’application fait son apparition sur nos smartphones avec au début des prix imbattables. 

 

Uber : un concept et une montée fulgurante

Le modèle Uber repose sur l’offre et la demande. Ses tarifs ne sont pas fixes car ils dépendent du nombre de clients à un moment T donné. C’est pour cela que la plateforme est capable de proposer des prix moins chers que les taxis. D’un côté, les passagers génèrent la demande, de l’autre les chauffeurs répondent à cette demande et Uber facilite la mise en relation. L’entreprise propose de géolocaliser le véhicule le plus proche de soi pour réserver rapidement une course. Concernant le paiement, il n’y pas d’échange direct entre clients et chauffeur mais c’est bien la plateforme qui réalise un prélèvement bancaire à la fin de la course. 

Les chauffeurs doivent remplir plusieurs conditions pour s’enregistrer sur la plateforme notamment au niveau de leur véhicule. Une fois cette étape réalisée, ils sont indépendants et n’ont aucun lien juridique avec l’entreprise. Il n’y a pas de contrat de travail ni de statut de salariés donc aucune couverture sociale concernant les arrêts maladie, le chômage ou la retraite. En France, les chauffeurs Uber sont souvent sous le régime de micro-entrepreneurs. La société prélève une commission de 20% sur chacune de leur course. Ce phénomène de l’économie à la tâche est contesté dans de nombreux pays et plusieurs procès ont eu lieu. 

Uber a été introduit à la bourse de Wall Street le 10 mai 2019 avec un prix de départ de 42 dollars (3 dollars en dessous de ce qui était prévu). 

La plateforme a su se diversifier avec Uber Eats en 2016 (livraison de nourriture à la demande) et Uber Freight en 2017 (camionnage à la demande) 

 

Lire plus : Ubérisation et industrie 2030 : quatre scénarios d’évolution envisageables

 

Un groupe controversé

Uber pose problème pour les chauffeurs qui ne sont pas sous contrat de travail et donc moins protégés que des chauffeurs de taxi par exemple. Ils souhaiteraient avoir le droit à des pourboires, la sécurité sociale et pourquoi pas à des syndicats.  

En janvier 2017, le hashtag DeletUber (supprimez Uber) apparaît sur Twitter. Il permet de protester contre le fait que l’un des fondateurs, Travis Kalanick, avait soutenu le décret anti-immigration de Donald Trump en tentant de faire obstacle à la grève. En effet, Uber a annoncé une baisse de ses tarifs pendant l’heure de la grève, pénalisant les chauffeurs de taxi manifestants contre le Muslim Ban promulgué par Donald Trump.

La culture d’entreprise d’Uber est aussi critiquée, notamment suite à la révélation de plusieurs cas d’agression sexuelles au sein des bureaux du groupe. Suite à cela, Travis Kalanick a décidé de démission en 2017.