Conférence de Jean Pierre Raffarin à Neoma

 Conférence de Jean Pierre Raffarin à Neoma

Homme politique majeur de ces dernières décennies, Jean Pierre Raffarin fut Premier Ministre de Jacques Chirac de 2002 à 2005. Lors d’une conférence exceptionnelle à Neoma Reims, l’ancien Vice-Président du Sénat a livré son regard sur l’exercice du pouvoir en France et à l’international. L’occasion de revenir avec humour et précision sur ses 44 ans de vie politique. 

 

Lire plus : Le changement climatique en 6 points clefs

 

Quelle définition du leadership ? 

En introduction de sa conférence, Jean Pierre Raffarin nous a livré sa propre définition du leadership. Pour lui, le leadership est une force qui incarne une valeur motrice et qui rend compatibles une destination et un chemin.
Le leader, ou le chef, doit concilier un moment présent – le chemin – pour atteindre un objectif final, la destination. 

Ainsi, le leadership n’est pas une vertu, mais un ensemble de forces à concilier.

ONG_leadership
Jean Pierre Raffarin est Président de l’ONG Leaders for Peace

 

Un concept essentiel pour les entreprises 

Evidemment sa lecture a été éminemment politique au vu de son parcours, évoquant ses rencontres avec Vladimir Poutine et les longs pas pour atteindre le bureau du maitre du Kremlin dans un silence glaçant ; ou encore, au travers d’une analyse percutante et amusante du type de pouvoir d’Emmanuel Macron ou de Valérie Pécresse.

Cependant, pour cet homme ayant débuté dans le secteur privé et travaillant aujourd’hui pour le groupe chinois Plastic Omnium, un chef d’entreprise se doit d’incarner un leadership affirmé afin de motiver et de diriger tous ses collaborateurs. C’est au travers de cette vision personnelle que naît la force motrice de l’entreprise. 

 

Le bon et le mauvais leadership 

Comment reconnaitre un bon leader ? C’est tout l’objet de son dernier livre, Choisir un chef, dans lequel il développe le leadership éthique face au leadership diabolique. 

Là où le pouvoir est vanité, orgueil et idéologie, le leader est diabolique. 

Au contraire, là où réside une force de proposition, de création de valeur et de pragmatisme, le leadership est éthique. 

Cette idée a résonné dans le discours introductif de Delphine Manceau, Directrice Générale de Neoma BS, qui a invité chaque étudiant à choisir son entreprise en fonction du type de leadership qui y est exercé. 

 

Le leadership féminin

Lors de sa conférence, Jean Pierre Raffarin a tenu a souligner que le leadership féminin existait bel et bien, mais une sous une forme souvent distincte de celui masculin. Là où les hommes tentent de séduire et d’impressionner, les femmes quant-à-elles, ont une approche plus empirique du pouvoir. Elles se détachent de l’idéologie pour se rapprocher d’un leadership pragmatique, moins brutal.

Pour l’ancien Premier Ministre, envisager des alternances des genres de leaderships, à la tête d’institutions comme l’ONU, est une manière de construire un pouvoir mesuré et efficace.  

 

« Au fond, un chef est le visage d’une complexité »

C’est par cette métaphore que Jean Pierre Raffarin a conclu sa conférence à Neoma. Il est revenu sur la différence fondamentale entre le leader politique et le leader économique : la culture du Oui et du Non. 

En général, le politique dit rarement non très vite ; alors que l’entrepreneur dit rarement oui très vite.

C’est cette relation différente au temps qui varie entre le milieu politique et économique, mais de manière plus générale, le leadership doit être personnel. C’est en travaillant ses forces et comblant ses faiblesses que l’on devient un grand leader ; un leader avec du charisme, de l’ambition et une vision.

 

Pour conclure, dans son livre, Jean Pierre Raffarin défend que le leadership politique actuel souffre d’une crise de légitimité. A trop s’exposer aux médias et à l’instantanéité de l’information, les hommes politiques français perdent en crédibilité pour ne devenir que de simples communicants. 

C’est pourquoi il en appelle à un pouvoir plus sobre, plus éloigné de la sphère médiatique, et davantage concentré sur des tâches plus régaliennes. Il défend également une mise en place de contre-pouvoirs forts, avec des élections parlementaires à mi-mandat par exemple. 

 

Lire plus : le réseau Starlink et la guerre en Ukraine

Etudiant à Neoma BS sur le campus de Reims- Membre du BNEM- Rédacteur PGE et Mister Prépa