La réponse du groupe Korian à Elise Lucet !

 La réponse du groupe Korian à Elise Lucet !

Mardi 1er Mars 2022, la journalise Elise Lucet dénonce le mauvais traitement des dirigeants d’EHPAD à l’encontre de ses clients. L’entreprise visée est le groupe Korian, entreprise française spécialisée dans la gestion de retraite médicalisée, de cliniques spécialisées, de résidences services, de soins et d’hospitalisation à domicile.

Face à ces accusations, le groupe dénonce « des allégations trompeuses ou inexactes à l’encontre de l’activité maisons de retraite de Korian en France. »

 

Les accusations de l’émission Cash Investigation

Lors de cette émission, Cash Investigation a relevé des dysfonctionnements concernant les règles d’hygiène des résidents, les économies faites sur les repas, la gestion des marges abusives etc

A noter qu’en début d’année, le groupe a vu se répercuter sur lui certaines accusations concernant l’un de ses concurrents : Orpea.  

Orpea est notamment accusé de maltraiter ses pensionnaires et fait face à de nombreuses plaintes en France et en Belgique.

 

Déjà, Korian revendiquait une « transparence » et souhaitait mettre en place des règles communes à tout le secteur. Plusieurs mois plus tard, c’est au tour du groupe français de faire face à des troubles médiatiques, dans un secteur déjà exposé récemment.

Dans ce reportage, on peut voir qu’une journaliste sans diplôme a été embauchée en tant qu’auxiliaire de vie mais a dû effectuer d’autres tâches notamment en tant qu’aide-soignante, sans pour autant avoir les diplômes requis.

Selon Cash Investigation, les salariés sont débordés et il manque souvent de personnels pour accompagner les personnes âgées. Des accusations sont également faites sur la pression exercée par le groupe pour réduire les coûts et maximiser les bénéfices.

Lire plus : Milvue : l’intelligence artificielle au service de la santé 

 

Korian dément les accusations et condamne les procédés de l’enquête

Le groupe a tenu à réagir fermement à chacune de ces accusations en démentant et dénonçant les pratiques des journalistes à l’origine de l’émission.

 

Sur le recrutement de salariés sans vérification de qualification, le groupe se dédouane en mettant en avant la courte période de travail de la journaliste engagée (3 jours) et le contexte particulier de crise sanitaire, nécessitant un besoin de sang frais.

« Dans le contexte d’urgence que connaissait l’établissement, qui recherchait des renforts extérieurs en pleine résurgence de la pandémie de Covid, les équipes locales n’ont pas vérifié les références présentées avant l’embauche. » souligne le communiqué de presse.

Elle accuse également la tension sur le marché du travail dans le domaine de la santé, sur les accusations faites concernant la politique insuffisante de remplacement du personnel. Elle met en avant les solutions proposées comme des parcours de validations des acquis ou l’alternance, comme solution alternative.

« En pratique, compte tenu des tensions rencontrées localement sur le marché du travail, notamment durant les périodes de congés d’été ou de fin d’année, le remplacement à 100%, n’est pas toujours possible. »

L’entreprise pointe du doigt des incohérences dans l’enquête concernant la suppression de croûtons dans une recette de soupe à l’oignon, selon elle, ce n’est qu’un ajustement sur les menus et non le fruit d’un calcul visant à réduire des frais.

 

D’autres éléments de réponse du groupe :

  • Sur l’utilisation des dotations publiques

« Les établissements Korian perçoivent des dotations publiques au titre du soin et de la dépendance conformément à la réglementation. Ces dotations se sont élevées à 532 millions d’euros en 2020. Ces dotations sont intégralement allouées aux dépenses de soin et de dépendance et le Groupe ne réalise aucune marge sur celles-ci. »

 

  • Sur les règles d’hygiène pour les résidents

« L’hygiène corporelle est bien sûr assurée quotidiennement et plus si nécessaire, de même que l’hygiène bucco-dentaire, effectuée généralement le matin et le soir. Cet accompagnement est réalisé selon les standards et les bonnes pratiques de soin en vigueur dans nos établissements. »

 

  • Sur les objectifs de marge opérationnelle impartis aux établissements

« Le Groupe rappelle qu’il a réalisé en 2020 sur le périmètre France une marge opérationnelle avant loyer de 24,9% et un résultat net part du groupe de 4,2% du chiffre d’affaires, et qu’il vise en moyenne une marge opérationnelle de 26%. Il a réalisé un bénéfice net sur chiffre d’affaires de 4%. »

 

Dans une période où les EHPAD sont critiqués, les groupes doivent faire face à des accusations graves. Après Orpea, c’est au tour de Korian de répondre à cette polémique. Le groupe rappelle le strict suivi des règles et réfute les éléments d’accusations. Il met en avant ses efforts pour prodiguer les meilleurs soins malgré les plaintes qui s’élèvent.

Néanmoins, même si les journalistes ne reculent devant rien pour trouver des éléments de réponse aux plaintes, ils soulèvent des questions sur la gestion humaine au sein d’entreprises, plus particulièrement dans le domaine de la santé.

 

Lire plus : Dauphine – PSL signe un partenariat avec la Fondation Santé des Etudiants de France