Bernard Arnault (LVMH) : histoire, fortune, perspectives

Bernard Arnault (LVMH) : histoire, fortune, perspectives

Bernard Arnault, l’homme à la tête du plus grand conglomérat du luxe, et son groupe de luxe LVMH ont laissé une empreinte indélébile sur l’industrie de la mode, en raison de l’ampleur des acquisitions et de la rentabilité continue de l’entreprise.

En plus de LVMH, Arnault supervise d’autres véhicules d’investissement et de détention. Le Groupe Arnault a investi dans Netflix et Blue Capital et a également pris une participation importante dans la chaîne alimentaire française Carrefour. Il a également investi dans boo.com et dans diverses autres entreprises en ligne, et a racheté la société Princess Yachts. Retour sur le parcours d’exception de la 3ème fortune mondiale.

 

Lire plus : Zoom sur les 10 plus grandes fortunes françaises

 

Bernard Arnault : Formation et début de carrière (1971 à 1984)

Bernard Arnault est né en 1949 à Roubaix, une ville industrielle du nord de la France, où son père, un important industriel, possédait une société de génie civil et d’immobilier, Ferret-Savinel. La mère d’Arnault, qui avait un faible pour Dior, a veillé à ce que son fils reçoive une formation classique au piano.

 

Lire plus : Delphine Arnault nommée EDHEC de l’année !

 

Des années plus tard, Arnault fait de Christian Dior, le joyau de la haute couture qui avait fasciné sa mère, la pierre angulaire de son groupe mondial de luxe.

En 1971, Arnault obtient un diplôme de premier cycle de l’École Polytechnique, l’école d’ingénieurs la plus sélective de France, et rejoint l’entreprise de son père en tant que directeur de la construction.

 

Dans son premier rôle après l’université, Arnault fait preuve de l’audace et du sens des affaires qui le rendront célèbre par la suite, notamment en persuadant son père de vendre l’activité de construction et d’augmenter les investissements dans l’immobilier. En 1976, avec des années d’avance sur la concurrence, Bernard Arnault a pris la tête d’un tout nouveau secteur très rentable de l’immobilier : la construction de propriétés en multipropriété.

 

Lire plus : Travailler dans le luxe à Dubaï (chez Guerlain)

 

Arnault succède à son père comme PDG en 1977 et comme président en 1978, ce qui lui donne le contrôle total de l’entreprise familiale à l’âge de 29 ans.

En 1981, lorsque le parti socialiste français, dont la politique consiste à taxer les riches, arrive au pouvoir, Bernard Arnault installe sa famille aux États-Unis, où il passe trois ans à développer l’activité immobilière de Ferret-Savinel. Alors qu’il navigue sur le marché concurrentiel américain, il développe des ambitions bien au-delà de la construction et de l’immobilier et commence à chercher une entreprise qu’il pourrait faire évoluer, idéalement « une entreprise avec des racines françaises et une portée internationale« .

 

Lire plus : Où naissent les licornes de demain ?

 

Bernard Arnault : Un entrepreneur visionnaire

Lorsque Bernard Arnault rentre en France en 1984, il entame les premières étapes de sa légendaire ascension vers le contrôle du plus grand groupe de luxe du monde. Au cours de ces premières années, il a également commencé à attirer à la fois une base de fans avides et un cercle de critiques virulents.

 

●    La Maison Dior : un rachat stratégique pour Arnault

Arnault a fait ses premiers pas en 1984, alors que le gouvernement français offrait des subventions à toute entreprise susceptible de sauver Boussac, un célèbre empire du textile et de la vente au détail (mais en perte de vitesse) qui chapeautait plusieurs entreprises en difficulté, dont un prix de renommée mondiale qu’Arnault convoitait depuis des années : la maison Dior.

Avec 15 millions de dollars d’argent familial et 65 millions de dollars de financement de la société d’investissement Lazard Frères, Bernard Arnault crée une société holding (Agache Financière) et rachète la société Boussac en faillite, dans le seul but d’acquérir Dior. Les méthodes très efficaces – mais jugées impitoyables par ses détracteurs – qu’il a utilisées pour redresser Boussac ont fait connaître Arnault comme « une véritable figure de proue des affaires françaises ».

 

Lire plus : Quelle différence entre finance d’entreprise et finance de marché ?

 

●    Le prestige d’une marque de luxe : la stratégie de Bernard Arnault

Bien que la division couture de Christian Dior ne soit pas rentable au moment où Arnault en prend la direction, il considère que la maison de couture est « un élément fondamental du cachet de la marque Dior ». Au lieu de s’en séparer, il a créé Christian Dior S.A. en tant que société holding de la division couture et a commencé à revigorer la marque avec de jeunes embauchés qui ont été une véritable surprise pour le secteur. Après avoir recruté le premier non-français de l’entreprise, le créateur italien Gianfranco Ferré, pour succéder au directeur artistique Marc Bohan, Bernard Arnault nomme en 1996 le créateur britannique John Galliano pour succéder à Ferré à la tête de Dior.

Pour protéger l’image de marque de « qualité et d’exclusivité plutôt que de quantité et d’accessibilité » – un autre élément qu’Arnault considère comme essentiel au cachet de Dior – il travaille avec sa nouvelle équipe pour réduire de moitié le nombre de licenciés et de boutiques franchisées Dior : de 280 en 1989 à moins de 150 en 1992.

Après avoir fait de la maison Dior la pierre angulaire de son futur empire, Bernard Arnault a lancé un programme d’acquisition stratégique pour racheter des marques exclusives qui répondaient à ses critères de « seulement le meilleur », y compris les maisons Christian Lacroix, un créateur de mode français, et Céline, un créateur de maroquinerie, ainsi que le parfum Dior et la mode et le parfum Givenchy. Comme il l’avait fait chez Dior, il a annulé les accords de licence qui, selon lui, portaient atteinte à la marque – une stratégie qui est devenue partie intégrante du livre de jeu d’Arnault pour des dizaines d’acquisitions de luxe au cours des 30 années suivant

 

Lire plus : Interview – Stanislas de Quarcize, ex-CEO monde de Van Cleef Arpels & Cartier

 

●    Tout comprendre sur la prise de contrôle de LVMH par Bernard Arnault

En 1987, avec 500 millions de dollars en espèces provenant de la cession des activités de Boussac, Bernard Arnault a commencé à investir dans sa prochaine entreprise de luxe : Moët Hennessy et Louis Vuitton, deux entreprises françaises emblématiques qui avaient fusionné au sein de LVMH cette année-là.

Bernard Arnault avait initialement investi dans LVMH à l’invitation du PDG de Louis Vuitton, Henry Racamier, qui souhaitait bénéficier de son soutien pour consolider sa position face à Alain Chevalier, le PDG de Moët Hennessy, une société beaucoup plus importante. Depuis la fusion, Racamier et Chevalier ne cessent de se quereller et de se battre sur le plan juridique, ce qui constitue l’ouverture dont Arnault a besoin. Au moment où Racamier réalise que son allié a ses propres ambitions, Bernard Arnault a fait appel à Lazard Frères, au géant britannique de l’alcool Guinness et aux familles Moët Chandon et Hennessy pour l’aider à obtenir une participation majoritaire de 45 % dans LVMH.

Après le départ de Chevalier, une bataille judiciaire de 18 mois entre les deux prétendants restants s’est terminée en 1989, lorsque les tribunaux ont tranché en faveur d’Arnault, qui est sorti victorieux de l’une des batailles les plus féroces de la mode française.

Une fois Racamier évincé, Bernard Arnault élimine tous les cadres supérieurs de Vuitton, puis commence à rassembler son conglomérat LVMH fragmenté en ce qu’il appelle un « supermarché du luxe ». Dans les années 1990, alors qu’il « fait ses emplettes » pour acquérir des marques dans tous les secteurs du luxe – de la mode, des montres (TAG Heuer) et des cosmétiques (Sephora) aux vins et spiritueux – il étend la présence de LVMH au-delà de l’Europe et de l’Amérique du Nord, en Asie, en Amérique du Sud et en Australie.

 

Lire plus : Qui est le fondateur de Jacquemus ? Tout savoir !

 

Bernard Arnault : conclusions et perspectives

Tout au long des 30 années de la présidence d’Arnault, les performances de LVMH ont fait preuve d’une remarquable résilience lors des grands ralentissements du marché.

Après que la pandémie mondiale de 2020 a provoqué des perturbations sans précédent dans le secteur de la distribution de luxe, LVMH a enregistré un chiffre d’affaires de 64,2 milliards d’euros en 2021 (une augmentation de 44 % par rapport à 2020 et de 20 % par rapport à 2019) et une croissance organique du chiffre d’affaires de 36 % par rapport à 2020 et de 14 % par rapport à 2019.

 

En outre, le Groupe LVMH a même enregistré une performance remarquable pour un actif nouvellement acquis en 2020, Tiffany, malgré la fermeture pour rénovation de son magasin phare sur la Cinquième Avenue à New York.

Directeur de Mister Prépa et Co-fondateur de Planète Grandes Écoles j'ai à coeur de transmettre et oeuvre pour l'égalité des chances.