Rencontre avec Joachim Viallon président de UN’iversal NEOMA

 Rencontre avec Joachim Viallon président de UN’iversal NEOMA

Nous avons rencontré Joachim Viallon le président d’ UN’iversal l’association de Géopolitique de NEOMA Reims. Du haut de ses 50 membres, l’asso traite divers domaines tels que les relations Internationales, la diplomatie, et l’analyse des grands enjeux de notre époque. La mission étant de faire découvrir à tous les divers thèmes et enjeux que peut couvrir la géopolitique. 

Salut Joachim, tu peux te présenter ?

Salut Mehdi ! Je m’appelle Joachim Viallon, je suis étudiant à NEOMA BS sur le campus de Reims et président de l’association UN’iversal depuis décembre 2021. Après deux ans de classe préparatoire ECS au lycée Jeanne d’Albret à St-Germain-en-Laye, j’ai développé un réel intérêt pour la géopolitique. En passant mes oraux à NEOMA BS en juin, j’ai eu automatiquement un énorme coup de cœur pour l’école, qui avait une ambiance très sérieuse et conviviale d’un même temps. Deux points m’ont particulièrement séduit alors : le nouveau double diplôme avec l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques) et l’association de géopolitique de Reims, UN’iversal, qui a été décisive dans mon choix de campus.

Tu peux nous expliquer ce que fait UN’iversal, et quelles sont vos missions ?

Mais bien sûr ! UN’iversal (pour un petit jeu de mot entre « the United Nation » (UN) et « universal », jeu de mot qui passe malheureusement souvent inaperçu), c’est l’association étudiante de géopolitique de NEOMA BS Reims. Forte d’une quarantaine de membres, nous avons pour motivation première de créer des projets visant à rendre la lecture géopolitique du monde accessible au plus grand nombre. Nous sommes tous des passionnées, l’association n’est pas réservée aux prépas incluant un cursus en géopolitique et organiser des projets avec d’autres associant est un réel plaisir !

Ces dernières années, avec la COVID, nous avons développé une importante dimension rédactionnelle en complément des évènements organisés par l’association. Ainsi, voici quelques-unes de nos activités :

  • La rédactions d’articles et de revues de presse hebdomadaires.
  •  La parution d’une revue géopolitique bimestrielle.
  • L’organisation de conférences, de simulations de négociation de l’ONU, et de débats.

Peux-tu développer cette « dimension rédactionnelle » ?

Sur Instagram et sur notre site internet, nous publions tous les lundis une revue de presse, résumant les 5 actualités géopolitiques à retenir de la semaine. Chaque jeudi est également publié un article approfondissant un thème géopolitique, comme, par exemple, La situation au Yémen, Les enjeux des câbles sous-marins, etc.

À cela s’ajoute notre dernier projet, La revue géopolitique étudiante : L’universelle. Retour sur l’actualité et planisphère, interview de spécialistes, carte de Mathieu Alfré, article de nos membres en anglais et français… Vous pouvez y retrouver un contenu riche et divers ! La première édition a déjà été publiée sur notre site internet et les quelque 100 exemplaires physiques, victime de leur succès, se sont écoulés très rapidement. Aussi la deuxième édition sera-t-elle bientôt distribuée en physique sur le campus, et publiée en ligne (pour consultation et téléchargement) sur notre site internet.

Vous organisez pas mal d’évènements, tu peux nous en dire plus ?

La branche évènementielle, le nerf de la guerre pour les associations de géopolitique ! Les évènements phares sont les MUN, Model United Nation, ou Sim ONU en français. Il s’agit de simulation de négociations de l’ONU, lors desquelles les élèves sont répartis en différentes délégations représentant chacune un pays défendant ses intérêts. Ainsi, nous avons eu l’occasion d’organiser des MUN avec Prépa’rémois (magnifique association de tutorat de NEOMA Reims) et ses tutorés, avec le Bureau De l’International et les étudiants étrangers, et d’autres collaborations, telle celle avec l’école pour des MUN dédiées aux masters 1. En outre, nous organisons régulièrement des conférences avec des intervenants, avec Alexandre Melnik à propos de la Russie de Poutine, ou encore Paul Kananura et Christian Gatard à propos de la Françafrique. À cela s’ajoute, l’organisation de débats géopolitiques étudiant, sur le thème de l’amitié franco-allemande par exemple.

Avez-vous des projets pour 2022 ?

Oula, oui, beaucoup ! On a des beaux projets de MUN pour la rentrée de septembre 2022, mais je ne peux pas trop m’étaler à ce propos. Dans les semaines à venir, on a deux conférences qui devraient arriver, une sur le thème (original) de l’Ukraine par Paul Sanders, et une autre animée par Stéphane Rosière sur les enjeux aux frontières. L’idée est de continuer à publier régulièrement les articles et revue de presse, prolonger la croissance de notre projet de magazine L’universelle et organiser toujours de plus beaux évènements, avec des partenaires extérieurs à l’école ou des association rémoises. Par exemple, début avril, UN’iversal se rendra chez ses confrères Rouennais pour un MUN avec Diploma’see.

Être président d’une asso, qu’est-ce que cela t’apporte sur le plan professionnel, mais aussi personnel ?

En fait, être président d’une association se résume bien plus à faire du management et développement d’organisation plutôt qu’à se consacrer au sujet premier de l’association. Sur le plan personnel, cela m’a permis de faire pleins de magnifiques rencontres, intérieur comme extérieur à l’association et l’école. Mais surtout, c’est extrêmement formateur, car en tant que représentant de l’association, le professionnalisme est de mise presque 24 h sur 24. C’est exigeant, en ce que cela demande beaucoup de présence, mais quand on aime être sollicité, je dois avouer que c’est tout à fait passionnant !

 

Un mot de fin ?

En mon sens, les associations de géopolitiques sont extrêmement importantes dans les grandes écoles de commerce, tant elles permettent de donner un sens aux formations en management, et de mettre en lumière les enjeux internationaux liés au business. Je me réjouis donc de constater qu’UN’iversal attirent chaque année plus d’étudiants, et de voir que dans les autres écoles de commerce, cet intérêt est également de plus en plus grand !