Découvre la CoMu, comédie musicale de l’ESCP Business School !

 Découvre la CoMu, comédie musicale de l’ESCP Business School !

Huit personnes enfermées à bord d’un wagon abandonné. Une atmosphère pleine d’angoisse, un secret suscitant controverse, des individus éperdus…

Le CoMu est fière de monter sur scène les 25, 26 et 27 juin au théâtre Déjazet pour présenter une comédie musicale originale, « A 8 clos » (« Behind closed doors »). Venez nous rejoindre pour cette aventure palpitante si vous voulez savoir à quoi ressemble la vie étudiante en école de commerce !

Nous reversons tous les bénéfices de la pièce à Aïda, une association qui aide et soutient les enfants atteints de cancer. Nous participons également à des activités et des ateliers avec les enfants pour leur faire partager notre passion pour le théâtre et la musique.

Le théâtre Déjazet est un lieu riche en histoire. Au cours de son parcours pour le moins insolite, qui a débuté en 1770 en tant que court de jeu de paume, il a accueilli des figures de l’histoire et de la culture comme le jeune Mozart, la reine Marie-Antoinette, le compositeur Offenbach, le réalisateur Henri-Georges Clouzot et, plus récemment, le seul et unique Gad Elmaleh. Au fil des années, il a traversé des périodes troublées comme la Révolution française et a survécu à la reconstruction de Paris sous le baron Haussmann, au cours de laquelle plusieurs théâtres parisiens ont été détruits. Il a toujours su s’adapter à son environnement historique pour s’imposer comme une fleur de la culture parisienne.

Présentation de l’association

Lucile : La CoMu ESCP est l’association de comédie musicale de l’ESCP, école de management parisienne faisant partie des “Trois parisiennes”. Créée il y a 23 ans, la CoMu est une association artistique mais aussi caritative puisque l’intégralité des bénéfices sont reversés à une association de notre choix.

Peux-tu te présenter ?

Lucile : Je suis actuellement la vice-présidente de l’association. J’ai intégré la CoMu l’année dernière au pôle décors et costumes. Le bureau est toujours formé par des Comusards de 2ème année, c’est-à-dire ceux qui ont fait le spectacle l’année précédente. Exceptionnellement, à cause de la situation sanitaire exceptionnelle, le bureau de l’année prochaine a déjà été élu et nous gérons donc le spectacle 2021 à 2 bureaux.

Comment décrirais-tu l’association ?

Lucile : La CoMu est une association avec un gros écosystème. En premier lieu il s’agit d’une troupe d’une vingtaine d’étudiants (cette année 22 Comusards précisément) qui monteront sur scène pour le spectacle de fin d’année. La troupe est divisée en 4 pôles : un pôle acteurs-chanteurs qui interprètent le rôle de leur personnage et chantent en solo en duo et en groupe, un pôle musique où les musiciens arrangent et composent toutes les musiques de la pièce, un pôle danse qui chorégraphie toutes les chansons et un pôle décors et costumes qui gère absolument toute la mise en scène artistique et plastique de la pièce.

Pour les encadrer, un bureau issu de la troupe de l’année précédente les accompagne toute l’année. Le bureau s’occupe de l’organisation des auditions, des répétitions, des relations avec l’ESCP, des partenariats, des événements et surtout de la préparation du spectacle au théâtre Déjazet (réservation du théâtre et mise en relation avec tous les techniciens notamment).

La pièce est une création originale écrite par des auteurs également issus de la troupe de l’année précédente.

Toute l’année, la troupe est également encadrée par un metteur en scène professionnel Jean-Claude Longo et, pour la première fois cette année, par une ancienne Comusarde Julie Dubois.

Enfin et surtout, le but premier de la CoMu est d’apporter son soutien à une œuvre caritative. Nous avons choisi Aïda depuis plusieurs années (cf. question suivante).

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre cette asso et de te présenter en tant que Vice-présidente ?

Lucile : J’ai toujours été animée par les activités artistiques. Gymnaste, danseuse, musicienne, couturière, être membre de la CoMu était pour moi une évidence. A mon arrivée à l’ESCP l’année dernière, la CoMu lançait un tout nouveau pôle : le pôle décors et costumes. Pour des raisons de santé je n’ai pas hésité une seconde, je voulais rejoindre la CoMu dans ce pôle pour mettre à profit mes compétences en couture. Habituée à coudre seulement pour moi même, ça a été un vrai challenge pour moi et j’en suis ravie !

Puis au moment des élections du bureau je me suis présentée en tant que vice-présidente et ai été élue. Pour moi la CoMu était un réel engagement et surtout un projet qui me plaît et me parle énormément. J’adore l’ambiance qui se dégage de la troupe et c’est une expérience qui apporte énormément tant pour notre vie personnelle que professionnelle. Il était juste logique pour moi de me présenter au bureau. Le rôle de vice-présidente m’intéressait tout particulièrement parce qu’il est très professionnalisant. Je suis énormément en contact avec nos partenaires extérieurs pour démarcher par exemple.

Quelle est l’ambiance qui règne au sein de la CoMu ?

Lucile : L’ambiance à la CoMu est unique. Comme on le dit souvent, la CoMu est une vraie famille. Il y a un lien très fort entre les générations. Nous fêtons d’ailleurs tous les ans l’anniversaire de l’association et des générations d’il y a 5 ou 10 ans même parfois viennent ! Ensuite au quotidien, l’ambiance est très conviviale également. D’abord parce que nous sommes une association artistique donc il y a toujours de la musique, des gens qui chantent, qui dansent, c’est très vivant ! Et ensuite parce qu’on passe énormément de temps tous ensemble, en répétitions comme en soirées,  et autour de passions communes donc des liens très forts se créent entre chacun.

A quelle fréquence sont les répétitions ?

Lucile : Le rythme des répétitions est très prenant pour être honnête. En règle générale chaque pôle répète de son côté deux fois par semaine et un week-end sur deux, la troupe se retrouve samedi et dimanche à l’ESCP pour répéter. A l’approche du spectacle, le rythme s’intensifie évidemment avec des répétitions quasi quotidiennes.

Cependant, à cause de la situation sanitaire, les répétitions ont été plus difficiles à mettre en place cette année. La troupe n’a pas eu le temps de se rencontrer que le confinement du mois d’octobre a commencé. Mais ils ont tous été formidables et ont su faire preuve de beaucoup d’adaptabilité. Alors que le spectacle a dû être repoussé d’avril à fin juin pour cause de fermeture des théâtres, la troupe a continué à y croire. Un grand merci en particulier à la nouvelle présidente, Margot Waserman, qui a su motiver la troupe à travers toute la crise sanitaire. Tous ont répété une semaine entière dans un château en mars, ce qui a permis de souder énormément la troupe. Ils ont répété à distance, dans des parcs, dans des petits endroits trouvés et, enfin, ils ont pu retrouver l’ESCP. Aujourd’hui est la dernière ligne droite pour eux. Ils travaillent plus que jamais, presque tous les jours, après leur journée de stage.

Comment se passe la sélection ?

Lucile : La sélection se base sur des auditions. Au début d’année, avec l’aide du BDE, la CoMu réalise plusieurs évènements pour se faire connaître auprès des nouveaux étudiants et nous prospectons partout. La CoMu ne recrute pas que des Pré-Master mais n’importe quel étudiant de l’ESCP de n’importe quelle année (MiM, Bachelor, MsC). Il faut simplement être passionné, être sur le campus de Paris pour toute l’année scolaire et être capable de parler français avec suffisamment d’aisance pour un acteur-chanteur. Ensuite des modalités d’auditions sont données en fonction de chaque pôle. Les auditions durent 3 semaines à l’issue desquelles une nouvelle troupe est formée !

Quel est le plus difficile quand on fait partie de la CoMu ?

Lucile : Le plus difficile quand on fait partie de la CoMu est, selon moi, de gérer son emploi du temps. La CoMu est une association prenante, il ne faut pas s’en cacher. Et même si on adore tous ce qu’on y fait, nous sommes avant tout des étudiants avec des cours, des examens, des stages, des jobs étudiants etc… Il peut parfois être difficile de jongler entre tout ça. [Cela n’est pour autant que mon avis, d’autres Comusards pourraient dire autre chose]

Qu’est-ce que tu en retires ?

Lucile : Personnellement j’en retire énormément humainement et professionnellement. J’ai progressé dans mes techniques en couture mais aussi dans ma capacité à m’adapter aux demandes des uns et des autres, aux exigences artistiques et à travailler sous la pression. Et professionnellement j’ai beaucoup appris sur la manière d’être membre d’un groupe de 25, voire plus, personnes ! Communiquer entre tout le monde, être efficace, démarcher, communiquer publiquement pour la promotion de nos évènements sont autant de choses que la CoMu m’a appris. C’est un sentiment partagé par tous, tout pôle confondu. Les pôles n’hésitant pas à s’entraider, chacun apprend des autres. La diversité de la troupe chaque année est une de ses plus grandes forces.

Quand et où vous produisez-vous ?

Lucile : La CoMu se produit tous les ans au théâtre Déjazet, Paris 3ème. Cette année les dates du spectacle sont les 25 et 26 juin à 19h et 27 juin à 15h. Ouverture des portes une heure avant.

Qui peut aller voir votre spectacle ?

Lucile : Le spectacle est tout public ! Notre audience principale est bien sûr les membres de l’ESCP et nos proches mais absolument tout le monde est chaleureusement convié !

Vous pouvez prendre vos places tout de suite en cliquant ici !

Y a-t-il des étudiants qui poursuivent dans le milieu du spectacle après ?

Lucile : Énormément ! Sur les réseaux sociaux vous pouvez voir beaucoup d’anciens Comusards qui continuent dans le monde de la musique ou de la danse. Julie Dubois qui nous accompagne cette année en fait partie justement ! La CoMu permet vraiment aux Comusards de professionnaliser leur passion parce que ce qu’ils préparent sur un an est véritablement un spectacle professionnel.

Comment vous financez-vous et à qui sont reversés les fonds récoltés ?

Lucile : En tant qu’association, le financement n’est pas facile pour nous. Nous dépendons énormément de nos partenaires et de nos dons. Ce n’est bien sûr pas suffisant. C’est pourquoi nous sommes sans cesse en train de démarcher de nouveaux partenaires et faire des évènements comme des concerts.

Comme je le disais auparavant, la CoMu est aussi et surtout à visée caritative. Depuis plusieurs années, nous avons choisi de reverser l’intégralité de nos bénéfices à l’association Aïda qui soutient les jeunes touchés par le cancer. En plus de ces fonds reversés, nous rendons visite à ces jeunes dans les hôpitaux lors d’ateliers musicaux et nous organisons des concerts dans Paris en leur profit.

Quels sont vos évènements au cours de l’année ?

Lucile : D’octobre à début décembre la nouvelle troupe apprend à se connaître et travaille sur les morceaux de son choix en vue d’un cabaret à l’ESCP qui a lieu début décembre. Le cabaret a pour but de présenter la troupe à toute l’école et est ouvert aux externes. Ensuite la troupe commence à travailler sur le spectacle qui a lieu, habituellement, plutôt autour du mois d’avril, suivant la fin des cours à l’ESCP. En plus de cela, la CoMu participe à des évènements internes à l’ESCP : nous animons la remise des diplômes de l’école, le gala annuel et certains évènements d’autres associations de l’école en fonction des agendas. Et en plus de ça, bien sûr, les concerts dans Paris.

Merci pour votre intérêt porté à notre association et à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter Lucile Barbier, elle se fera un plaisir de vous répondre !

Lien de la billetterie ici