ARTEM Réussite, l’association d’ICN qui favorise l’accès à l’égalité des chances

 ARTEM Réussite, l’association d’ICN qui favorise l’accès à l’égalité des chances

Nous avons rencontré Nicolas Parada, étudiant à ICN Business School et Ex Président du mandat 2019-2020 de l’association ARTEM Réussite qui est une organisation favorisant l’accès à l’égalité des chances pour les étudiants, lycéens et collégiens du Grand Est.

 

Présentation de l’association ARTEM Réussite 

ARTEM signifie Art, Technologie et Management. C’est une initiative mise en place par l’École Nationale Supérieure d’Art et de Design de Nancy, Mines Nancy et ICN Business School. L’association fait partie du dispositif national « Les Cordées de la Réussite ».

En quelques chiffres, il y a environ 90 étudiants qui interviennent dans 13 établissements sur Nancy et dans 1 établissement en Guadeloupe. C’est à peu près 1 500 élèves qui sont touchés par nos actions chaque année.

La force de l’association est qu’il y a une diversité dans les profils des engagés. On y retrouve des étudiants d’art, d’écoles d’ingénieurs et de commerce.

ARTEM Réussite finance les sorties pédagogiques des établissements partenaires, notamment les voyages dans d’autres villes comme Paris. Elle finance également les différentes sorties culturelles au musée, au théâtre et à l’opéra.

 

Pourquoi as-tu décidé de rejoindre ARTEM Réussite et te positionner en tant que Président ?

J’ai choisi cette association avant même de rentrer dans l’école. Dès mes oraux, lors de mon tour de France, j’ai découvert l’association et elle a été pour moi, un coup de cœur. L’association me plaisait sur plusieurs points, le but avait l’air concret. Elle dégageait des valeurs de solidarité et d’entraide qui sont en corrélation avec ma mentalité.

ARTEM Réussite n’est pas seulement du tutorat, ça va plus loin. C’est aussi, nouer des liens et avoir un véritable suivi avec les jeunes. L’association fonctionne avec 3 écoles. Chaque année, le mandat est pris par une école différente, à tour de rôle. Il y a un roulement pour avoir une mixité au bureau. En 2019, c’était au tour d’ICN BS de reprendre le mandat.   

L’idée de reprendre le poste de Président s’est fait à la dernière minute le jour de l’assemblée générale. Je me suis dit pourquoi pas moi car les valeurs de l’association me représentent énormément. J’ai essayé de retransmettre mon intérêt pour ARTEM lors de ma présentation orale et cela s’est très bien passé. Avoir 90 personnes sous sa responsabilité est très formateur en termes de management. Grâce à ce poste, j’ai développé des qualités en argumentation et en leadership qui me sont bénéfique actuellement, dans le cadre de mon alternance chez Harmonie Mutuelle.

 

Peux-tu nous faire une présentation des événements que l’association organise ?

Tout au long de l’année, différents événements sont organisés.

Dans un premier temps, l’association intervient tous les jeudi après-midi dans les établissements partenaires dans le cadre d’un tutorat. Nous accompagnons les étudiants à bien définir leur projet scolaire, personnel et professionnel. On aide les élèves en les conseillant sur leur orientation, en les aidant sur leur devoir et en leur parlant s’ils ont des problèmes de famille. Pour certains jeunes, le cadre familial n’est pas toujours optimal, donc on peut être une sorte de repère. On essaye d’avoir un accompagnement qui doit être le plus personnalisé possible.

En outre, nous organisons 4 grandes journées à thème dans l’année :

– La journée entrepreneuriat : l’objectif est de donner la possibilité aux élèves de pouvoir échanger avec des entrepreneurs sur les difficultés qu’ils ont pu rencontrer lors de leur parcours mais aussi de pouvoir éveiller chez eux un goût pour l’entrepreneuriat.
– La journée développement durable : le but est de sensibiliser et de faire découvrir les 17 objectifs du développement durable de l’ONU.
– La journée égalité Femme-Homme est un thème développé dû aux problèmes que rencontrent certains établissements. Nous voulons sensibiliser le plus tôt possible les élèves sur ce thème.
– La journée Palais-Royal : la finalité est de faire découvrir la musique sous toutes ces formes. Nous avons également la chance d’accueillir l’orchestre « Le Palais-Royal » pour un concert.

Ces 4 évènements sont importants car ils permettent la sensibilisation d’environ 200-250 élèves.

 

Selon toi, quel impact a eu la crise sanitaire sur l’association ?

Malheureusement comme beaucoup d’associations d’écoles, nous avons subi la crise sanitaire.

Pour la petite anecdote : lors de l’annonce du confinement le jeudi soir, j’étais en pleine intervention auprès de jeunes. 

Du jour au lendemain, nous avons dû trouver une nouvelle organisation. Certains établissements partenaires, nous ont dit qu’il y avait, à cause de la situation, 90% de décrochage scolaire.

À la fin de l’année, quand on a fait un bilan avec le rectorat, les professeurs et les directeurs des écoles partenaires et qu’ils nous ont remercié de notre présence, cela nous a fait plaisir. Certains élèves n’ont pas lâché l’école grâce à l’association. C’est dans ce genre de situation où nous sommes contents d’agir parce qu’on se rend compte que l’on a un véritable impact.

 

Comment avez-vous fait pour gérer la situation complexe ?

L’association a dû s’adapter à la crise. Nous avons fait preuve d’innovation en utilisant le digital.

Assurément, nous avons utilisé différents moyens de communication, comme Zoom ou Teams. Dans le cas où l’échange était impossible, les élèves avaient accès à 30 vidéos que l’on a créé en 90 jours.

 

Quelles sont les perspectives d’évolutions de l’association ?

Pour moi, les associations de mentorat sont l’avenir.

Concrètement, notre association a un impact territorial, puisqu’elle sensibilise environ 1 500 élèves proche de chez nous. Notre but est d’encourager des collégiens, lycéens et étudiants issus de quartiers défavorisés vers la réalisation de leurs projets.

En cela, nous voulons continuer à lutter contre les inégalités de chance. Promouvoir les études supérieures et faire découvrir la culture sous toutes ses formes en ayant un maximum d’impact sur les jeunes, font partie de nos objectifs.

 

As-tu un dernier mot à ajouter ?

Pour moi, il est essentiel de ne pas se censurer dans la vie ! Il faut faire plein de choses et ne pas s’arrêter à une idée fixe.

Nous sommes une génération où l’on va être amené à changer d’entreprises et à exercer plusieurs métiers au cours de sa vie donc il faut élargir le champ des possibles, en faisant preuve d’adaptabilité.

 Si on a besoin d’aide à l’école, il faut en parler, les professeurs sont là pour ça. Aujourd’hui, pleins de choses sont misent en place pour aider les étudiants. Je suis persuadé qu’il est important de profiter de toutes les ressources mises à dispositions pour pouvoir réussir.

 

Présentation de l’association en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=H4q6hlYFFSE

Maxime Lescure

Rédacteur pour Planète Grandes Ecoles. Etudiant à BSB après une année de classe préparatoire ATS Economie-Gestion.