Des propriétaires excédés emploient la manière forte face aux fêtes clandestines

 Des propriétaires excédés emploient la manière forte face aux fêtes clandestines

Malgré la reprise de l’épidémie, les fêtes clandestines sont en augmentation de +25%, souvent organisées au sein de logements Airbnb loués pour l’occasion. Parmi les organisateurs ou les participants, on retrouve souvent des étudiants venus « décompresser » en cette période si difficile. Ce qui explique qu’ils soient à tort ou à raison dans le collimateur de nombreux propriétaires…

Pour faire la chasse aux étudiants fêtards, ces derniers n’hésitent donc plus à recourir à des méthodes de plus en plus musclées. Les étudiants fêtards sont donc prévenus…

 

Un Shazam des nuisances nocturnes pour localiser au plus tôt les étudiants fêtards

Si pour des raisons de confidentialité les appareils de surveillance au sein des Airbnb ne sont pas autorisés à enregistrer les conversations, les courbes des niveaux sonores permettent souvent à elles seules d’identifier ce qui se passe à l’intérieur en temps réel.

« Il est facile de distinguer une télévision trop bruyante, des conversations animées, des rires, de la musique trop forte et bien sûr une soirée étudiante qui dérape… » confesse Marine Cornu qui accélère le déploiement dans les logements de la solution Roomonitor dans le cadre de l’initiative « Airbnb party prevention ».

 

Un algorithme encore plus énervé que les voisins

Lorsque les occupants sont jugés trop bruyants, un algorithme les prévient automatiquement par appel et SMS. Un standard téléphonique est également dédié au voisinage et permet de dénoncer directement les abus. Mais la startup a optimisé l’algorithme pour qu’il se déclenche avant de susciter l’agacement des voisins !

Dans 70% des cas, ce dispositif calme le jeu et vaccine les fauteurs de troubles contre toute récidive. Mais pour les 30% restants, la startup Roomonitor a constitué une équipe de choc pour des interventions d’un nouveau genre…

 

Une brigade du silence qui patrouille à Paris

« Mon métier, c’est souvent de casser l’ambiance dans les soirées étudiantes trop bruyantes. » résume Sulayman, un des premiers à avoir rejoint la nouvelle brigade du silence qui patrouille à Paris.

Le profil recherché pour intégrer cette équipe ? Réunir en un seul homme la réactivité d’un livreur Deliveroo, l’autorité naturelle d’un videur de boîte de nuit et le tact d’un médiateur capable de dénouer les conflits.

Car pour éviter les plaintes de voisinage, les membres de la brigade du silence se donnent 30 minutes pour se rendre sur le lieu jugé trop bruyant et pour stopper net les festivités.

 

L’enfer c’est les hôtes ?

Le dispositif semble séduire les hôtes Airbnb, à tel point qu’il se généralise dans plusieurs métropoles d’Europe : Barcelone, Madrid, désormais Paris et bientôt Londres. Alors que certains étudiants s’exilent actuellement en Espagne pour faire la fête, autant être prévenu : ce dispositif est encore plus répandu dans la péninsule ibérique et les fauteurs de troubles risquent gros.

 

Qu’ils soient étudiants, travailleurs ou haut placés, tous ceux qui aspirent à « penser printemps » sont donc invités à passer sous silence leurs envies de fêtes débridées …encore quelques semaines ?

Dorian ZERROUDI

Directeur de Mister Prépa et Co-fondateur de Planète Grandes Écoles j'ai à coeur de transmettre et oeuvre pour l'égalité des chances.