Brest Business School : digitalisation, internationalisation et alternance !

 Brest Business School : digitalisation, internationalisation et alternance !

Fraichement accréditée AACSB et presque soixantenaire, Brest Business School a gardé le meilleur de chaque étape de son évolution et entend poursuivre le développement de ses enseignements en présentiel, mais aussi à distance, au-delà des frontières. Retour sur les dernières orientations stratégiques et les projections de la Grande Ecole brestoise.

 

Retour sur l’histoire de Brest Business School

L’an prochain, Brest Business School va fêter ses 60 ans. C’est en effet en 1962 que l’ESC Brest voit le jour, première Business School de la région de Bretagne et 18ème Business School en France. 30 ans après sa création, l’école est l’une des premières à faire partie de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE).

Au début des années 2000, BBS a créé un des premiers incubateurs de Bretagne dans le but d’aider les jeunes étudiants-entrepreneurs à développer des projets innovants et novateurs.

À ce jour, l’école compte deux administrateurs à savoir la CCI de la région ainsi que le groupe Wedon (anciennement Weidong Cloud Education, parmi les leaders de l’enseignement digital en Chine).

 

Brest : une ville appréciée des étudiants (internationaux)

Hubert Bruzac, souligne que « la métropole est très heureuse que Brest Business School soit récompensée de la prestigieuse accréditation AACSB ». Cela est notamment dû à l’ouverture internationale, l’attractivité globale du territoire ainsi qu’à l’excellence académique, souligne le Vice-Président de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Selon le magazine Forbes, Brest fait partie des 20 meilleures villes d’Europe pour « vivre, travailler et investir ». Cela s’explique par une offre culturelle et sportive très riche, un cadre de vie singulier avec la présence de la mer et de beaux paysages ainsi qu’un coût de la vie très faible. 359€ : c’est le prix moyen pour louer un studio en centre-ville de Brest, près des facs et des écoles. Soit, à logement équivalent, l’un des loyers les moins élevés de France parmi les plus grandes villes étudiantes. À ce sujet, la métropole brestoise comptabilise près de 30 000 étudiants dont 3 150 internationaux. Plus de 10% des étudiants internationaux sont présents à BBS.

« Les étudiants internationaux sont une pépite pour notre ville » confie Hubert Bruzac.

Comme le souligne Dai Shen, Directeur Général de BBS, « nous sommes à ce jour, la seule Business School Franco-Chinoise ». En effet, même si le campus brestois compte 550 étudiants sur site, plus de 4 000 étudiants sont recensés en Chine sur les réseaux de BBS à Pekin et Qingdao. Brest Business School souhaite ainsi renforcer ses relations avec la Chine, consciente de l’importance grandissante du pays dans le commerce international. Pour le moment BBS ne souhaite pas s’implanter en Chine avec un campus en propre pour des raisons financières et logistiques. Cependant l’école va continuer à nouer des partenariats dans cette région mais aussi en Afrique. L’objectif étant de mutualiser les forces entre BBS et ses partenaires.

 

Retour sur l’accréditation internationale AACSB de Brest Business School

Obtenue en 2021 pour la durée maximale de 5 ans, AACSB est « la reconnaissance du travail et de l’excellence de BBS » assure Luc Pontet, Directeur des Programmes de BBS. Cette accréditation récompense notamment 3 axes stratégiques défendus par l’école :

  • L’international 
  • L’alternance 
  • Le digital 

« Cette accréditation détenue par seulement 6% des Business Schools au monde va permettre à l’école de rentrer dans une autre dimension d’un point de vue international, mais nous allons tout faire pour maintenir les standards et obtenir un renouvellement » assure Dai Shen. Toutefois la priorité n’est pas mise à l’obtention de nouvelles accréditations internationales (comme EQUIS ou AMBA) dans les mois à venir.

BBS : une école à la pointe de la formation à distance

Brest Business School a impulsé la digitalisation de ses programmes bien avant le contexte actuel. Cette orientation stratégique a été prise dès 2016, notamment grâce à l’introduction du groupe Wedon au sein de l’administration de l’école. C’est pourquoi « l’école a su bien appréhender la crise sanitaire et le passage généralisé au distanciel lors de l’année 2020 », explique le Directeur Général de l’École. Pour récompenser cet investissement et cette capacité d’adaptation et d’anticipation, la CGE a octroyé le label « 4DIGITAL » à BBS. À ce jour, seules deux écoles de management (TBS et BBS) possèdent cette labélisation permettant de fournir des cours en blended learning, reconnus par la CGE.

En ce sens, une des volontés de BBS est de devenir un leader dans le digital en France et dans le monde francophone. L’objectif est d’offrir des programmes inclusifs, de qualité permettant de réellement former les managers de demain vers « les nouvelles voies de la réussite » (baseline de l’école).

Mais comme nous le rappelle Jean-Baptiste Maurice, Directeur de la Transormation Digitale et des Innovations, « la digitalisation des cours, ce n’est pas uniquement faire du contenu e-learning ». C’est pourquoi, au vu de ses besoins grandissants, Brest Business School s’est dotée d’un nouveau Learning Management System (LMS) : Canvas. Cette plateforme favorise la co-construction du savoir, la communication entre les étudiants et les enseignants et facilite le travail et l’organisation des études à distance.

 

 

Quels sont les programmes proposés par Brest Business School ?

  • Bachelor in International Management
  • Bachelor E-Business et Marketing
  • Executive Bachelor Management Commercial
  • Master Grande Ecole
  • Executive MBA
  • Mastères Spécialisés®
  • Master of Sciences in International Business
  • 9 Masters et 1 Doctorat en Chine

Zoom sur le Master Grande Ecole de Brest Business School

Le Master Grande Ecole est accessible après un Bac+2 ou plus. L’école se veut être à taille humaine et comptabilise 550 étudiants sur son campus brestois (ce qui équivaut, à titre de comparaison, à une promotion pour les écoles du TOP 10 français).

Cette proximité attire de plus en plus d’étudiants de CPGE au sein de la Grande Ecole brestoise, puisque l’an dernier 15 étudiants de prépas ont été recrutés. Même si l’école n’a pas rempli l’intégralité des 30 places ouvertes, elle enregistre un record depuis 11 ans souligne Dai Shen. En effet, en 2020, 12 préparationnaires ont rejoint BBS, c’était 6 fois moins en 2019. Avec cette nouvelle dynamique impulsée depuis quelques années, BBS touche un segment relativement large que ce soit en prépa métropolitaine, en outre-mer ou au Maroc.

Un des arguments forts de l’école : même si les frais globaux, avec césure, s’élèvent à 30 500€, il est possible de payer l’intégralité du Master Grande Ecole de BBS pour seulement 5 000€. Il faut, pour ce faire, répondre à deux critères : être boursier et vouloir faire de l’alternance.

En effet, pour les étudiants boursiers du CROUS (échelon 0bis à 7), une exonération de 50% existe pour financer les frais de première année, ce qui revient à financer sa première année pour environ 5 000€. Ensuite, l’étudiant peut suivre son Master en alternance au rythme de 3 semaines entreprise / 2 semaines école : c’est le cas de 80% des étudiants de M2 à BBS. L’alternance est une thématique chère à Brest Business School, puisque c’est la 2ème école française, en 1996 à proposer l’alternance après l’ESSEC (qui l’a impulsée en 1993).

Les 4 villes les plus représentées par les alternants de BBS : Brest, Rennes, Nantes et Paris.

 

L’insertion des étudiants du MGE de Brest Business School en quelques chiffres :

  • 82,4% : le taux net d’emploi des diplômés 2020 au moment de l’enquête
  • 50% des diplômés (en emploi) l’ont trouvé avant diplomation
  • 66% des embauchés en France le sont en CDI
  • 46 100€ : le salaire annuel brut moyen d’un diplômé de BBS
  • 82% des diplômés exercent une activité professionnelle en Bretagne

 

Justifiant son ancrage au territoire breton, Brest Business School fait également partie du label « Produit en Bretagne » réunissant plus de 480 entreprises et 100 000 emplois.