Aware ou la promotion de l’égalité des genres à l’ESCP

 Aware ou la promotion de l’égalité des genres à l’ESCP

Chaque semaine, Planète Grandes Ecoles vous fait découvrir une association étudiante. Zoom aujourd’hui sur notre partenaire Aware, une association de l’ESCP Business School, qui met en avant l’égalité des genres à l’école et en entreprise toute l’année. Nous rencontrons pour cela Héloïse, Présidente de l’association.

 

Salut Héloïse, peux-tu te présenter rapidement ?

Salut ! Je m’appelle Héloïse Rannou, je suis étudiante en pré-master à l’ESCP Business School après trois ans de prépa littéraire à Rennes. Je suis très investie dans la vie associative, et je suis notamment présidente de l’association Aware depuis janvier dernier.

 

En quoi consiste l’association Aware ?

Aware, c’est l’association de promotion de l’égalité des genres à l’ESCP, qui a vocation à aider les femmes à s’intégrer dans le monde professionnel en donnant les clés pour faire face au sexisme en entreprise, et plus généralement dans la société. Nos évènements on trait à la place de la femme dans le monde de l’entreprise, et à l’égalité des genres en entreprise.

L’autre visée d’Aware est « l’empowerment » des étudiantes de l’ESCP pour qu’elles puissent trouver leur place et s’épanouir sans barrières à l’entrée dans le monde professionnel. En effet, il faut savoir qu’il existe des barrières externes à cause du sexisme, de la blague sexiste jusqu’au harcèlement, mais aussi des barrières plus internes, un plafond de verre que les femmes s’imposent à elles-mêmes. En droit, l’égalité des genres est belle et bien actée, mais dans les faits, il reste un long chemin à faire. Pour résumer, Aware est l’association féministe de l’ESCP qui est particulièrement axée sur le monde de l’entreprise.

 

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre cette asso en rentrant à l’ESCP ? Quelle est la vision du féminisme d’Aware ?

Je savais que je voulais m’engager dans une association féministe, qui partage les mêmes valeurs que moi sur la thématique de l’égalité des genres. En arrivant à l’ESCP, j’ai découvert Aware, et me voilà présidente !

A Aware, nous défendons plusieurs féminismes, car nous prônons l’inclusion et ne souhaitons pas exclure certaines visions. Notre ligne est donc plutôt neutre, car elle accueille tous les points de vue. Notre but est de sensibiliser à certaines problématiques auxquelles femmes comme hommes peuvent faire face dans leur vie personnelle comme professionnelle. Nous mettons donc les sujets sur la table, nous invitons au débat mais sans être moralisateurs.

Cette association est donc un moyen de se sensibiliser soi-même, de découvrir d’autres opinions, mais elle permet surtout de sensibiliser les autres à notre cause. Pour moi, c’est très important de permettre aux autres d’en apprendre plus. C’est pourquoi nous donnons des éléments concrets pour réfléchir et pour aider les femmes dans la vie professionnelle.

 

Pourquoi, selon toi, faut-il intégrer l’équipe Aware quand on arrive à l’ESCP ?

Aware, c’est une asso familiale, l’ambiance est très chaleureuse. Chacun peut s’exprimer et donner son avis sur les thématiques que l’on traite, mais aussi sur la façon de gérer l’association. Nous essayons autant que possible d’être une association sans hiérarchie stricte, très horizontale. De fait, chacun est libre de proposer et de mener des projets qui lui tiennent à cœur.

L’objectif est bien de fédérer autour de notre cause. Rejoindre Aware signifie donc aussi avoir un lien fort avec les autres associations de l’ESCP, avec qui nous développons des partenariats pour lutter ensemble contre le sexisme. L’association permet aussi de rentrer en contact avec des personnes extérieures qui soutiennent les mêmes causes que nous et qui nous intéressent.

 

Comment se passent les recrutements chez Aware ? Est-ce que ce n’est une asso que de filles ?

Chez nous, les recrutements se font sous forme d’entretiens, car nous voulons que les membres de l’association soient vraiment motivés par les projets, qu’ils amènent réellement leur pierre à l’édifice ! D’ailleurs, comme l’asso est encore très jeune, cela nous laisse beaucoup de liberté quant aux projets que l’on veut mener. Nous sommes divisés en quatre pôles (sensibilisation, évènements, communication et partenariats), afin de pouvoir travailler plus efficacement sur différents projets.

Evidemment, on ne recrute pas que des filles ! Il n’y a aucun critère de genre pour rentrer chez Aware, seule la motivation prime. Nous intégrons des garçons (qui représentent un tiers de notre effectif), des personnes non binaires, …. Il est vrai que pour le moment, nous avons une majorité de filles dans l’asso, mais nous aimerions atteindre la parité. En effet, il est très intéressant d’avoir un lieu de discussion entre des personnes de genres différents, car tous les genres peuvent être victimes de sexisme, mais de manière différente.

 

2021 a été marquée par les cours en distanciel… Comment vivez-vous cela en tant qu’association ? Quoi de prévu pour cette année ?

Puisque nous sommes tous à distance, nous avons des restrictions pour les évènements sur site. Pendant ce temps, nous travaillons surtout notre communication sur les réseaux sociaux avec des contenus de sensibilisation. Cette année, nous avons mis en place :

  • L’actu d’Olympe : chaque semaine, une actualité en rapport de près ou de loin avec la thématique du féminisme, du sexisme, …
  • Olympe raconte : des témoignages d’étudiants de l’ESCP qui, même s’ils semblent anecdotiques, relèvent du sexisme ordinaire. C’est très important d’en parler pour en prendre conscience.

Mais nous ne nous arrêtons pas là ! Nous nous sommes adaptés à la situation et sommes fiers de pouvoir mettre en place la semaine « Toget’her » lors de la semaine internationale du droit des femmes (la semaine du 8 mars, NDLR). L’évènement est entièrement en distanciel et abordera toutes les thématiques dont traite Aware.

 

Super évènement ! C’est ouvert à tous ?

Malheureusement, la majorité des évènements sont restreints aux étudiants de l’ESCP. Cependant, nous avons l’honneur de recevoir Najat Vallaud-Belkacem le vendredi 12 mars : cette conférence aura lieu sur Instagram, et tout le monde pourra donc y assister !

 

Quel est le programme de la semaine ?

Nous organisons donc trois ateliers de sensibilisation :

  • avec PWN, un réseau de femmes dans le monde professionnel,
  • avec EQUILIBRES, un centre de formation à l’égalité en entreprise,
  • avec Amélie Favre Guittet, influenceuse RH et emploi.

Nous avons aussi une table ronde sur l’entreprenariat au féminin, et bien sûr la conférence sur Instagram avec Najat Vallaud-Belkacem.

En parallèle, nous mettons en avant nos marques partenaires, qui transmettent les mêmes valeurs qu’Aware. Nos associations partenaires publieront aussi du contenu dans le cadre de la semaine Toget’her.

En dehors de la semaine du 8 mars, quel est l’évènement que tu aimerais organiser avec Aware ?

Nous aimerions organiser des évènements plus réguliers, des cafés d’Aware, pendant lesquels nous inviterions des personnes en lien avec notre cause. Les échanges seraient menés de façon plus informelle autour d’un café ou petit déjeuner. Ainsi, nous pourrions rendre ces points de vue plus accessibles, puisque le côté informel éliminerait les tabous qui peuvent exister lors de conférences en amphithéâtres par exemple.

Pour suivre l’actualité d’Aware :

Instagram: Olympe Aware

Facebook:  Olympe Aware

LinkedIn: Aware ESCP