VIE, VIA : explications, rémunérations… tout ce qu’il faut savoir !

 VIE, VIA : explications, rémunérations… tout ce qu’il faut savoir !

Beaucoup de jeunes souhaitent travailler à l’étranger. Pour cela, plusieurs solutions existent : les stages bien sûr, les graduates programs mais surtout le VIE/VIA qui est une voie très prestigieuse et un élément de distinction très fort sur un CV.

En effet depuis sa création en 2000, plus de 86000 jeunes ont profité de ce dispositif, le tout avec un salaire souvent très confortable, une protection sociale rassurante mais aussi des missions et des responsabilités valorisantes.

 

De plus, en 2021, lors de la mise en place de « France Relance » suite à la COVID 19, le gouvernement a exprimé son soutien et sa volonté de développer ce dispositif.

Ainsi, 10000 jeunes principalement après un bac+5 en IEP, école de commerce ou d’ingénieurs partent en mission dans une société française à l’étranger chaque année. (9000 pour un VIE et 1000 pour un VIA environ selon Business France). Par ailleurs, d’après Business France, 92% des jeunes sont recrutés à la fin de leur mission.

 

Lire plus : Mon Volontariat International : site officiel du V.I.E | V.I.A (businessfrance.fr)

Qu’est-ce qu’un VIE/VIA et comment y postuler ?

Un VIE/VIA n’est pas un bénévolat. Le volontaire réalise une mission professionnelle dans une entreprise française à l’étranger avec une rémunération et plus précisément une « indemnité forfaitaire d’entretien ».

Les missions proposées en VIE sont vastes (études de marché, animation d’un réseau commercial, support technique…) et elles visent à renforcer la présence des entreprises françaises implantées à l’étranger. Un VIA est une mission pour une administration française (ambassade, alliance française, institut de recherche, mission économique…) sur un projet économique ou culturel sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères ou du ministère de l’Économie.

Pour obtenir un VIE/VIA, il faut s’inscrire au préalable sur Business France à la rubrique « mon volontariat international » puis remplir ses informations et son profil (un peu comme sur Linkedln) afin de rechercher et trouver l’ensemble des VIE/VIA proposés. Vous pouvez également échanger avec des anciens volontaires internationaux sur certains groupes Facebook pour mieux vous préparer au départ et retrouver les autres volontaires sur place.

 

Quelles sont les conditions pour faire un VIE/VIA ?

Pour un VIE/VIA, il faut avoir entre 18 et 28 ans (avec un départ au plus tard le jour du 29e anniversaire, effectué sa JDC (Journée de Défense et de Citoyenneté) et ne pas détenir un casier judiciaire. Il est aussi obligatoire d’être de nationalité française ou européenne et de ne pas occuper un autre poste en même temps. Certaines entreprises demandent parfois des diplômes de connaissance de la langue du pays d’accueil.

 

Un VIE/VIA dure entre 6 et 24 mois renouvelable une fois pour une durée ne dépassant pas deux ans avec un minimum de 183 jours à l’étranger si la mission nécessite des jours de travail en France. La durée moyenne d’un VIE/VIA est de 18 mois. Attention : pour le VIA, la durée minimum du contrat est de 12 mois pour une ambassade.

 

Quelle est la rémunération pour le VIE/VIA ?

Si vous faites un VIE/VIA, vous percevrez une rémunération souvent très avantageuse. En effet même si son montant varie d’une entreprise à l’autre, en fonction du pays de destination, elle se compose d’une part fixe de 723,99 euros en 2022 de Business France et d’une part variable située entre « 746 et 4223 euros » de l’entreprise ou de l’administration française. Il faut savoir que la part variable est réajustée tous les 3 mois en fonction de l’évolution du taux de change et du coût de la vie du pays d’accueil. Cette rémunération n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu à la CSG et àla CRDS.

 

De plus, même si vous quittez le régime de la Sécurité sociale, vous aurez quand même une couverture sociale dans votre pays d’accueil sans oublier le fait que vous restez sous l’égide de l’Ambassade de France locale et que vous cotisez pour la retraite.

 

Quels sont les secteurs qui recrutent en VIE/VIA ?

Pour faire un VIE, certains secteurs adorent les volontaires internationaux comme la finance et l’assurance, les technologies de l’information et des télécommunications, les services, l’industrie automobile, l’énergie, les équipements industriels et la santé. Cependant, tous les métiers et secteurs sont concernés ( enseignement, économie, informatique, hôtellerie-restauration etc. )

 

Un VIA se fait dans les entités représentant la France à l’étranger (Consulats, ambassades, services et missions économiques français à l’étranger, services de coopération et d’action culturelle.)

 

VIE/VIA, pourquoi ce système est gagnant-gagnant ?

En VIE/VIA, les missions sont à hautes responsabilités ce qui permet de gagner en compétences, en autonomie, en réseau et en expérience. Pour les jeunes en VIA, être en ambassade ou en consulat permet de se créer un réseau et un carnet d’adresse d’exception grâce aux réceptions organisées régulièrement.

 

C’est aussi très avantageux pour les entreprises car Business France s’occupe de la gestion administrative et juridique du VIE avec le recrutement, la rémunération et la protection sociale. Ainsi, cette formule exonère l’entreprise de tout lien contractuel direct avec son volontaire, ce qui lui permet de gagner du temps et donc de l’argent.

 

Enfin avec le plan de relance, l’entreprise n’est plus obligée d’avoir ses locaux à l’étranger. L’État financera à hauteur de 5000 euros l’envoi d’un jeune sous statut VIE dans une PME ou une ETI, dans la limite de deux VIE par entreprise, quels que soient sa taille ou son pays. Les entreprises, bénéficient d’avantages fiscaux quand elles recrutent un VIE/VIA.

 

Pour conclure, le VIE/VIA est une expérience professionnelle unique avec des missions professionnelles de qualité et à haute valeur ajoutée dans un CV car les compétences développées sont très nombreuses et le niveau de langue atteint très haut.

 

La rémunération est très avantageuse (non imposable, cotisation pour la retraite) tout comme les conditions de travail avec 2,5 jours de congés payés par mois et souvent des congés exceptionnels pouvant être accordés en plus.

 

Bon à savoir : Le volontariat international ne compte pas pour les indemnités chômage même s’il est possible de demander à bénéficier du RSA. Vous pouvez également demander une rupture conventionnelle du VIE si c’est justifié par une activité professionnelle, mais vous devrez respecter un préavis de 3 mois avant de partir.

 

Lire plus : France : Quels sont les secteurs d’activités les plus performants à l’international ?