L’Union Européenne se dit prête à interdire Twitter

L’Union Européenne se dit prête à interdire Twitter

Le 25 avril 2022, Elon Musk annonce officiellement racheter le réseau social Twitter. Seulement deux semaines après la première offre de Musk au conseil d’administration de Twitter, l’achat est officialisé. Rappelons que cet achat est motivé par la volonté d’Elon Musk de promouvoir la liberté d’expression pour tous et répond donc au bannissement du compte de Donald Trump par le conseil d’administration de Twitter. Voyons en quoi le rachat du réseau social à l’oiseau bleu par Elon Musk va changer la liberté d’expression sur internet !

 

Lire plus : Elon Musk rachète Twitter ? Tout ce qu’il faut savoir !

 

Pourquoi l’Union Européenne veut-elle interdire Twitter ? 

L’Union Européenne a annoncé vouloir réguler les réseaux sociaux, notamment dans l’objectif d’éradiquer les contenus illicites et lutter contre les fake news. Le conseil de l’Union avertit que cette régulation « vise à protéger l’espace numérique contre la diffusion des contenus illicites et à garantir la protection des droits fondamentaux des utilisateurs ». Les grands réseaux sociaux et sociétés d’informations comme Meta, Twitter ou Google sont directement visés par cette nouvelle loi et vont devoir adapter leur contenu européen. L’objectif premier d’une telle loi est bien de lutter contre la désinformation des utilisateurs de ces réseaux lors des élections, guerres ou évènements politiques majeurs. 

Les utilisateurs des réseaux sociaux étant de plus en plus jeunes, l’Union Européenne veut aussi les protéger de contenus violents, pornographiques ou de discours haineux. La déclaration de l’Union Européenne à l’encontre de Twitter après le rachat par Elon Musk est bien dans cette lignée et a pour objectif de protéger les utilisateurs européens. Réputé pour son libertarianisme, Elon Musk risque déjà de rendre Twitter interdit dans le premier marché mondial des réseaux sociaux. En effet, on estime que le taux de pénétration des réseaux sociaux est le plus important en Europe de l’Ouest, où il touche 79% de la population, contre 74% pour l’Amérique du Nord. 

 

Lire plus : Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars !

 

Elon Musk veut faire de Twitter le réseau de la liberté d’expression

Lors du rachat de Twitter, Elon Musk a déclaré : « J’espère que même mes pires détracteurs resteront sur Twitter, car c’est ce que signifie la liberté d’expression ». Comment mieux résumer l’intention du nouveau PDG de Twitter après ce rachat ? Il souhaite avant tout promouvoir et laisser libre cours à la liberté d’expression, sans limites ni régulations. 

En affirmant vouloir promouvoir la liberté d’expression, Elon Musk risque de laisser être publiées des fake news et désinformations. Le patron de Tesla et de Space X, s’autoproclamant fervent défenseur des libertés d’expression, ne pourra pas faire ce qu’il veut de Twitter en Europe et risque d’y être interdit. Après avoir réalisé une « hostile takeover » (prise de contrôle hostile en français, rachat d’une entreprise qui n’était pas en vente) afin d’accomplir son objectif, de nombreux détails sont encore à régler et à préciser. Qu’en sera-t-il des faux comptes et des spams ? Quelle liberté d’expression pour les messages privés entre utilisateurs ? 

 

Pour l’instant, il souhaite vouloir « laisser en ligne » même les contenus haineux et violents, mais se dit prêt à les modérer et limiter leur diffusion si cela suscitait une certaine controverse. Mais cela ne s’arrête pas là. Elon Musk affirme que « Twitter devrait rendre son algorithme open source (accessible à tous), notamment pour que chacun puisse comprendre pourquoi la portée d’un tweet est accentuée ou diminuée et pour éviter toute manipulation secrète, qu’elle soit automatique ou manuelle ».  

Il justifie cela en expliquant que Twitter sert, de facto, de place publique et d’agora actuelle. Il est donc normal que chacun puisse s’y exprimer sans être censuré ou sanctionné. On retrouve ici notamment le rapport à la suspension du compte de Donald Trump après ses propos portant à la désinformation et à l’incitation à la violence. 

 

Mais quelle liberté d’expression alors concernant Elon Musk ?

En détenant 100% du capital de Twitter, la liberté d’expression des utilisateurs, notamment concernant le nouveau PDG, s’applique-t-elle aussi ? Les utilisateurs privés, ainsi que les médias, seront-ils libres d’émettre des avis négatifs sur lui ? De même, Elon Musk est proche du gouvernement chinois et avait annoncé en 2021 que l’économie chinoise deviendrait la première économie du monde. La Chine étant aussi le second marché mondial de Tesla et le principal producteur de batteries des voitures électriques, qui osera réellement se lever contre la Chine et la dénoncer sur Twitter ? 

Ces questions sont pour l’instant en suspens et seront sûrement résolues dans les prochains mois, voire prochaines années. Cependant, bien que déjà donné perdant lors de la création de Paypal et de Tesla, on ne doute pas qu’Elon Musk saura appliquer ses idées de façon concrète et optimale au monde des réseaux sociaux. 

 

Rencontre au sommet entre Elon Musk et le commissaire au marché intérieur de l’Union Européenne

Les deux hommes se sont rencontrés au Texas le 9 mai et ont publié une vidéo sur Twitter (justement !) annonçant qu’ils partageaient la même vision de l’avenir concernant Twitter et se considéraient « sur la même longueur d’onde ». 

Il faudra attendre l’achat effectif et les méthodes mises en place par Elon Musk pour voir si ces deux visions s’accordent réellement. Alors que le rachat de Twitter vient d’être suspendu dans l’attente de trouver une ligne politique claire concernant le nombre réel de spams et de faux comptes, on peut se demander si la rencontre des deux hommes a eu un impact sur la décision d’Elon Musk. 

 

Lire plus : Elon Musk propose sur Twitter de vendre 10% de ses parts dans Tesla