Nicolas Sarkozy : parcours, fortune et salaire

Nicolas Sarkozy : parcours, fortune et salaire

Maire de Neuilly-sur-Seine, ministre du Budget, Président de la République… Le CV de Nicolas Sarkozy est certainement l’un des plus importants dans la sphère politique française. Retour sur le parcours de l’ancien Président de la République.

 

Nicolas Sarkozy : origines et études

Nicolas Sarkozy est né le 28 janvier 1955 à Paris. Après l’obtention de son baccalauréat B (économique) en 1973 (obtenu à la suite des rattrapages), il hésite entre une carrière de journaliste ou d’avocat. Il finit par s’inscrire à l’université Paris X Nanterre à la faculté de droit. Il y obtiendra une maitrise de droit privé en 1978. L’année suivante, il obtient un diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences politiques.

En 1980, Nicolas Sarkozy obtient le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA). Il sera également passé par l’IEP de Paris, mais en sortira non-diplômé.

 

Lire plus : Valérie Pécresse : parcours, fortune, avenir ?

 

Carrière et parcours politique de Nicolas Sarkozy

Après ses études, Nicolas Sarkozy débute sa carrière d’avocat d’affaires et accompagne des clients tels que le Groupe Lagardère, Bolloré ou encore AccorHotels.

Néanmoins, son histoire avec le politique a commencé plus tôt. En effet, c’est en 1974 qu’il fait ses débuts en politique en adhérant à l’Union des Démocrates pour la cinquième République (UDR). Il est rapidement devenu délégué départemental des jeunes UDR des Hauts-de-Seine.

Nicolas Sarkozy rejoint les rangs du Rassemblement pour la République (RPR) en 1976 et est élu conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine, à seulement 22 ans. À la suite du décès du maire de Neuilly-sur Seine en 1983, Nicolas Sarkozy se présente à la mairie et obtient son premier succès politique, à seulement 28 ans.

 

Après avoir soutenu Jacques Chirac pour les élections de 1981, il réitère son soutien pour la présidentielle de 1988, et est chargé d’organiser ses grands meetings. Après la défaite de la droite à ces élections, Nicolas Sarkozy devient tout de même député de la sixième circonscription des Hauts-de-Seine. Il y sera réélu dès le premier tour, avec près de 65% des suffrages en 1993.

Cette année même, Sarkozy deviendra ministre du Budget dans le gouvernement Edouard Balladur, et cumulera cette fonction avec celle de porte-parole du gouvernement. Sa notoriété s’accroit significativement, et ce notamment après son intervention dans la prise d’otages de la maternelle de Neuilly, commune dont il est le maire.

Pour les présidentielles de 1995, il préfère Edouard Balladur à Jacques Chirac. Balladur, qui pourtant été longtemps favori dans les sondages, ne passera pas le premier tour de l’élection. Après une traversée du désert, en 2002 il soutient de nouveau Chirac. Ce dernier sera réélu Président de la République, et nommera Sarkozy au ministère de l’Intérieur.

 

Nicolas Sarkozy se présente à l’élection présidentielle de 2007 et est élu avec 53,06% des suffrages le 6 mai, au deuxième tour. Son mandat en tant que Président de la République se termine en 2012, où il est battu par François Hollande au deuxième tour de scrutin, recueillant au total 48,63% des suffrages. Dès lors il siège au Conseil constitutionnel et reprend des activités privées, dans des conseils d’administration et comme avocat. De plus, il fait part de sa décision de quitter la vie politique.

Néanmoins, la politique n’est jamais très loin de Sarkozy. Il effectue son retour en politique en 2014 en se présentant à la présidence de l’UMP. Élection qu’il emportera dès le premier tour. Nicolas Sarkozy est à l’origine du changement de nom de l’UMP, qui deviendra Les Républicains.

En 2016, il officialise sa candidature à la primaire présidentielle du parti de droite, en vue de la prochaine élection présidentielle de 2017. A l’issue de cette élection, il finira 3ème au premier tour, et reconnaitra aussitôt sa défaite. Il y déclare notamment « Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique », ce qu’une partie des médias interprète comme l’annonce d’une mise en retrait de la vie politique.

 

Lire plus : Eric Zemmour : parcours, fortune et salaire, avenir ?

 

Quelle est la fortune de Nicolas Sarkozy ?

En 2012, Challenges affirmait que Nicolas Sarkozy disposait d’un patrimoine de 2,7 millions d’euros. Quant à ses revenus mensuels, l’ex-chef de l’État toucherait une retraite d’environ 17.000 euros par mois pour l’ensemble de ses précédents mandats, selon les estimations du magazine économique. En effet, Nicolas Sarkozy a été maire de Neuilly-sur-Seine, puis député des Hauts-de-Seine, ministre du Budget, porte-parole du gouvernement, ministre de l’Intérieur, ministre de l’Économie, et enfin membre du conseil constitutionnel. Un long CV qui s’accompagne donc de nombreux avantages.

 

Nicolas Sarkozy : revenus et droits d’auteur

D’après L’Obs, son livre « Le temps des tempêtes », paru en juillet 2020, a été vendu à plus de 250.000 exemplaires. Des ventes qui « devraient lui rapporter entre 400.000 et 600.000 euros de droits d’auteur ». En complément de ces revenus, Nicolas Sarkozy, après son mandat de président, effectuait une dizaine de conférences par an. Ses apparitions lui rapportaient chacune près de 100.000 euros.

Enfin, à cela s’ajoute son poste d’administrateur et président du comité de la stratégie internationale d’Accord. Capital affirme qu’en 2018, Nicolas Sarkozy « aurait touché 79.563 euros » en 2018, « soit un peu moins qu’en 2017 ». En avril 2019, il entre au conseil d’administration du groupe des casinos Barrière. En mai 2020, il est coopté au sein du conseil d’administration du groupe Lagardère, spécialisé dans les médias.