fbpx

Rencontre avec Nicolas – Consultant Junior chez DXC Technology

 Rencontre avec Nicolas – Consultant Junior chez DXC Technology

De nombreux étudiants d’école de commerce choisissent de s’orienter vers le conseil. Plusieurs cabinets de conseil existent et ont leurs particularités. Cette fois-ci, nous sommes partis à la rencontre de Nicolas Jousse, consultant junior chez DXC Technology et ancien étudiant de Kedge Marseille et  de l’ESCP Business School.

 .

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Après mon bac j’ai décidé de faire un BBA à Kedge Marseille, c’était un programme en 4 ans dont 2 ans en France puis 2 ans à l’étranger avec 1 an et demi d’école suivi de 6 mois de stage. J’ai fait un échange en Espagne et un échange en Colombie. Puis, j’ai travaillé un an à Marseille au sein de l’entreprise Guarani, c’est là-bas que j’ai compris que le métier de consultant m’intéressait le plus. J’ai donc décidé par la suite de faire un master spécialisé à l’ESCP en Digital Project Management & consulting, parcours consulting. J’étais sur le campus de Madrid puis celui de Berlin. A la fin, j’ai fait mon stage chez DXC Technology, qui est une entreprise spécialisée dans l’informatique, issue de la fusion de HPE et de CSC, qui est spécialisée dans le conseil. DXC est donc une entreprise spécialisée dans l’informatique qui propose du conseil. Ils m’ont proposé un CDI suite à mon stage, que j’ai accepté et aujourd’hui je réalise une mission pour la branche famille de la caisse nationale des allocations familiales.

.

Comment avez-vous trouvé vos stages et qu’en avez-vous retenu ?  

J’ai fait mon premier stage en SS2I (entreprise de services du numérique) à E-QUADRA, qui recrute des consultants en informatique, j’étais au poste de commercial recruteur. Après mes échanges à l’étranger, j’ai fait un stage de 6 mois à l’Île Maurice (qui était à l’époque la troisième puissance financière africaine) au sein de la start up MeetYourJob qui permet aux européens de trouver un stage ou un emploi à l’Île Maurice. Il y avait une partie recrutement mais avec les autres stagiaires, nous avons principalement restructuré l’entreprise et proposé un nouveau business plan qui a restructuré le modèle économique de l’entreprise. Ensuite, j’ai recherché un CDD sur LinkedIn, et j’ai eu une proposition pour travailler à Guarani à Marseille, qui est une SS2I aussi mais qui se veut vraiment humaine. J’accompagnais le directeur de l’agence lors ses réunions clients, les négociations etc. C’est à Guarani que j’ai découvert le poste de consultant/ chef de projet fonctionnel. En ce qui concerne mon stage de fin d’étude, je m’y suis pris tôt, j’ai passé mon entretien chez DXC seulement quelques mois après le début de mon master et j’ai eu la chance d’être recontacté par DXC.

J’ai trouvé mes premiers stages sur JobTeaser et les suivants en passant par Linkedin, j’ai répondu à une offre de DXC. Aujourd’hui je travaille pour le département (Business Unit) Secteur Public. Après avoir passé quelques mois à assister le management groupe j’ai commencé ma première mission à la Cnaf.

.

Pouvez-vous nous parler de votre rôle au sein de DXC ?

Le conseil pour moi c’est accompagner une entreprise dans son souhait de transformation. Cela peut se traduire par du conseil en management, en accompagnement RH, etc… et, dans mon cas, dans sa transformation digitale (projet informatique).

Au sein de DXC je réalise une mission pour la CNAF. Le projet, Omega, consiste en la refonte du système informatique (SI) dédié à l’action sociale. Ce Système d’information permet de financer les partenaires de la Cnaf. En quelques mots, ce système informatique paye les aides dédiées aux crèches, aux centres sociaux et autres services proposés par les partenaires de la Cnaf et financés en partie ou en totalité par l’état. Ce système d’information permet, entre autres, de recevoir des demandes de financement, des données, de traiter ces données et d’ordonnancer le droit. 

 J’ai 2 rôles au sein de cette mission :

  • PMO (Project Management Officer): Je prépare des réunions, j’appuie la directrice de projet dans la gestion de ses actions et je suis le garant des documents utiles au suivi du projet (feuille de route, suivi des charges, ect…)
  • Consultant AMOA : Je réalise l’expression de besoin des parties du projet. Pour cela je dois comprendre le besoin des utilisateurs afin d’adapter la solution de notre client et traduire le tout à l’équipe technique grâce à la rédaction de documents spécifiques.

.

On dit souvent que le conseil est un métier très prenant, avez-vous du temps libre ?

Tout d’abord, en ce qui concerne DXC, nous passons 20% de notre temps en interne, à travailler sur des sujets transverses ou dédiés aux consultants. Par exemple je fais partie de la team formation qui organise les formations internes que nous proposons aux consultants.  Les tâches ne sont pas aussi exigeantes que pour les clients externes. Ensuite, il peut arriver que je finisse plus tard si une présentation n’a pas encore été validée par exemple mais je finis rarement après 20h et je ne travaille jamais le week-end. Le soir, j’ai le temps de faire du sport et voir des amis. Ce n’est pas vraiment une question d’horaires imposées mais de responsabilité. Je sais ce que j’ai à faire et quand cela doit être fait pour que les personnes avec qui je travaille puissent avancer elles aussi.

.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Le fait que je puisse changer régulièrement de mission, il y a un challenge constant puisqu’il faut se réadapter au client et à une nouvelle problématique technique. Il faut également savoir de quoi on parle, quels sont les enjeux etc. Les premières semaines, c’était difficile mais je trouve ça très intéressant d’apprendre à comprendre comment ça fonctionne. Ensuite, c’est l’accompagnement au changement. Je participe à la mise à jour du secteur public et cela nous concerne tous ! DXC est, de plus, une entreprise très bienveillante et accessible. Il y a une réelle proximité avec les managers, on sait qu’on peut leur poser une question à tout moment si on a un doute.

.

Quels sont les débouchés après un BBA ?

Après un BBA, on n’a pas forcément de spécialisation particulière mais on se crée une expérience. Ce sont les stages et nos décisions personnelles qui font que l’on reste dans une branche ou une autre. Les orientations sont donc très diverses. Parmi mes camarades de Kedge, certains travaillent dans l’Audit, d’autres dans la Logistique, en tant que commercial ou encore dans les Achats. En revanche, les recruteurs s’appuient généralement sur nos expériences et il peut être difficile de changer de domaine, c’est pour cela que j’ai décidé de faire un master spécialisé. Ce n’est pas forcément facile de prendre la décision de changer de spécialité, lorsqu’on est bon dans quelque chose, on est incités à y rester.

.

Une carrière internationale est-elle possible ?

Dans le secteur public, il est plus difficile d’avoir une mobilité internationale. Cependant, DXC est présent dans le monde entier (Inde, Europe, Etats-Unis, Amérique Latine…) et il est tout à fait possible de demander à changer de pays. Il y a également des départements comme le transport et l’industrie par exemple, qui sont amenés à travailler à l’international. Certaines personnes vont par exemple développer des missions en Australie.

Quand on a un attrait pour la découverte et un goût pour le changement, le conseil nous permet de découvrir régulièrement un nouvel environnement, une nouvelle entreprise !

.

Auriez-vous des conseils à donner à des étudiants ?

Le conseil c’est d’abord écouter, comprendre et proposer. Il est important lors des entretiens de bien écouter, comprendre et reformuler pour ensuite proposer des solutions.

Ensuite, n’hésitez pas à postuler chez DXC Technology !

→ Si vous avez des questions vous pouvez contacter Nicolas Jousse sur son LinkedIn !

Clémence TIFFAINE

Etudiante à l'ESCP Business School et rédactrice Mister Prépa et Planète Grandes Ecoles, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour aider les étudiants à trouver leur voie et à s'épanouir !