La période militaire leadership proposée par l’Armée de Terre

 La période militaire leadership proposée par l’Armée de Terre

Illustre la pml organisée par l’armée de terre

Découvre, à partir de mon expérience, en quoi consiste le partenariat entre Kedge et l’Armée de Terre qui permet aux kedgeurs de vivre un évènement baptisé « Période Militaire Leadership » (PML).

Où ai-je effectué ma PML ?

J’ai effectué ma PML au sein du 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP). Il s’agit du plus ancien régiment parachutiste français et ce dernier est subordonné à la 11ème brigade parachutiste. Le régiment est situé au pied des Pyrénées, à une soixantaine de kilomètres de Toulouse dans la commune de Pamiers au quartier capitaine Beaumont.

Ci-dessous, tu trouveras l’adresse et le contact du régiment si tu es intéressé:

1er régiment de chasseurs parachutistes
Quartier capitaine Beaumont
09105 Pamiers CEDEX

Tél. 05 34 01 99 03
Courriel : rcp1.info.fct@intradef.gouv.fr

A qui s’adresse la PML ?

La PML s’adresse à ceux qui souhaitent vivre une première expérience à l’armée sur des temps plus ou moins variés. Il n’est pas nécessaire spécifiquement d’avoir déjà effectué auparavant une PML ni d’avoir déjà intégré l’armée. À ma PML, nous étions 28. La plupart n’avait jamais mis un pas dans l’Armée de Terre à l’exception de quelques-uns déjà engagés en tant que réservistes ou ayant déjà fait d’autres périodes militaires.

Pourquoi avoir fait la PML ?

Ayant un paternel qui avait faire son service militaire et qui avait beaucoup apprécié cette expérience, cela m’avait donné l’envie bien plus jeune d’explorer ce milieu. Pour moi, se lancer dans l’Armée de terre va de pair avec côtoyer ses limites, se dépasser et avoir un mental de détermination, ce qui est tout à fait en adéquation avec ma personnalité et mon état d’esprit. Avec mes études, je m’étais renseignée. Il était compliqué de partir sur plusieurs mois et j’avais donc gardé cette idée dans un coin de ma tête. De plus, pour rebondir sur mes dires précédents, je n’avais jamais fait de PML et je n’en connaissais pas l’existence jusqu’à l’année dernière en découvrant le partenariat de Kedge avec l’Armée de Terre. C’est alors que j’ai saisi sur l’occasion dès qu’elle s’est présentée à moi. La démarche a été rapide et quelques temps après je partais à l’aventure en direction de Pamiers sans connaître ni ce qui m’attendait ni les personnes qui allaient partager cette expérience avec moi.

En quoi consiste la « Période Militaire Leadership » ?

La PML consiste selon moi en « une incroyable aventure dans laquelle chaque personne qui s’est engagée à y participer, est en rapport constant avec ses limites qu’elles soient physiques comme mentales ». A titre personnel, elle a eu lieu du 1er au 7 novembre 2021 à Pamiers. Au cours de cette période, de nombreuses activités y ont été dispensées, ce qui nous a permis d’explorer en grande partie le monde de l’Armée de Terre. A noter, que chaque programme d’activités est propre à chaque régiment.

La préparation militaire proposée est totalement prise en charge par l’Armée de Terre que ce soit pour le logement, le transport, l’alimentation ou encore des activités. On nous demande simplement d’amener quelques grosses chaussettes et quelques affaires de base.

Un zoom sur la répartition des activités sur la PML ?

Les activités ont été vraiment variées et très complètes étant donné le temps que durait notre expérience. En effet, nous avons d’abord appris les pas et à se déplacer en rang, accompagné par le chant appris le premier jour, selon l’ordre attribué. A cela, s’ajoute des séances de sports intensives (footing, pompes, tractions etc.), des parcours du combattant en extérieur qui nous a permis d’étudier les positions stratégiques, dans l’eau, des courses d’orientations (de jour comme de nuit), des séances d’escalade (de jour comme de nuit également). Nous faisions aussi de la garde en groupe et on avait nos horaires pour veiller la nuit. Ensuite, nous avons appris à manier le famas, le démonter et remonter, les différentes positions avec le famas, tirer à blanc au famas (sur des cibles comme sur le front contre d’autres équipes (simulation d’attaque)). On nous aussi fait un topo sur d’autres armes fréquemment utilisées lors d’opérations militaires. L’accent a été mis aussi sur le déplacement avec des sessions dans le cube par équipe, ainsi que sur la stratégie. Concernant cette dernière, cela s’est traduit par la prise de décisions de l’équipe lors d’un parcours d’obstacles, un parcours en canoë effectué suite au cours réalisé sur les différents nœuds (de pêche, le nœud marseillais par exemple) et enfin les stratégies mises en place lors de la simulation d’attaques. Il fallait agir rapidement et être rationnel dans ces prises de décisions.

Tout cela allait de pair avec la transmission des valeurs fondamentales de l’armée telles que le respect, la cohésion de la section, la force et l’honneur. Également, la discipline dispensée en son sein transmises par l’équipe de sergents, caporal-chef et du lieutenant.

Comment ai-je vécu la PML ?

Ce fut pour moi une aventure très intense et incroyable. En effet, je trouve que la manière dont était organisée la PML était très complète mais avec un rythme très soutenu. Nous dormions peu de temps par nuit et le froid était présent dans les tentes. Au fur et à mesure des exercices, malgré la douleur accumulée que l’on peut ressentir, paradoxalement le corps s’habitue rapidement. On se rend compte que tout est dans le mental. Que l’on ressent les choses selon comment on va approcher telle ou telle chose. En une semaine, je suis sortie totalement de ma zone de confort et c’est ce que j’étais venue chercher. Je peux affirmer que j’ai eu accès à mes limites physiques à deux reprises et que sans mon équipe, j’aurais eu dû mal à avancer si loin. A plusieurs on est bel et bien plus fort pour revisiter le fameux diction « [à un on va plus vite], à deux on va plus loin ». La fatigue était constante mais secondaire.

J’ai aussi beaucoup apprécié le côté leadership de cette session militaire. Plus précisément, chaque jour comme de nuit, il y avait un chef de groupe, un chef de section et c’est un plaisir de voir chacun s’investir et prendre des responsabilités. Nous prenions notre rôle très à cœur et été respectés par chacun.

Pour fermer la parenthèse sur cette question, d’un point de vue humain, j’ai rencontré des personnes incroyables. L’esprit d’équipe passait avant tout, on avançait en équipe ou on n’avançait pas. Si quelqu’un avait une faiblesse, on l’aidait, peu importe si la charge était difficile pour nous. En si peu de temps, la cohésion de groupe est devenue première et j’ai beaucoup apprécié cet aspect-là que l’on rencontre que rarement dans la vie courante. Il y a un sentiment d’accomplissement très satisfaisant.

Quelles sont les répercutions que la PML ont engagées sur ma vie ?

En une semaine, les leçons tirées et la richesse de cette expérience auront engagées un changement de mentalité sur ma vie. Je me sens beaucoup plus à même de me confronter à des situations me sortant de cette fameuse zone de confort. Aussi, je me sens bien plus apaisée dans ma vie depuis cette expérience. Je m’explique : le fait par exemple d’avoir été séparée de mon téléphone sur toute la période m’a permis de déconnecter entièrement. Pour une fois, je ne contrôlais plus rien, ni même le temps, je vivais simplement mon expérience. On se rend compte que le téléphone et les notifications omniprésentes sont nocives et source de stress. Actuellement, je suis beaucoup plus indépendante à ce sujet. Ensuite, au niveau de ma personnalité, mon côté leader et d’entrepreneur s’est d’autant plus intensifié. Enfin, au niveau de l’esprit d’équipe, j’ai une vision différente d’aborder les choses et la cohésion ressentie lors de la PML est celle que j’aimerais voir figurer au sein de future entreprise.

Une anecdote à raconter ?

A la semaine de mon retour, comme beaucoup d’entre nous, avons eu beaucoup de mal à nous déconnecter de la PML. Je pensais sans arrêt à la PML y compris la nuit. Je répondais parfois sans y prêter attention « reçu » car pour répondre au sergent par exemple nous avions l’habitude de répondre « oui/non/merci/reçu + le nom du grade (sergent) ». C’était à la fois drôle mais aussi frustrant de mettre une fin sur la PML. Lors du retour aussi, nous avions tous pris le train ensemble et à nouveau, il était très bizarre de ne plus porté nos treillis, de ne plus avoir rien à faire concrètement.  

Un mot de la fin ?

Faites cette expérience dans votre vie si vous en avez l’occasion!

Voir plus : s’engager dans l’armée et les PM