Interview d’Agathe Monpays : CEO de Leroy Merlin Grèce/Chypre

 Interview d’Agathe Monpays : CEO de Leroy Merlin Grèce/Chypre

Dans cet article, tu retrouveras le témoignage d’Agathe Monpays CEO de l’enseigne Leroy Merlin en Grèce et à Chypre.

 

Pouvez-vous présenter et revenir succinctement sur votre parcours académique ? 

Je m’appelle Agathe Monpays, j’ai 28 ans et je suis la directrice générale de Leroy Merlin pour la Grèce et Chypre. 

J’ai réalisé un bachelor et un master au sein de l’IESEG à Lille, période durant laquelle j’ai multiplié les expériences professionnelles en parallèle.

J’ai d’abord découvert le retail au travers d’une expérience de plusieurs années en contrat étudiant en tant que conseillère de vente, puis j’ai réalisé mes deux dernières années en alternance en tant que chargé de projet Marketing Direct.

C’est quand j’ai été diplômée que j’ai souhaité me reconnecter à mes premiers amours et retrouver la proximité avec le client en intégrant Leroy Merlin comme chef de secteur. J’ai exercé ce métier 4 ans avant de reprendre la direction d’un magasin pour 2 ans.

 

Aujourd’hui en tant que directrice générale de Leroy Merlin (Grèce/Chypre) quelles sont vos principales missions et responsabilités ?

J’ai aujourd’hui la responsabilité des 8 magasins de l’entreprise et du fonctionnement de nos services supports; centrale achat, marketing, digital data, finance, HR, Suppy chain..

J’ai pour habitude de dire que ma mission est de faire fructifier les trois patrimoines qui m’ont été confiés. Tout d’abord les hommes de l’entreprise avant tout; recruter les meilleurs, les aider à se développer et se réaliser dans l’entreprise et leur permettre d’atteindre leurs objectifs.

 Mais aussi,  les habitants, qui sont nos potentiels clients. Je me lève chaque jour avec la volonté d’améliorer leur expérience dans notre enseigne et les aider à améliorer leur habitat.

Et pour conclure, comme résultat, notre patrimoine économique qui garantit la durabilité de notre entreprise dans le temps.

 

Vous avez été directrice de magasin à Roubaix avant de partir pour la Grèce, quel est selon vous les principales différences entre les deux marchés (France – Grèce) ?

Avant tout, je dirais que la première différence est le niveau de bricolage des habitants: la culture du do it yourself est sans doute plus implantée en France, là où les grecs ont plus facilement recours à des professionnels pour réaliser leurs travaux. 

Ensuite, la notion de l’habitat, la Grèce à la particularité d’avoir de nombreux habitats partagés en famille, il n’est pas rare que les parents accueillent, dans une partie de leur logement ou à proximité, leurs enfants pour les aider à se lancer dans la vie. Cela créait  évidemment des différences conséquentes dans la manière de concevoir son habitat, de penser ses projets et de les réaliser.

 

Comment pouvez-vous expliquer la belle réussite de cette entreprise française en Grèce et à Chypre ? Aujourd’hui qu’est-ce qui distingue Leroy Merlin de ses principaux concurrents dans cette zone géographique spécifique ?

Je pense que le succès de l’entreprise est tout d’abord dû à la qualité des personnes qui la composent. Depuis plus de 15 ans maintenant, l’entreprise a su jongler entre un soutien d’un groupe international puissant d’un côté, et des ressources spécifiques et expertes au local. Ce mélange de cultures et de compétences profitent de tout évidence au client, et permet une offre adaptée aux besoins des habitants grecs et chypriotes. 

D’un autre côté, je crois que l’entreprise a su s’adapter, traverser les crises, avancer en résilience pour rester présente aux côtés des clients avec des produits et services qui améliorent leur vie au quotidien. 

Enfin, je pense que nous avons réussi à proposer un concept permettant d’offrir des solutions de A à Z à nos clients. De l’outillage simple, à un projet cuisine livrée et posée.. nous souhaitons rendre simple les projets de rénovation qui peuvent parfois sembler complexes et stressants pour les habitants.

Retrouvez juste ici le site :  d’ADEO

 

Est-ce important de garder une emprunte française même sur les marchés étrangers ?

Je ne crois pas que l’empreinte française soit “nécessaire”. Je pense qu’il faut se concentrer sur le besoin du client, lui apporter la meilleure solution au meilleur prix. Pour certains produits de toute évidence ils seront communs à ceux de la France, pour d’autres, ça ne fait pas sens.

 

Prendre la tête de la direction pour une région spécifique doit demander une grande capacité d’adaptation, comment y êtes-vous pris ?

Je crois que le seul secret de cette adaptation repose sur l’écoute et le temps passé aux côtés des équipes. Je visite très régulièrement chacun de nos magasins, je consacre du temps à mon équipe mais aussi à leurs propres équipes. 

J’ai par exemple choisi de rencontrer individuellement chaque collaborateur travaillant au siège social. Je crois que ce sont eux qui détiennent les connaissances et les clés de réussite de l’entreprise.

 

Vous êtes directrice générale pour les pays suivants : Grèce et Chypre, y – a-t-il une très grande différence entre les deux pays ? Si c’est le cas comment s’adapter aux deux pays ?

De toute évidence ce sont deux pays différents.. La concurrence est différente, les approvisionnements aussi, les habitudes de consommation, et même les prises électriques.. nous nous devons donc de nous adapter à la réalité locale de chacun des pays.

Dans cette optique, j’ai notamment réalisé des visites maisons chez les habitants afin de mieux cerner les besoins et les spécificités locales. 

 

Depuis votre arrivée en septembre sur ce nouveau poste, quel a été votre plus gros défi à relever ?

Manager l’impatience !

C’est un métier d’impact à long terme, certaines des décisions prises n’impacteront la réalité que d’ici quelques mois.. années.. il faut l’accepter. 

C’est à peu près la même chose pour l’apprentissage du grec.. ou la gestion des nuits de mon bébé de 7 mois. Il faut savoir aborder de front tous ces challenges et y prendre du plaisir.

 

Selon vous pour obtenir ce poste à haute responsabilités quelles étaient les principales forces de votre CV ?

A vrai dire, c’est une question difficile..

Je pense que j’ai prouvé dans le passé ma capacité à faire des choses sérieuses sans se prendre au sérieux. Mes valeurs de proximité, de simplicité, de pragmatisme m’aident très certainement à faire des choix sensés au quotidien qui changeront la vie de nos clients et de nos équipes.

Je suis passionnée par les enjeux qui m’ont été confiées et j’ai à cœur de donner le meilleur pour les faire prospérer.

 

Lire plus : Ouarda Ech-Chykry, une diplômée de NEOMA Business School nomméee Directrice Générale de KIABI

 

Vous avez plusieurs expériences professionnelles à l’étranger comment expliquez-vous cette envie de s’expatrier ? Quels sont les principaux conseils que vous donneriez à un/une jeune diplômé(e) pour commencer une carrière à l’étranger ?

La curiosité et l’ouverture! Ce sont les deux moteurs qui m’ont poussé à accepter ces expériences à l’étranger.

Mon conseil, c’est d’accepter les cadeaux que la vie vous envoie! Apprendre à dire OUI c’est un exercice en soi. Et aussi, si famille il y a, il est primordial que ce soit un projet commun, ou chacun va pouvoir se réaliser! Sans quoi, c’est l’échec assuré !

 

Un grand merci à Agathe Monpays pour avoir accepté cette interview !