D’une prépa ingénieur à une école de commerce du TOP5

 D’une prépa ingénieur à une école de commerce du TOP5

Si les prépas scientifiques (MP/PC/PSI/PT/BCPST/TSI) préparent en grande majorité aux concours des écoles d’ingénieurs (X-ENS, Mines, Ponts, Centrale, CCINP…), de nombreux candidats optent chaque année pour une Grande Ecole du commerce à l’instar d’emlyon business school et de l’EDHEC Business School, qui se disputent toutes 2 férocement la 4ème place dans les différents palmarès nationaux. Aujourd’hui, ces 2 écoles sont réunies à travers leurs étudiants Maxence et Charlotte, tous 2 étudiants en Master à Lyon et à Nice.

 

Bonjour à vous deux, pouvez-vous nous parler de votre parcours

Charlotte : Bonjour, je m’appelle Charlotte Brugeat et je suis actuellement étudiante à l’EDHEC Business School (Nice) en Master 1 dans la filière Financial Economics.

Après avoir eu mon baccalauréat scientifique en 2016, j’ai décidé de partir en classe préparatoire scientifique MPSI au lycée Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. Ensuite, j’ai choisi la filière MP car j’étais plus à l’aise avec les mathématiques que la physique ou encore les sciences de l’ingénieur. Durant ma deuxième année de prépa, j’ai découvert qu’il était possible d’intégrer une école de commerce en ayant suivi un cursus scientifique et par la même occasion j’ai découvert l’EDHEC Business School. Voulant travailler dans la finance plus tard, l’idée d’intégrer une école de commerce m’a paru être un parcours très intéressant. C’est comme ça que je me suis retrouvée le 1erSeptembre 2019 au pied de l’incroyable campus de l’EDHEC BS à Lille. Après ma première année de Pré-Master à Lille, j’ai décidé de suivre le M1 Financial Economics de l’EDHEC BS à Nice pour justement me spécialiser dans la finance.

Maxence : Bonjour et merci pour cet interview, c’est important que les prépas scientifiques soient au courant de toutes leurs possibilités.

De mon côté, un bon niveau en terminale m’a mené vers une prépa MPSI-MP, principalement sur conseils des professeurs. J’ai alors fait trois ans au Lycée du Parc, à Lyon, puis intégré emlyon pour des raisons que j’expliquerai juste après. Grosso modo, je ne m’y retrouvais pas dans les aspects techniques de l’ingénierie et une école de management m’ouvrait les portes d’une carrière en finance. Après l’année de licence et un stage en conseil, je suis en master en management avec une spé finance et je vais intégrer les équipes d’un fond de private equity pour ma première partie de césure.

 

Quelles ont été les principales difficultés en prépa scientifique ? 

Charlotte : Selon moi, la principale difficulté en prépa scientifique était la densité de cours à apprendre. Il fallait retenir une multitude de formules, de théorèmes, de propriétés, de cas particuliers et j’en passe sans pour autant comprendre à quoi cela servait vraiment. Et, en plus, quelle que soit la période de l’année il fallait bosser même s’il faisait 30°C dehors et que tu avais juste envie d’aller boire un verre en terrasse. Mais mis à part ça, je garde quand même un très bon souvenir de la prépa scientifique.

Maxence : La principale difficulté a été d’aller chercher de la motivation. J’ai choisi l’option prépa maths car ça ouvrait de nombreuses possibilités. Mais quand on ne sait pas où on va, qu’on n’arrive pas à se situer, on entre vite dans une spirale négative. On peut arriver à un point où on travaille 10-15h par jour sans savoir pourquoi. Il est alors important de vite s’intéresser aux écoles pour trouver une nouvelle source de motivation et pour tenir jusqu’au bout. Parler à des étudiants d’écoles qui m’intéressaient m’a beaucoup aidé et j’ai très bien terminé ces années de prépa.

 

À quels types d’écoles les prépas scientifiques préparent-t-elles ? Visiez-vous de base une de ces écoles ?

Maxence : Les prépas scientifiques préparent principalement aux écoles d’ingénieurs, qu’elles soient généralistes ou spécialisées. Des étudiants se dirigent également vers la recherche ou le professorat, à travers l’ENS ou la fac.

Bien-sûr, je visais l’une de ces écoles à mon entrée en prépa. Je ne pense pas que ce soit le meilleur choix de faire une prépa maths si l’on n’est pas intéressé par une école d’ingénieur ou par la recherche. D’une part parce que les cours sont orientés ingénierie. Si l’on n’est pas intéressé par l’ingénierie, je ne vois pas comment on peut apprécier les cours de prépa maths, et donc bien les travailler. Ensuite, je pense que c’est trop risqué de faire une prépa maths dans le but d’intégrer une école de commerce, il y a peu de places et peu d’écoles de commerce prennent des prépas scientifiques ! C’est une fois en prépa qu’on peut se rendre compte que l’ingénierie ne nous plait pas, c’est alors qu’il faut se renseigner sur les autres possibilités.

Charlotte : Les prépas scientifiques te préparent généralement pour intégrer une école d’ingénieur. Mais depuis quelques années il est possible de postuler pour deux écoles de commerce, l’emlyon business school et l’EDHEC Business School, en ayant suivi une prépa scientifique. Honnêtement je n’ai jamais réellement voulu intégrer une école d’ingénieur, aucune ne me faisait rêver. Quand j’ai découvert l’EDHEC BS, j’étais convaincu que cette école était faite pour moi. J’ai donc tout mis en œuvre pour réussir les épreuves du concours AST1 de l’EDHEC BS et j’ai réussi !

 

Quelles images les écoles de commerce ont-elles au sein des prépas scientifiques ? D’ailleurs, comment avez-vous entendu parler de ces écoles ?

Maxence : L’image des écoles de commerce au sein des prépas scientifiques n’est pas très bonne. C’est surtout de l’indifférence, parfois du mépris. Je pense que ça vient principalement du fait que les élèves en prépas scientifiques ont soif de connaissances théoriques, de technique, de challenge intellectuel. Et au sein de la prépa, le cliché sur le fait qu’on n’apprenne rien en école de commerce existe. C’est faux, il s’agit d’une autre manière d’apprendre.

Je me suis intéressé aux écoles de commerce à mon entrée en cube, lorsque je me suis demandé où j’allais. Lire de la presse business a attiré mon attention sur de nouveaux métiers, et ensuite sur les écoles de commerce. Je me suis alors intéressé à emlyon et à l’edhec, écoles qui intégraient des prepas scientifiques, via leur site internet principalement.

Charlotte : Au sein des prépas scientifiques, les écoles de commerce ne sont pas toujours bien perçues. Elles sont souvent vues comme étant réservées à des étudiants aisés qui ne désirent pas travailler pour obtenir un diplôme. On entend souvent qu’un étudiant en école de commerce « achète son diplôme », ce qui est totalement faux bien sûr. Dans ma prépa, j’ai eu la chance de ne pas rencontrer ce genre de mentalité et d’être entourée par des professeurs qui me soutenaient car ils avaient déjà eu des élèves scientifiques qui ont intégré une école de commerce.

J’ai entendu parler de l’EDHEC Business School pour la première fois lors du forum organisé par mon lycée. Deux anciennes élèves de MP et MP*, étudiantes à l’EDHEC Business School, sont venues présenter leur école et c’est à ce moment-là que j’ai découvert la possibilité d’intégrer une école de commerce en étant en prépa scientifique.

 

Comment avez-vous préparé ces concours des écoles de commerce ? En quoi consistaient-ils ?

Maxence : L’EDHEC et emlyon ont deux concours différents. J’imagine que Charlotte va parler des concours EDHEC, je vais donc présenter ceux d’emlyon. L’admissibilité est basée sur une épreuve de maths et une évaluation du dossier. Cela ne nécessitait pas de préparation spécifique école de commerce. Ensuite, l’oral d’anglais est plus ou moins semblable aux oraux de langues des concours X/Mines/Centrale, et donc ne nécessitait pas de préparation particulière non plus. L’entretien de personnalité est plus compliqué à appréhender, nous n’avons aucune préparation. Il faut arriver à le travailler en parallèle. On peut trouver beaucoup d’informations sur internet ou via des étudiants de l’école (format, questions classiques, conseils…).

Charlotte : Il faut tout d’abord savoir que les concours pour intégrer une école de commerce via une classe préparatoire scientifique ne sont pas les mêmes que ceux que passent les prépas économiques. Lorsque j’ai passé le concours de l’EDHEC BS il y avait trois épreuves écrites (mathématiques, anglais et français) et trois épreuves orales (anglais, espagnol et un entretien de personnalité). Étant en MP l’épreuve de mathématiques ne m’inquiétait pas trop mais j’ai dû beaucoup travailler l’anglais ainsi que le français parce que le format d’épreuve proposé était très différent de celui des concours d’ingénieur classiques. J’ai également fait plusieurs fois les annales du concours AST1 de l’EDHEC BS que l’on peut retrouver sur le site Internet de l’école. Pour les oraux, je me suis surtout entrainée avec mon professeur de français/philo pour l’entretien de personnalité, qui est souvent l’épreuve la plus redoutée et avec le plus gros coefficient.

 

Pourquoi emlyon business school ? Et pourquoi l’EDHEC Business School ?

Maxence : Lorsque vous êtes admis aux deux écoles, vous avez tout de même le choix entre deux très belles écoles qui vous mèneront à une belle carrière. De mon côté, j’avais déjà un gros bagage technique, notamment en maths. Le côté international, entrepreneurial et managérial d’emlyon allait m’apporter cette autre facette. Mon projet était de faire de la finance, et emlyon promet de beaux postes dans ce domaine. Les alumni présents en banques d’investissement sont nombreux, les professeurs brillants, et des cours carrières (préparation d’entretiens, aide au CV…) sont disponibles. Ce sont les raisons qui m’ont orienté vers emlyon. Après intégration, je me rends compte qu’il y en a finalement de nombreuses autres : parcours à la carte, échanges, tracks finance ou conseil, associations… Je conseille vraiment de bien se renseigner, afin de choisir l’école dans laquelle vous vous épanouirez le plus.

Charlotte : L’EDHEC Business School propose une très bonne formation en finance, c’est entre autres ce qui m’a motivé à intégrer cette école. Mais pas que ! Contrairement à la plupart des écoles d’ingénieur, les écoles de commerce accueillent leurs potentiels futurs étudiants sur leur campus pour les oraux et c’est à ce moment-là que tu peux te rendre compte de l’ambiance de l’école et de la mentalité des étudiants. Ça te permet aussi de découvrir la ville dans laquelle se trouve l’école. Quand je suis allée à Lille pour mes oraux, j’ai été conquise par l’école (formations, ambiance, campus…) et la ville, d’où mon choix pour l’EDHEC BS.

 

Comment vivez-vous vos années d’écoles de commerce ? Qu’appréciez-vous ? Et qu’est-ce qui vous plaît moins ? 

Maxence : Je vis ces années de la meilleure des façons, pleines de découvertes, de rencontres et de challenges.

Ce que j’apprécie le plus, c’est le fait qu’emlyon laisse une place énorme à nos projets. Le parcours à la carte aide beaucoup. Il est tout à fait possible pendant nos années étudiantes de monter une entreprise, partir 4 mois faire le tour du monde, écrire un livre, s’engager à 100% dans une association… Nous construisons notre projet petit à petit et tout est mis en œuvre pour l’épanouissement de chacun.

Ce que j’aime un peu moins, c’est le manque de stabilité que l’on pouvait avoir en prépa. En CPGE, nous avons tous notre petit train et d’un coup, c’est un peu l’aventure. L’école fait de son mieux pour nous aiguiller mais entre la vie associative, les cours, les expériences internationales et les stages, le rythme change tous les six mois. Ce manque de repère me déplaisait mais c’est aussi une forme d’apprentissage !

Charlotte : Même si la situation actuelle ne me permet pas de vivre pleinement mes années en école de commerce, je garde un très bon souvenir du début de ma première année à l’EDHEC Business School qui fut remplie de nouveautés et de découvertes. Les cours, l’ambiance, les associations, tout était organisé pour que les 1A (dont je faisais partie) s’intègrent au mieux. Avec les cours en distanciel, la véritable « vie EDHEC » s’est un peu mise de côté mais les associations auxquelles nous appartenons pour la plupart continuent de nous faire vivre l’expérience EDHEC. J’apprécie particulièrement ce dynamisme créé par les associations qui sont au cœur de la vie étudiante à l’EDHEC BS.

Le plus difficile pour moi a été de suivre un nouveau type de cours qui avait pour but de nous faire réfléchir sur des questions ouvertes et de résoudre des problèmes de la vie de tous les jours sans forcément avoir de bases. Venant d’une classe préparatoire scientifique, mon esprit n’était pas vraiment « formaté » pour suivre ce type de cours. (D’ailleurs cette méthode d’enseignement existe aussi dans beaucoup d’écoles d’ingénieur.) Mais j’ai su m’y habituer et aujourd’hui, étant dans la filière Financial Economics, ce type de cours n’existe quasiment plus.

 

À quels types de métiers préparent les écoles de commerce ? Les écoles d’ingénieur préparent-elles à ces mêmes métiers ?

Maxence : Les écoles de commerce préparent aux métiers du management, que ce soit dans le marketing, la logistique ou la finance. Ces trois domaines sont infiniment larges, on devine alors que des centaines de métiers sont accessibles. Et encore, les doubles diplômes et les échanges académiques peuvent élargir le champ des métiers possibles : ingénierie, droit, politique…

Du côté des écoles d’ingénieurs, c’est plus compliqué. A mon sens, les écoles d’ingénieurs généralistes (X, Mines Paris, Centrale Supélec et beaucoup d’autres) préparent également aux métiers du management, avec un profil type qui s’orientera vers des secteurs plus scientifiques. Les écoles d’ingénieurs spécialisées vont former des profils plus techniques, souvent dans des secteurs spécifiques.

Charlotte : Les écoles de commerce préparent à une multitude de métiers que ce soit dans le Management, dans le Marketing, dans la Finance, dans la Comptabilité, dans la Communication, dans le Droit parfois et j’en passe. Certaines écoles d’ingénieur préparent à ces métiers aussi mais pas avec le même programme ni la même vision des choses j’imagine. Dans ces domaines là, les écoles de commerce fourniront un programme plus avancé et plus complet qu’une école d’ingénieur.

 

Pour quels types de profils recommanderiez-vous les écoles de commerce ?

Maxence : Justement, une grosse source d’apprentissage en école de commerce vient de la diversité des profils intégrés. Je recommande l’école de commerce aux préparationnaires qui ne s’y retrouvent pas des cours scientifiques et qui ont une forte attirance business. L’école de commerce peut également correspondre à des personnes qui ont déjà leur projet en tête (entrepreneuriat par exemple). Il n’y a pas de profil type, ce sera à vous de montrer en entretien que l’école correspond à votre projet ; et à l’école de vous montrer ce qu’elle peut vous apporter !

Charlotte : Si tu n’as toujours pas d’idée précise de l’école que tu souhaites intégrer et que tu te rends compte qu’un métier qui mêle des domaines comme la physique ou les sciences de l’ingénieur n’est pas fait pour toi ou si tu es tout simplement curieux(se), alors renseigne toi bien sur les écoles de commerce et passes les concours ! Tu découvriras un monde totalement nouveau qui pourrait te correspondre. N’importe quel profil peut se retrouver dans une école de commerce, c’est ce qui fait leur richesse.

 

Quels sont vos plans de carrière ? 

Maxence : Je vais faire ma première partie de césure en private equity. L’objectif est de rester dans ce domaine, que ce soit en seconde partie de césure ou en fin d’études. C’est pour moi le parfait équilibre entre finance, stratégie et opérationnel. Les fonds d’investissement sont souvent spécialisés dans un ou plusieurs secteurs. Mon objectif sera d’intégrer en fin d’études un fond spécialisé dans des secteurs plutôt scientifiques : énergie, aéronautique, industrie, tech… Même si l’ingénierie n’était pas faite pour moi, je garde tout de même un fort attrait pour les sciences !

Charlotte : Actuellement je sais que je veux travailler dans la finance soit dans la finance d’entreprise soit sur les marchés financiers. À partir de Juillet 2021 je vais effectuer deux stages de six mois qui m’aideront à faire mon choix et m’orienteront vers le Msc (Master 2) qui me convient le mieux.

 

Pour finir, avez-vous un petit mot pour les candidats en prépa scientifique qui s’intéressent aussi aux écoles de commerce ?

Maxence : Renseignez-vous ! L’EDHEC et emlyon sont deux supers écoles, qui au premier abord se ressemblent mais de nombreuses différences existent. N’hésitez pas à parler aux étudiants également, en particulier aux prépas scientifiques en école de commerce. Une immense majorité vous répondront avec enthousiasme et intelligence. Ensuite, le meilleur moyen d’être prêt aux concours d’écoles de commerce est d’être prêt pour les concours Mines/Centrale. Une préparation en parallèle est tout de même nécessaire. Bon courage !

Charlotte : Si tu es intéréssé.e par les écoles de commerce ou juste curieux(se) n’hésite pas à te renseigner davantage sur ce parcours, la diversité des formations proposées pourrait te surprendre ! Évidemment, je te conseille de passer les concours écrits et de te donner les moyens de réussir pour accéder aux oraux car c’est à ce moment-là que tu sauras si ce type d’école est fait pour toi ou non. Même si ce n’est pas le parcours classique pour intégrer une école de commerce, il ne faut pas avoir peur de se lancer car souvent les écoles de commerce cherchent à diversifier au maximum les profils de leurs étudiants donc tu as toutes tes chances !

Pour finir, si tu décides de passer les concours n’oublie pas de bien faire toutes les annales proposées sur le site de l’école et de sortir ton plus beau costume et ton plus beau sourire pour les oraux !