L’audit chez HSBC – Rencontre avec Louis

 L’audit chez HSBC – Rencontre avec Louis

L’audit est un secteur très prisé des étudiants en école de commerce, mais souvent moins bien connu par les étudiants quand ils entrent en école. Nous avons rencontré Louis Denappe, étudiant à l’ESSEC qui a réalisé son stage chez HSBC et qui nous explique en quoi consistaient ses missions !

 

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Après avoir obtenu mon bac S à Aix-en-Provence, j’ai fait 2 ans de prépa ECS au lycée Janson de Sailly à Paris. Aujourd’hui, je suis en première année de Master et président du Club d’Aviron. Ce que j’apprécie énormément à l’ESSEC, c’est son fameux « parcours à la carte ». C’est nous qui choisissons le parcours que nous voulons suivre. Le champ des possibles est illimité : on peut se lancer dans l’ingénierie avec le double-diplôme avec Centrale Supélec ou même faire des humanités avec l’ENS Ulm. On fait vraiment ce qu’on veut. La première année est divisée en 2 parties : jusqu’à janvier, l’ESSEC nous propose des séminaires dont un stage ouvrier d’un mois qui nous permet de nous ouvrir à un milieu qu’on ne connaissait pas forcément. Ensuite, à partir de janvier on reprend les cours jusqu’à fin juin.

Lire plus : Le premier trimestre à l’ESSEC, une expérience professionnalisante unique

Peux-tu nous parler de ton stage chez HSBC ?

Pour valider notre année de prémaster (L3), nous devons faire un stage de 3 à 6 mois. En pré-master on est souvent perdu au sujet des choix des stages, c’est donc très important de se renseigner auprès des 2e et 3e année. J’ai choisi pour premier stage de rejoindre l’Inspection Générale d’HSBC Continental Europe. J’étais donc basé à La Défense et j’auditais les filiales d’HSBC d’Europe continentale.

 

A quoi ressemblaient tes missions ?

Le rôle de l’audit interne est de s’assurer qu’HSBC est en adéquation avec la loi. Elle sert notamment à vérifier qu’HSBC ne participe pas à des activités de blanchiment d’argent, de corruption ou de financement du terrorisme.

Durant les 6 mois de mon stage, j’ai contribué à 4 audits internes, traitant respectivement : du Dispositif de protection des lanceurs d’alerte, de la Seconde Directive sur les Services de Paiements, d’un prestataire de production de chéquiers, ainsi que de la communication réglementaire à la clientèle.

À la différence de l’audit financier réalisé par les Big Four, l’audit interne est davantage réglementaire.

Les missions se font généralement en 2 parties :

  • Une partie étude de design : on vérifie si les textes de la banque qui détaillent les protocoles à appliquer sont en accord avec les directives bancaires européennes.
  • Une partie étude d’efficacité : elle consiste à tester si les salariés appliquent convenablement les protocoles de la banque précédemment validés comme étant en conformité avec la loi.
  • Quelles sont les particularités de l’audit ?
 

Lire plus : L’audit et le BIG 4

 

Quelles sont les particularités de l’audit ?

L’audit exige une grande rigueur dans notre manière de reporter les travaux. Etant dans une banque britannique globale, tous les rapports doivent être rédigés dans une syntaxe d’anglais « business » bien précise. Les rapports étant relus par la direction du groupe, il faut donc qu’ils soient irréprochables. Ce formalisme est très conséquent dans l’audit.

S’il n’y avait qu’un idée à retenir : L’audit est fait pour rendre la banque plus transparente et vérifier qu’elle soit le plus possible en adéquation avec la loi.
Pour cela, on fait des contrôles et quand on perçoit des problèmes, on propose des plans de remédiation puis on fait un suivi (vérification 6 mois et 1 an après). On ne peut pas clôturer un audit tant que les plans de remédiation n’ont pas été appliqués.

Quelles sont les difficultés qu’on peut rencontrer en audit ?

Les rendus sont compliqués puisqu’ils doivent être rédigés en anglais formel. Il y une véritable formalisation à respecter, il faut donc régulièrement reformuler pour que ce soit validé par le management.

Ensuite, je suis amené à diriger les entretiens avec du top management d’HSBC pour m’informer sur mes parties de l’audit. Il faut donc être bien préparé, s’être renseigné et surtout prendre confiance en soi. Quand on débute on n’ose pas poser de questions, on ne se sent pas légitime. Au contraire, il faut se dire que l’on n’est pas le/la seul.e à ne pas comprendre et ne pas hésiter à poser des questions. Si on a été recruté, c’est qu’on en est capable.

Enfin, il faut faire attention à bien reformuler quand on nous donne une mission pour être sûr qu’on a bien compris ce qu’on nous demande de faire et ainsi éviter de perdre du temps.


Pourquoi avoir choisi de faire ton premier stage dans l’audit ?

Je n’avais aucune connaissance du monde de la finance. L’avantage de l’audit c’est qu’on touche à toutes les branches de la banque. J’audite toutes les filiales d’HSBC : HSBC Banque privée, HSBC assurance, HSBC Retail Banking (banque pour particuliers)… Cela me permet vraiment d’avoir une vision relativement exhaustive de l’institution.

Pour ce type de stage, ils ont tendance à favoriser les personnes en fin d’étude afin de les garder en CDI. Cependant, si on se renseigne bien auprès de nos M1 ou M2, il est possible d’obtenir ce stage plus tôt en s’informant sur le métier pour réussir les entretiens de recrutement.


Qu’envisages-tu de faire maintenant ?

Il n’y a pas vraiment d’année de césure à l’ESSEC, chacun agence sa scolarité comme il le veut. Pour ma part, je vais sans doute m’orienter vers l’apprentissage.

Personnellement j’ai postulé pour la filière Risque & Actuariat qui prépare au métier d’actuaire. L’actuaire est la personne qui utilise les mathématiques et les statistiques pour prédire les risques dans la finance ou l’assurance. Il estime par exemple le coût d’une assurance grâce à l’analyse prédictive. A travers cette filière, l’ESSEC est en partenariat avec L’Institut de Statistique de l’Université de Paris (ISUP). Dans une période où les risques sont nombreux notamment sanitaires, il y a de plus en plus de demandes dans ce type de métiers. Et cela peut s’appliquer à beaucoup de domaines, par exemple en médecine pour déterminer quels sont les risques de développer un cancer chez un patient etc.

Clémence TIFFAINE

Etudiante à l'ESCP Business School et rédactrice Mister Prépa et Planète Grandes Ecoles, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour aider les étudiants à trouver leur voie et à s'épanouir !