Légion d’honneur : promotion 2024

Légion d’honneur : promotion 2024

Exceptionnellement publiée un 31 décembre, la traditionnelle promotion de la Légion d’honneur est parue au Journal Officiel. Ce titre honorifique distingue ceux ayant œuvré « au service de l’intérêt général ». Cette année, la Légion d’honneur rend hommage aux héros de l’attentat d’Arras. 

Dans cet article, Planète Grandes Ecoles vous résume les nominations et explore les facettes méconnues de la plus haute distinction nationale française.

 

A quoi sert la légion d’honneur ?

La Légion d’honneur est la plus haute distinction française. Elle est remise au nom du Chef de l’Etat depuis sa création par Napoléon en 1802 pour récompenser les hommes et les femmes les plus méritants de la nation.

La Légion d’honneur est une distinction honorifique et ne s’accompagne d’aucun avantage matériel ou financier. Néanmoins, c’est une source de fierté importante qui reconnait le service rendu.

Dans cet article, nous traitons uniquement de la promotion civile 2024. Cependant, il faut savoir qu’il existe également deux promotions militaires chaque année rendues publiques en juin-juillet pour l’armée en fonction et enfin en octobre-novembre pour les militaires de réserve et anciens combattants. Ainsi, en 2023, ce sont 1 858 personnes qui ont reçu la prestigieuse Légion d’honneur dont 1 170 à titre militaire.

La Légion d’honneur détient aussi un rôle symbolique : celui de représenter au mieux la société française en suivant les évolutions de cette dernière. En effet, elle apprécie de plus en plus le monde associatif et salarial, les parcours issus de milieux modestes et la place des femmes notamment grâce à la stricte parité de chacune des promotions civiles.

 

Lire plus : Légion d’honneur : promotion 2023

 

Peut-on perdre la légion d’honneur ?

La publication des nominés 2024 intervient alors que la Grande chancellerie de la Légion d’honneur est en train d’engager une « procédure disciplinaire » à l’encontre de l’acteur Gérard Depardieu. L’acteur est visé par deux plaintes pour viol et agression sexuelle. Il s’agit donc de déterminer si la Légion d’honneur « doit être suspendue ou pas, retirée complètement ou pas » a déclaré l’ex-ministre de la Culture Rima Adbul-Malak le 15 décembre 2023.

Accessible à tous, le site internet de la Légion d’honneur indique que la distinction peut être révoquée en cas de « condamnation pénale », si la personne distinguée a commis des « actes contraires à l’honneur » mais aussi des actes de « nature à nuire aux intérêts de la France ».

Néanmoins, il existe une gradation des sanctions. Avant de retirer la Légion d’honneur, la personne en faute peut avoir de manière graduelle : un blâme ou une suspension plus ou moins limités dans le temps.

Le retrait entier n’intervient qu’à la suite d’une enquête menée par le général Lecointre, ancien chef d’état-major des armées et Grand chancelier de la Légion d’honneur. C’est ensuite le conseil de l’ordre de la Légion d’honneur qui annonce ou non la sanction prise par Emmanuel Macron, le Grand maître de la Légion d’honneur et Président de la République. La décision finale est bien sûr annoncée par décret et publiée au Journal Officiel.

Attention, cette mesure est rarissime et totalement anonymisée. Le Journal Officiel annonce la sanction, sans pour autant dire qui a été exclu. L’accès étant protégé, impossible de savoir qui est sanctionné parmi les 79 000 décorés.

 

Lire plus Qui sont les ministres en France, en 2024 ?

 

Qui a déjà perdu la Légion d’honneur ?

Au cours de l’histoire, de nombreuses personnalités ont perdu leur titre honorifique. Parmi les déchus de la légion d’honneur, nous pouvons citer :

  • Victor Margueritte en 1923 pour la publication en 1922 de son virulent roman « La garçonne ».
  • Philippe Pétain en 1945 au moment de sa condamnation à mort pour trahison
  • Maurice Papon lors de sa condamnation pour complicité de crime contre l’humanité en 1999
  • John Galliano, ancien styliste de la maison Dior, pour ses propos antisémites en 2012
  • Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, condamné dans l’affaire des primes
  • Lance Armstrong, cycliste étasunien, pour dopage pendant la majorité de sa carrière

 

La promotion 2024 : les héros d’Arras

Chaque année, la plus haute distinction nationale française récompense à parité des personnes ayant œuvré ou œuvrant « au service de la nation ». Qu’il soit connu du grand public ou non, chaque nominé reçoit un grade particulier (chevalier, officier, commandeur…). 

En 2024, ce sont 352 personnes qui ont été distinguées. Elles se répartissent ainsi : 287 chevaliers, 45 officiers, 14 commandeurs, 4 grands officiers et 2 grand’croix.

La promotion 2024 de la Légion d’honneur reconnait l’engagement des héros de l’attentat d’Arras. En effet, le grade de chevalier a été remis à six policiers et cinq membres du personnel du collège-lycée Gambetta intervenus lors de l’attentat d’Arras le 13 octobre 2023. Dominique Bernard avait quant à lui été élevé à titre posthume au grade de chevalier directement par Emmanuel Macron à la suite de l’attaque.

Cette année, l’hématologue Dominique Meyer et le PDG de LVMH Bernard Arnault rejoignent le cercle très fermé des grands-croix, décerné actuellement à seulement 68 personnes.

 

Lire plus Bernard Arnault (LVMH) : histoire, fortune, perspectives

 

Domaine scientifique

La franco-suédoise Anne L’Huillier et le français Pierre Agostini, tous deux lauréats du Prix Nobel de physique 2023 sont promus commandeurs. Le spationaute Jean-François Clervoy et le pédopsychiatre Marcel Rufo sont aussi nommés commandeurs.

 

Domaine économique

L’ingénieure et femme d’affaires Colette Lewiner, l’avocat d’affaires Jean-Michel Darrois ainsi que David de Rothschild, président d’honneur de la banque d’affaires Rothschild & Co, sont tous trois promus grands officiers.

 

Domaine culturel

L’écrivain Olivier Mongin et le compositeur Vladimir Cosma se sont vu remettre le titre d’officier. L’animateur Thierry Ardisson, l’acteur Henri Huybet ou encore la danseuse Josette Baïz sont promus chevaliers de la Légion d’honneur.

 

Domaine sportif

Cette année, parmi les acteurs du monde sportif décorés, l’ancien joueur de rugby Frédéric Michalak, David Lappartient, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), la consultante sportive Marion Bartoli, le président du Red Star Football Club et producteur Patrick Haddad et le président du Racing Club de Strasbourg Marc Keller obtiennent le titre de chevalier. Le secrétaire général de la Fédération internationale de ski et ancien skieur de haut niveau Michel Vion est quant à lui élevé au grade d’officier.

 

Domaine politique

Les ministres et parlementaires en fonction ne peuvent recevoir la légion d’honneur. Néanmoins, cette année encore, de nombreuses personnes au service de l’Etat ont été distinguées. Parmi elles, l’ancienne ministre des Sports, Roxana Maracineanu, l’ancienne ministre déléguée à l’Egalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno sont nommées au rang de chevalières. Nicolas Roche, l’actuel ambassadeur de France en Iran et ancien directeur de cabinet de l’ex-ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est quant à lui fait chevalier.

L’ancien ministre et député européen Jean-Louis Borloo rejoint la liste des officiers.

 

En définitive, la Légion d’honneur est bien plus qu’une simple médaille. La Légion d’honneur représente non seulement des principes solides hérités de l’histoire française, mais également les transformations au sein de notre société. Néanmoins, il ne faut pas considérer cette prestigieuse distinction comme acquise…

*Liste des nommés non exhaustive.

Etudiant en M1 à TBS - Vice-Président du Petit Tou - Rédacteur Mister Prépa et PGE