Un des plus jeunes entrepreneurs de France : l’interview de Maxime Royer

Un des plus jeunes entrepreneurs de France : l’interview de Maxime Royer

A seulement 15 ans, Maxime a lancé son agence de Marketing Digital. Le parcours de ce lycéen qui se dit « passionné par l’entrepreunariat depuis toujours » interpelle : 1.6 M d’impressions sur son premier post Linkedln, presque 10 000 abonnées deux mois plus tard, des premières interviews pour différents médias et un talent de communicant flagrant. Interview avec un jeune entrepreneur qui a sans doute beaucoup à nous apprendre. 

 

Lire plus : Tout pour comprendre le nouveau gouvernement italien 

 

Salut Maxime, est ce que tu pourrais te présenter en quelques mots ? 

Je m’appelle Maxime, j’ai 16 ans, je viens de rentrer en première dans un lycée de la région parisienne et j’ai lancé mon agence de marketing digital il y a deux mois. Je suis passionné de Tennis, ce sport me permet de me retrouver seul face à moi-même et de me dépasser. C’est ce que j’adore. Aussi, je m’intéresse beaucoup au graphisme et au design, c’est sans doute pour ça que j’ai lancé mon agence de marketing digital.

 

Justement, tu as décidé de te lancer dans l’entrepreneuriat à 15 ans, pourquoi ?

 
En fait, le point de départ est assez marrant. L’idée est née pendant mon stage d’observation de seconde, que j’ai fait dans une startup de communication sur TikTok qui s’appelle CONTNT. Tout de suite, j’ai eu la fibre pour le secteur, j’embêtais mes maîtres de stage et les salariés de questions, j’avais vraiment envie de tout connaître sur ce milieu. A la fin de mon stage, que j’ai prolongé d’ailleurs, les personnes de CONTNT m’ont poussé à créer mon propre projet. Ensuite, l’idée a mûrie et le modèle de l’agence s’est imposé assez naturellement parce qu’il est simple à mettre en place au départ, surtout que j’avais déjà monté plusieurs comptes sur les réseaux auparavant. 

Enfin, c’est aussi une appétence et une envie. Lorsque l’on lance son business, on apprend sans cesse de nouvelles choses. C’est extrêmement stimulant intellectuellement, par exemple, j’ai appris à faire un site, des éléments juridiques…

 

Et alors pourquoi le marketing digital ? 

J’ai toujours adoré suivre des créateurs sur les réseaux, depuis plusieurs années je passe beaucoup de temps à regarder des créations et différents comptes de marketing digital. Ensuite, il faut dire que je suis plutôt quelqu’un de créatif et de curieux, alors le fait de développer un contenu, une publication, une description me plait énormément. En quelques sortes, il faut inventer et développer quelque chose pour atteindre une finalité. C’est ce que j’adore.

 

Selon toi, que peuvent apporter les jeunes dans le monde professionnel, et particulièrement dans le monde entrepreneurial ? 

Je trouve qu’on est une génération ultra-créative, née et baignée dans les réseaux sociaux depuis notre naissance. Il y a quelque de chose fou aussi, c’est qu’on a accès a tout un monde de connaissances facilement, il nous suffit d’ouvrir une page internet et d’y consacrer un peu de temps. Cette quête du savoir, c’est comme une seconde nature pour nous. D’ailleurs, de nombreux jeunes lancent des projets, c’est sans doute un regard nouveau qu’on apporte, mais aussi une envie participer au monde d’aujourd’hui et de demain. 

Enfin, j’aimerais casser un préjugé et les barrières que se mettent les jeunes lorsqu’il s’agit de lancer leur projet. Pour moi, c’est d’abord une question de volonté, il n’y a pas forcément besoin de se lancer avec beaucoup de fonds. Il faut essentiellement de la volonté pour se former, du temps aussi pour acquérir des compétences, et ensuite, il faut se jeter dans le grand bain avec un projet cohérent.

 

Quelle a été ta plus grande difficulté pour lancer Adès ? 

Je trouve que la plus grande barrière que l’on se met est mentale. En réalité, il faut passer l’étape du blocage et se dire que l’entrepreneuriat n’est pas si horrible que ça. Il faut oser et se lancer. Après, il faut garder la tête froide et toujours établir une stratégie et une vision de long terme pour son projet. On peut vite se laisser embarquer par toutes les nouvelles choses qui nous arrivent. 

 

Est-ce que tu as eu de l’aide d’autres entrepreneurs, de proches ou d’institutions ? 

Alors les équipes de CONTNT m’accompagnent jour après jour. Elles m’ont d’abord aidé à lancer le projet, m’ont conseillées, m’ont coachées… Elles sont une vraie ressource pour moi, d’ailleurs on se fait des points hebdomadaires pour penser la croissance de Adès. 

En parallèle, j’ai contacté beaucoup de jeunes porteurs de projets sur les réseaux qui m’ont tous, à leur manière, transmis des conseils et des informations qui me sont utiles aujourd’hui. 

 

Pour toi, à quoi ressemblera Ades demain ? Et quels sont tes prochains projets ? 

Ma première volonté serait que Ades devienne un véritable collectif. C’est-à-dire que je ne sois plus tout seul dans l’entreprise comme c’est le cas aujourd’hui. Aussi, l’idée serait de regrouper beaucoup de créateurs qui puissent aider les marques et les personnalités sur leurs réseaux. 

En parallèle, je compte continuer d’interagir avec la communauté naissante qui m’entoure. Pour moi, il est important de continuer à communiquer et à faire des posts sur mes réseaux. C’est un moyen essentiel pour gagner en compétences. 

Enfin, en ce qui concerne les autres projets, je compte continuer mes études après le lycée. C’est super important pour moi. Pour le moment, j’aimerais bien faire une école d’ingénieurs et une classe prépa. A plus long terme, j’aimerais continuer de lancer plusieurs projets et de poursuivre dans l’entrepreneuriat. 


Profil Linkedln de Maxime 

Etudiant à Neoma BS sur le campus de Reims- Membre du BNEM- Rédacteur PGE et Mister Prépa