TF1 et M6, les dessous d’une fusion hors paire

 TF1 et M6, les dessous d’une fusion hors paire

En pleine concurrence avec les plateformes de VOD, la maison-mère de TF1, Bouygues, devrait racheter 30% du capital de M6 à RTL Group. Retour sur les dessous d’un rapprochement hors pair entre les 2 rivaux éternels. 

 

Histoire de TF1 

Historiquement 1ère chaine de France, TF1 voit le jour pour la première fois le 26 Avril 1935, sous le nom de Radio-PTT vision. Unique chaine de télévision française jusqu’à l’arrivée de RTF Télévision 2 en 1964, elle est par la suite renommée première chaine de l’ORTF (office de radio-diffusion de télévision française). Dès son élection en 1974, considérant que l’ORTF est ingouvernable, Valérie Giscard d’Estaing démantèle cette organisation et 7 nouvelles sociétés apparaissent, dont 3 chaines de télévision : Télévision Française 1, Antenne 2 et France Régions 3. Créée le 1er Janvier 1975, TF1 commence sa diffusion au cours du mois de Janvier mais ne diffuse à l’époque qu’une soixantaine d’heures de télévisions par semaine

Puis, avec l’arrivée successive de Canal +, TV6 et La Cinq entre 84 et 86, le gouvernement Jacques Chirac ordonne la privatisation de l’une des chaines publiques. Le gouvernement porte son choix sur TF1 et c’est Bouygues qui remporte la mise. La privatisation est dès lors officielle. Puis, entre 1980 et 2000, de nouveaux jeux télévisés sont proposés par la chaine qui connait alors son âge d’or : La roue de la Fortune, le Juste prix, Une famille en Or…etc. La chaine chaîne atteint même 40% de parts de marché à la fin des années 1990. Puis, sous l’effet du lancement de la TNT, comme toutes les autres chaînes, TF1 perd en parts de marchés, en passant en deçà des 30% en 2008. S’en suivra un renouvellement de son offre avec l’arrivée de la Téléréalité (Secret Story, Koh-Lanta…), de nouveaux jeux télévisés ou encore de fictions. Par la suite, en 2019, malgré une petite baisse d’audience, les résultats financiers du groupe sont très bons.

 

Histoire de M6 

Anciennement TV6, M6 est créée en 1987. Elle devait, à l’époque, émettre à minima de la musique pendant 30% de son temps et avait un handicap de taille : ses émetteurs ne couvraient qu’un tiers de la population française. Si entre 1987 et 1992, l’avenir de la chaine est plus qu’incertain en raison du trop grand nombre de chaines généralistes et du déficit toujours plus grandissant du groupe, c’est avec la disparition de la chaine La Cinq, que la chaine devient enfin rentable et est même introduite en bourse à Paris le 28 Septembre 1994. Si par la suite, la stratégie du groupe de « contre-programmation » à base de séries américaines ou reportages en tout genre (avec Zone interdite notamment), c’est avec la première téléréalité en France – Loft Story – que la chaîne explose au grand jour. Les records d’audience sont pulvérisés et la finale de cette émission est suivie par 7 millions de téléspectateurs. Petit à petit, la chaîne s’installe en tant que bon numéro 2 de la télévision privée derrière TF1. Avec l’arrivée de la TNT en 2005, la logique de « contre-programmation » s’essouffle et laisse dès lors W9 (nouvelle chaîne du groupe), endosser ce rôle. Puis, diffuseur de  matchs de la Coupe du Monde en 2006, de l’Euro en 2008, de l’Euro 2012 et 2016, M6 multiplie les records d’audience.


Pourquoi le rachat de M6 ?

Malgré des résultats en bourse convenables, la volonté de faire un groupe plus fort et de consolider le paysage audiovisuel français peut expliquer la vente du groupe. En plus bien évidemment, du cash dont jouirait RTL Group une fois les 30% cédés.


Les candidats potentiels ?

Si le groupe Vivendi (maison-mère de Canal +) était également sur le coup, c’est finalement le groupe Bouygues (TF1) qui semble avoir remporté la mise.

Retrouve ci-dessous, l’organisation d’un tel rachat !


L’organisation de la fusion :  

TF1, filiale de la maison-mère Bouygues, devrait racheter 30% du groupe M6 à Berteslamnn (RTL group). Le géant allemand conservera tout de même 16% du capital, ce qui permettrait notamment de faciliter les discussions avec l’autorité de la concurrence et d’éviter tout refus de leur part. La Compagnie Nationale à portefeuille (CNP), cette société d’investissement belge conserve quant à elle plus de 7% du capital de l’entreprise. (À noter que la loi interdit aujourd’hui quelconque actionnaire de détenir plus de 49% du capital d’une chaine de télévision). Avec TF1, déjà première chaine d’Europe, le groupe Bouygues comptera désormais dans ses rangs les célèbres M6 et W9 mais aussi 6Ter, Gulli et nombre de radios telles que RTL ou FunRadio. Le groupe formé fera face à l’autre géant du paysage audiovisuel français privé : Canal + (propriété du groupe Vivendi) et sera sous la direction de Nicolas de Tavernost, actuel président du directoire de M6, également enseignant à Sciences Po Paris. Néanmoins, un minimum de 18 mois sera nécessaire avant d’entamer la fusion pour cause de discussion avec l’autorité de la concurrence.

Au-delà de leur nouvelle force de frappe sur les programmes télévisés, nul doute que le groupe perfectionnera et développera davantage sa plateforme de VOD Salto, pour faire face aux abonnements Netflix, Canal, Amazon Prime ou encore Disney +, mais aussi aux services ADVOD (advertisingbased video on demand), financés par la publicité, comme YouTube ou hulu.

D’autant que la concurrence s’annonce de plus en plus sévère, notamment dans le domaine sportif puisque Canal + a scellé en Novembre dernier un accord leur permettant de diffuser les plus belles rencontres de la Champion’s League (la finale comprise) et a aujourd’hui des offres plus qu’attractives à faire valoir. En première ligne, le fameux pack Canal + (Canal +, Canal + Sport, Canal + cinema, Canal + series, Canal + family, Canal + decale) ou encore le pack Cine + Series, comprenant dans une seule et même offre des abonnements aux services Cinema et Servies Canal mais aussi Netflix, Disney + et OCS.