Rencontre avec Christian Jeanneau, vice-président des activités digitales chez Assystem

 Rencontre avec Christian Jeanneau, vice-président des activités digitales chez Assystem

Rencontre avec Christian Jeanneau, dont le parcours retrace sa carrière dans le groupe Assystem, du nucléaire aux activités digitales.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Je suis Christian Jeanneau, Vice-Président Senior en charge des activités digitales pour le Groupe Assystem.

 

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Ingénieur de formation à l’INSA Lyon (promotion 1994), j’ai rejoint Assystem en 1995 en tant qu’ingénieur d’essais, notamment sur le parc nucléaire français et dans le secteur naval. Mes premières années, j’ai acquis une expérience en chantier, en conception et en conduite de projet. En 2011, je suis devenu Directeur des activités nucléaires d’Assystem en France. En 2017, je suis devenu Vice-Président Senior en charge des activités nucléaires dans le monde. Et plus récemment, j’ai pris la responsabilité des activités digitales du groupe Assystem pour accompagner la transformation digitale des grandes infrastructures industrielles de la transition énergétique. 

Je suis également Directeur de l’Assystem Institute, institut de formation créé en 2008 pour transmettre aux nouvelles générations d’ingénieurs les compétences clés développées par le Groupe et déployer nos solutions digitales.

 

Décrivez-nous Assystem, l’une des plus importantes sociétés d’ingénierie nucléaire au monde ? Racontez-nous son histoire

Assystem est né dans le nucléaire il y a plus de 50 ans pour accompagner la construction et la mise en service du parc nucléaire français. Aujourd’hui, Assystem est le deuxième groupe indépendant d’ingénierie nucléaire au monde

Plus globalement, la mission d’Assystem est d’accélérer la transition énergétique à travers le monde pour lutter contre le changement climatique. Nous accompagnons notamment les états, les maitres d’ouvrage ou les opérateurs dans la définition et le déploiement de leurs programmes de transition énergétique.

Pour relever ces défis, Assystem est convaincu que le digital va permettre de mieux maîtriser la complexité de ces projets pour en garantir le développement dans les temps et les budgets alloués. 

 

Quelles sont les actions que vous réalisez tout au long de l’année ?

Au quotidien, nous travaillons de manière globale sur le développement de l’électricité décarbonée tant au niveau de sa production que de sa distribution à travers le développement de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables partout dans le monde. Nous travaillons également sur la rénovation des réseaux électriques, et sur le développement de nouveaux usages de l’électricité comme le développement de l’hydrogène vert pour la décarbonation des transports et de l’industrie.
Nos activités digitales sont également au service de la transition énergétique et visent à l’accélérer.

 

Qu’apprenez-vous au sein d’Assystem ?

Les défis que doivent relever nos ingénieurs sont ambitieux et passionnants. Tous les jours, nos 7 000 collaborateurs contribuent à relever le plus grand défi auquel la société doit faire face : le changement climatique

Chez Assystem, nous déployons de nombreuses initiatives afin d’accompagner nos collaborateurs dans le développement de leur potentiel. Nous avons construit un écosystème riche grâce à différents programmes :

#INCREDIBLEWOMEN (notre programme de mixité)

#INCREDIBLEFUTURE (notre mission environnement)

#ASSYSTEMIMAGINE (notre programme d’innovation).

C’est une force pour Assystem et cela offre un espace d’expression individuel en complètement des grands projets que nous offrons à l’ensemble de nos collaborateurs. 

 

Quels sont vos projets projet pour 2022 ?

En 2022, Assystem continuera d’accompagner la transition énergétique et la révolution digitale. L’urgence climatique nous l’impose

En France, nous allons continuer de travailler sur l’extension de vie du parc nucléaire mais également sur de nouvelles constructions nucléaires ou d’énergies renouvelables

Au Royaume-Uni, le projet HPC et les SMR retiendront toute notre attention. 

En Turquie, nous continuerons de soutenir la construction de la première centrale nucléaire du pays. 

En Ouzbékistan, notre joint-venture avec le ministère de l’énergie du pays, nous permettra d’aller encore plus loin dans la décarbonation de leur mix énergétique. 

En Inde, notre récente acquisition de STUP, une société d’ingénierie, nous offre de belles perspectives pour se développer dans ce pays aussi bien dans les futurs nouveaux programmes nucléaires que dans les infrastructures complexes. 

Enfin, nous mettrons au service de nos clients notre expertise digitale qui repose sur trois grands piliers : la digitalisation des process d’ingénierie ; la gestion et la valorisation des données industrielles et la digitalisation des opérations terrain.
Chez Assystem, nous voulons être pour nos clients, celui qui gère et maintien les données des projets en conditions opérationnelles tout au long de la vie d’une installation et nous développons des applications métiers innovantes pour transformer leurs pratiques et accélérer leur transition digitale. 

 

Quelle est la place du nucléaire dans la transition énergétique ? 

Un mix énergétique décarboné en 2050 sans nucléaire, c’est impossible

La production d’électricité représente plus de 40% des émissions de CO2 dans le monde car elle repose en grande partie sur l’utilisation de combustibles fossiles – pétrole, charbon et gaz. Or, la consommation d’électricité dans le monde va doubler d’ici 2050, malgré les efforts réalisés en matière d’efficacité énergétique. Il est donc urgent de décarboner l’électricité en s’appuyant sur des modes de production très peu émetteurs de CO2, comme l‘hydroélectricité, les énergies renouvelables et le nucléaire, et de substituer cette électricité décarbonée aux énergies fossiles chaque fois que cela est possible.

En tant qu’entreprise militante dans la lutte contre le changement climatique, Assystem est convaincu que l’énergie nucléaire doit faire partie de la solution et doit jouer un rôle important dans la transition énergétique mondiale. 

 

Quel est l’avenir du nucléaire selon vous ? 

L’histoire du nucléaire va continuer. 

Le GIEC estime que pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C d’ici 2100, l’énergie nucléaire devrait augmenter d’au moins 59 % et jusqu’à 106 % d’ici 2030

En France, Emmanuel Macron a annoncé la construction de nouveaux EPR il y a quelques semaines. A l’international, plus que jamais, de nombreux pays envisagent l’énergie nucléaire pour répondre à leurs besoins en énergie bas carbone.

L’avenir du nucléaire ne sera pas uniquement des réacteurs de grandes puissances. Les petits réacteurs modulaires (SMR) et la fusion vont également jouer un rôle majeur pour aider les nations à se décarboner. 

Chez Assystem, nous travaillons sur ces technologies innovantes. Nous contribuons au projet ITER depuis 2005 et nous soutenons d’autres projets mondiaux de fusion au Royaume-Uni et en Chine. Quant au SMR, nous accompagnons le projet SMR de Rolls-Royce et nous venons de signer un accord de coopération avec NAAREA, deeptech française, pour la construction d’un micro-générateur ultra-compact, le XSMR nucléaire qui adressera la décarbonation énergétique des sites industriels tout en brûlant les déchets nucléaires.

 

Le mot de la fin ?

Notre monde est à un tournant mais je suis convaincu que la jeune génération d’ingénieurs saura relever les défis qui l’attendent. La voix des ingénieurs dans la société doit se faire entendre pour expliquer la lutte contre le réchauffement climatique et déployer des solutions pertinentes à grande échelle.

 

Un grand merci à Christian Jeanneau pour cette interview inspirante !

 

 

Lire plusTélécom SudParis adapte sa formation d’ingénieurs face à l’urgence climatique