Qu’est-ce-que le Private Equity ?

 Qu’est-ce-que le Private Equity ?

Le Private Equity, ou Capital Investissement en français, est une branche de la finance qui consiste à investir dans des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse. On parle aussi d’investissement dans l’économie dite réelle. 

 

Le Private Equity est un des secteurs de la finance qui a le plus souffert de la crise de 2008. Une véritable remise en question a eu lieu sur le Private Equity et la façon dont ce secteur devait être régulé et surveillé. Ce dernier n’est pourtant pas le plus à risque et ne présente pas de risque systémique. En effet, il ne représente pas de risque de liquidité, ni de risque de défaut de remboursement. Et pourtant, de nombreuses régulations lui ont été imposées. Voyons en quoi consiste ce domaine de la finance et pourquoi il se présente comme une nouvelle alternative au financement traditionnel. 

 

Lire plus : Olivier Millet (EURAZEO) : 5 décennies d’expériences dans le Private Equity (Bienvenue au Capital)

 

Le Private Equity se définit à travers plusieurs activités 

Le Private Equity est le domaine de la finance qui s’occupe de financer des entreprises ou start-ups à différents stades de développement. Ces entreprises sont ciblées et financées en fonction de leur stade de développement. Différents types de capitaux et d’aides leur sont attribués. 

  • Le Capital Risque, ou Capital Innovation : il s’agit du financement des jeunes entreprises ou start-ups innovantes avec un potentiel prometteur. On parle aussi de Capital Risque puisque ces entreprises sont encore aux premiers stades de leur développement et les investisseurs ne peuvent espérer un retour sur investissement que dans plusieurs années. Pendant cette période de croissance, le fonds d’investissement s’implique dans le développement de l’entreprise pour lui apporter des conseils et un appui stratégique afin d’assurer une croissance pérenne et à la hauteur de son potentiel. 
  • Le Capital Développement : ce financement est destiné aux PME qui sont déjà établies mais qui ont des difficultés à se développer de façon plus importante. Il s’agit souvent de PME qui souhaitent se développer à l’international, ouvrir de nouvelles agences ou renforcer leur équipe. Elles ne parviennent pas à obtenir un prêt auprès de leur banque et sont donc plus ouvertes à des financements provenant de fonds d’investissement. 
  • Le Capital Retournement : il s’agit du capital attitré aux entreprises en restructuration, qui ont des difficultés financières. Afin de cibler ces entreprises, les fonds d’investissement identifient des leviers de création de valeurs qui n’ont pas été exploités par le management actuel. L’objectif est de pratiquer une restructuration interne qui permettra à l’entreprise de retrouver une bonne croissance. 
  • Le Capital Transmission : ce capital est attribué aux entreprises au moment d’un changement de propriétaire. Ce moment est crucial pour une entreprise et peut tout aussi bien lui permettre de se développer de façon exponentielle, que la couler. C’est pour cela que des fonds sont utilisés pour permettre aux nouveaux propriétaires d’assurer la croissance pérenne de l’entreprise. Ce type de capital est utilisé dans la majeure partie des cas lors de LBO (Leverage Buy Out), qui correspondent au rachat d’une entreprise grâce à un capital dette. 

Le Private Equity s’est remis petit à petit de la crise de 2008 et, entre 2010 et 2013, environ 80% des cessions de parts des fonds ont résulté en une revente supérieure au capital initialement investi. Il peut aujourd’hui prétendre à être une véritable alternative aux marchés traditionnels. 

 

Des opportunités d’emploi et débouchés riches et gratifiantes

Contrairement au M&A, le turnover est bien moins présent dans le Private Equity. En effet, les horaires sont plus variables, et donc peuvent être moins contraignants qu’en M&A ou encore en banque d’affaires. Cela explique aussi qu’il soit plus difficile d’y trouver une place. 

 

Lire plus : Le M&A, c’est quoi exactement ?

 

La carrière « type » en Private Equity est de commencer comme Analyste au sein d’un fonds d’investissement, puis d’évoluer en tant qu’Associate. Les meilleurs deviendront ensuite Directeur d’investissement, puis Partner. Le salaire évolue lui aussi en fonction du poste. Un jeune diplômé peut prétendre à une rémunération de plus de 100 000€ (fixe + bonus) et ce montant peut dépasser les 500 000€ pour un Partner. Bien que les salaires varient en fonction de la taille de la structure et du type d’investissement pratiqué, le Private Equity reste un des domaines les mieux payés, et ce dès la sortie de l’école. 

 

Lire plus : Fanny PICARD (ALTER EQUITY) : Pionnière de l’investissement à impact (Bienvenue au Capital)