Que dit le rapport de PwC sur le futur du M&A ?

Que dit le rapport de PwC sur le futur du M&A ?

L’année 2021 a été l’année de tous les records pour le M&A. Des montants colossaux ont été atteints, la croissance du nombre transactions a été supérieure aux attentes et le nombre de mega deals (transactions d’une valeur supérieure à 5 milliards de dollars) a surpassé toutes les prévisions. Mais que cela laisse-t-il à présager pour les années à suivre ? 

 

Lire plus : Le M&A, c’est quoi exactement ?

 

Une année 2021 qui bat tous les records

L’année 2021 a été une année de records pour le marché des fusions-acquisitions, tant en volume qu’en valeur. Le nombre de deals annoncés a dépassé les 62 000 à l’échelle mondiale, ce qui représente une hausse de 24% par rapport à l’année 2020. Autant dire qu’une telle hausse n’est pas la norme et ne semble pas prévue de nouveau dans les années à venir. 

De leur côté, les transactions ont atteint la valeur record de 5100 milliards de dollars, dont 130 mega deals avec une valeur supérieure à 5 milliards de dollars. Cela représente une croissance de 57% par rapport à l’année précédente et bat ainsi le dernier record en date de 4200 milliards de dollars en 2007. 

Le question qui mérite de se poser, est de savoir si cette exceptionnelle année pour le marché des fusions-acquisitions est une coïncidence ou si les circonstances étaient propices à son succès. 

 

Lire plus : Comment maximiser ses chances pour obtenir un stage en M&A ?

 

Des circonstances propices au marché du M&A

De nombreux critères étaient réunis en 2021 pour provoquer le succès du M&A. On ne peut, évidemment, pas oublier la crise sanitaire due au Covid-19 qui a provoqué la fermeture et cession d’activité de nombreuses entreprises. Détaillons cela, étape par étape. 

Suite à l’arrêt de l’activité dans de nombreux domaines, les entreprises ont procédé à la revue de leur portefeuille d’activités. Elles ont ainsi décidé de se séparer de leurs activités qui ne représentaient pas leur coeur de métier, ou qui n’étaient plus considérées comme porteuses ou suffisamment génératrices de bénéfices. Or, ces secteurs d’activités peuvent intéresser d’autres groupes et se révéler avantageux pour d’autres entreprises. En effet, la synergie créée par la mise en commun des ressources de deux secteurs d’activités similaires entraîne la création de valeur, ce qui incite des entreprises à racheter des secteurs d’activités précis provenant d’autres groupes, qui préfèrent s’en séparer. 

Cette restructuration des entreprises a donc créé un contexte tout à fait propice au marché des fusions-acquisitions. Les opérateurs institutionnels sont aussi en quête de croissance et réinvestissent donc leurs actifs afin d’optimiser et mieux gérer leur croissance. 

Il faut aussi prendre en compte le fait que les taux d’intérêts étaient faibles en 2021, ce qui pouvait inciter à emprunter de l’argent et donc à financer des rachats en partie avec de la dette. 

 

Des nouveaux acteurs qui modifient la scène du M&A

Cette année 2021 souligne aussi l’apparition, voire la confirmation, de nouveaux acteurs sur la scène mondiale des fusions et acquisitions. En effet, les fonds de Private Equity s’imposent dans le marché du M&A. En 2021, près de 45% des transactions réalisées impliquaient un fonds de capital-investissement, contre seulement 30% au cours des cinq dernières années. Le Private Equity poursuit son développement et accroît son empreinte par un plus grand nombre de transactions de plus grande envergure. 

La taille moyenne des transactions réalisées par les fonds de Private Equity a augmenté. A l’approche de 2022, le capital-investissement a augmenté sa puissance de feu, en levant des montants records. On atteint les 2300 milliards de dollars levés fin 2021. Cela leur permet notamment d’alimenter de façon conséquente l’activité de fusions-acquisitions pour 2022. 

 

Lire plus : Qu’est-ce-que le Private Equity ?

 

Il faut aussi compter avec la recrudescence de l’émergence des SPAC (Special Purpose Acquisition Company). Ces dernières sont des entreprises qui ont pour objectif unique une acquisition. Lors de leur première cotation en bourse, ce sont des coquilles vides qui vont lever des fonds et les conserver sous forme de cash, pour pouvoir le réinvestir lors de l’acquisition.

Les cabinets de M&A et banques d’affaires doivent maintenant s’adapter à la présence grandissante des fonds de Private Equity et des SPAC. Ces derniers proposent des services et des financements bien différents des acteurs plus traditionnels du marché, qui les obligent à devoir, eux aussi, se réinventer.  

 

Que dire de l’avenir du M&A ?

Une tendance assez claire se dessine de ce premier bilan de l’année 2021. En effet, une grande partie des transactions a eu lieu dans le domaine de la transformation digitale et du numérique. On assiste à un virage vers le digital qui entraîne un nouveau modèle économique et, par conséquent, de nouveaux besoins en conseils. 

Le rapport de PwC estime que les futures vagues de M&A vont être dictées par les consommateurs, par leurs souhaits et leurs besoins. Or, pour ce faire, les analyses de datas vont être essentielles. Ces deux éléments (besoin de datas et la transition numérique) font que les entreprises de datas vont très certainement représenter une part importante des futurs deals. 

Ces entreprises vont très probablement être au coeur des prochaines transactions mondiales, tant par leur nécessité interne pour comprendre les besoins des consommateurs, mais aussi par leur participation aux transactions en étant vendues ou achetées pour leur technologie d’analyse. 

 

Lire plus : Rencontre avec Sylvia Pucar, auditrice partner chez PwC Luxembourg

 

L’importance grandissante des considérations ESG dans le M&A

Enfin, 2021 a aussi marqué l’importance grandissante des considérations ESG (Environnementales, Sociales et de Gouvernance) au sein du marché des fusions-acquisitions. Malgré la croissance des capacités de financement des différents acteurs du marché, les fonds d’investissement, banques d’affaires et cabinet de M&A doivent maintenant faire face à la recrudescence des critères ESG lors de l’achat et cession des entreprises. 

Ces critères sont de plus en plus présents au sein des transactions financières et exercent des formes de pressions extérieures que les acteurs de ces transactions doivent prendre en compte. 

On peut légitimement penser, et espérer, que les considérations ESG continuent de prendre de plus en plus d’importance dans les années à venir.  

 

Lire plus : Les 50 cabinets de conseil les plus attractifs en 2022

Rédactrice en chef de Planète Grandes Ecoles et étudiante à TBS, j'ai à coeur d'aider les étudiants à mettre toutes les chances de leur côté pour réussir !