fbpx

Pétition à HEC : Vers une école plus verte et engagée ?

 Pétition à HEC : Vers une école plus verte et engagée ?

Suite à l’annonce du choix du nouveau Dean d’HEC Paris en janvier, des étudiants de l’école ont écrit une lettre ouverte au conseil d’administration afin que ce dernier choisisse un nouveau Dean engagé dans les enjeux environnementaux. Nous avons pu rencontrer Grégoire Landoyer (L3 à HEC) et Louis Fidel (M1 à HEC) qui nous ont en dit un peu plus sur cette initiative. 

Depuis le Manifeste étudiant pour un réveil écologique en 2018, les deux étudiants témoignent d’un éveil des consciences au sein de leur école. Les nouvelles associations en faveur de l’écologie qui ont eu du mal à s’installer dans le paysage de l’école ont aujourd’hui toute leur place. L’initiative de cette lettre a été prise par un collectif d’étudiants de différentes promotions qui se sont rassemblés autour d’une même ambition : faire d’HEC une école responsable.  

Cet appel n’est pas resté sans réponse. En effet, ces étudiants engagés ont déjà reçu le soutien de nombreuses personnes de leur administration qui encourage leur engagement pour l’écologie. Ainsi certains électifs sont déjà tournés vers l’écologie mais les étudiants ne sont pas satisfaits. Grégoire et Louis nous partagent leur déception quant à la lenteur des changements qui sont en train de se mettre en place. Selon eux, les principaux cours ne contiennent toujours pas d’aspects environnementaux, alors que c’est un défi que nous ne pouvons plus nier. 

Ce changement de Dean est, pour ces étudiants, l’occasion de participer à un changement assez symbolique dans l’école afin d’avoir une direction proactive en matière d’écologie. Cette lettre, loin d’être une bouteille à la mer, rassemble plus de 1300 signatures seulement un jour après avoir été publiée hors des réseaux d’HEC. Les deux étudiants semblent confiants quant à l’ampleur que pourrait prendre cette lettre. S’ils avaient plutôt visé un public jeune pensant qu’il serait plus à même de s’engager, ils se sont rendus compte que les promotions plus anciennes ont aussi l’intention de s’impliquer pour leur école et pour la planète. 

Dans cette lettre, les étudiants font d’abord le constat d’une situation climatique de plus en plus alarmante. La jeunesse semble aujourd’hui en avoir conscience et se mobilise pour cette cause. Mais comment agir sans éducation ? Etudiants, étudiantes et alumnis réclament une action proportionnelle à la réputation de leur école. Les cours se doivent d’intégrer l’ensemble des enjeux de la crise climatique qui ne peut plus être ignorée. La personne choisie en tant que Dean se doit donc d’être “déterminée à agir”. Pour autant, cet engagement ne plaît pas à tout le monde. Cette lettre a déjà fait l’objet de nombreuses critiques clamant l’absurdité d’une école de commerce qui s’engage pour le climat. La demande des étudiants est pourtant réelle, ils ne veulent pas de GreenWashing mais de vrais engagements de la part de l’administration afin qu’HEC “se hisse à la hauteur de son rang”. 

Au delà de cette lettre, les deux étudiants rappellent combien il est important que chaque acteur s’engage à son échelle peu importe son niveau de départ. Ils encouragent aussi chaque étudiant à se mobiliser au sein de leur école ou de leur université dans le but de voir les établissements d’enseignements supérieurs, qui forment les nouvelles générations, lutter réellement pour la cause climatique. Comme écrit dans la lettre, il n’est plus le temps de la constatation et encore moins du déni. Le monde a dépassé au moins 4 des neufs limites planétaires selon l’université de Stockholm. Nous sommes l’une des dernières générations à pouvoir limiter le réchauffement climatique afin que ses conséquences ne soient pas irréversibles. Le constat sans appel ne doit cependant pas effrayer les étudiants qui veulent s’engager. Chaque initiative, chaque projet entrepreneurial, chaque action individuelle est un pas de plus vers une réduction de notre impact environnemental. Si cette initiative vous a donné une idée, lancez-vous et ne vous censurez pas !

Voici la lettre ouverte : 

À l’attention du président et des membres du Conseil d’Administration, ainsi que du comité de sélection du prochain Directeur Général d’HEC Paris,

Une crise majeure frappe notre monde et notre société. L’année 2020 a été, une fois de plus, l’une des plus chaudes jamais enregistrées. Les émissions de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent. Une espèce sur huit est menacée de disparaître dans les prochaines décennies. Nos modes de vie bousculent les équilibres environnementaux et sociaux, montrant année après année des limites toujours plus évidentes. En un mot, le temps n’est plus au constat, encore moins au déni.

On a souvent entendu dire que les meilleures réponses à la crise écologique étaient la jeunesse et l’éducation. On nous a promis que les choses allaient bientôt changer et que les moyens mis en oeuvre seraient enfin adaptés aux enjeux actuels. Cette jeunesse qui se mobilise dans les rues et qui mobilise les esprits brûle d’un désir d’action et ne se contente plus de mots. Mais pour que cette jeunesse puisse proposer, entreprendre et mener à bien des actions décisives, il est nécessaire qu’elle soit formée à la hauteur de ses attentes.

C’est pourquoi nous, étudiantes, étudiants et alumni de HEC Paris, assumons pleinement notre responsabilité et demandons expressément à notre école d’agir maintenant. Nous sommes destinés à être des acteurs de la transition écologique et sociale. Pourtant, les enseignements demeurent en inadéquation avec ce que sont aujourd’hui et surtout ce que seront demain l’économie, la finance et la société. Ils n’intègrent pas suffisamment les questions écologiques et sociales, les réduisant au mieux à des « externalités négatives » et au pire à des opportunités marketing. Si plusieurs initiatives vont dans la bonne direction, à l’image du Purpose & Sustainability track ou des deux nouvelles Académies sur l’économie circulaire et l’entrepreneuriat à impact, il reste nécessaire d’aller beaucoup plus loin. Nous devons repenser en profondeur les programmes et les formations. Il nous faut, tous ensemble, accepter de regarder en face ce formidable défi. Il n’est pas une contrainte, mais bien une opportunité et une promesse d’avenir dans un monde post-Covid. HEC est présentée dans les classements comme la première école de commerce européenne. Elle a le devoir de se hisser à la hauteur de son rang en montrant l’exemple et en s’engageant sans plus attendre dans un projet ambitieux.

C’est en ce sens que la nomination du nouveau Directeur Général d’HEC Paris en janvier 2021 représente un possible point de bascule. Nous demandons aux membres du comité chargé de le désigner d’entendre nos revendications et d’y répondre en choisissant une personne consciente des enjeux et déterminée à agir. Nous appelons ainsi les candidats à détailler leurs projets pour mener la transformation écologique de notre école. Madame la future Directrice, Monsieur le futur Directeur, nous attendrons de vous un engagement fort et sincère à nos côtés.

« Apprendre à oser ».
Aujourd’hui, à notre tour de vous demander d’oser.

Kosma Haratsaris

Etudiant en pré-master à TBS après une hypokhâgne et une khâgne B/L, il m'importe d'informer et transmettre.