Parité euro-dollar : causes et conséquences

Parité euro-dollar : causes et conséquences

Mercredi 13 juillet, l’euro est officiellement passé sous le niveau du dollar. C’est la première fois depuis 20 ans que le dollar remonte au niveau de l’euro. Et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle, y compris pour les exportations. 

Lors de son lancement en 2002, la monnaie européenne s’était placée au même niveau que le dollar. Elle l’a dépassé en fin d’année puis n’est plus jamais tombé en dessous avant aujourd’hui. 

 

Lire plus : Interview d’Anaïs Voy-Gillis : l’industrie et l’économie de demain 

 

Les raisons de cette parité 

L’euro n’a cessé de perdre de la valeur depuis le lancement de l’invasion russe, le 24 février dernier. Le risque d’un arrêt des approvisionnements de gaz russe a plombé les perspectives de l’économie européenne et fait baisser l’euro. On appelle cela l’inflation importée. 

L’inflation en Europe a décollé avec une reprise de l’activité économique post-crise du Covid. Le taux d’inflation moyen de la zone euro a atteint 8,6% sur un an en juin. Cette inflation, qui dépasse les 20% dans les pays baltes, est liée principalement aux prix de l’énergie qui s’envolent avec la guerre. 

En parallèle aux Etats-Unis, la Fed multiplie la hausse des taux directeurs pour lutter contre une inflation américaine grimpant à 9,1% sur un an. 

Le dollars devient alors attirant pour les investisseurs, traditionnellement, c’est une valeur refuge quand il y a des conflits internationaux. 

 

Les effets négatifs

Les consommateurs, les entreprises et les gouvernements se sont tous habitués à cet équilibre financier qui semblait être là pour durer. Ainsi un tel changement aura nécessairement des effets, mais lesquels ? Personne ne peut encore répondre précisément à cette question. 

L’avantage d’une monnaie moins forte n’est pas certain du tout. Les États-Unis sont la première destination des exportations françaises hors UE, avec environ 8% du total, soit 41 milliards d’euros. Un tel changement n’est jamais gage de sécurité. 

Une monnaie plus faible rend la zone euro moins attractive pour les investisseurs, alors que les États-Unis sont considérés comme plus stables.  

Le plus embêtant pour la France est l’impact que va avoir l’augmentation de la valeur du dollar sur les importations. 

Cet effet ne va pas affecter uniquement la balance commerciale avec les États-Unis, en effet, le prix de vente est exprimé en dollar presque partout, ce pourquoi une hausse du dollar a un impact sur les importations du monde entier.

Par exemple le prix de l’énergie est exprimé en dollar, ce qui est un point important au moment ou la guerre en Ukraine nous rend dépendants du pétrole américain. Ainsi, si l’euro ne remonte pas rapidement les prix de l’essence risquent de continuer à augmenter, alourdissent le poids déjà conséquent dans le portefeuille des Européens. 

 

Les effets positifs

Un dollar supérieur à l’euro peut toutefois apporter un avantage concret à la France. Elle devient une destination touristique plus abordable pour les Américains et donc bien plus attractive.

Les Américains, déjà friands des produits européens vont être d’autant plus attirés par ces derniers qu’ils leur apparaitront moins chers qu’auparavant. Une aubaine pour les artisans européens.

 

Ce que peut faire la BCE 

La Banque centrale européenne peut augmenter ses propres taux. Une fois réajusté pour être en phase avec la Fed, l’euro pourra se stabiliser et reprendre de la valeur.

Pour le moment la BCE n’a rien fait car une hausse trop soudaine pourrait nuire à la croissance, ce qui découragerait les emprunteurs et aurait donc l’effet inverse que celui espéré. 

 

Lire plus : Qu’est-ce qu’une licorne en économie ?