Neuralink : création, objectifs et actualités

Neuralink : création, objectifs et actualités

L’an dernier la société Neuralink d’Elon Musk a partagé une vidéo d’un singe jouant au ping-pong par télépathie. Selon un tweet de réponse d’Elon Musk, cette technologie du futur pourrait être testée sur des humains d’ici la fin de l’année. En février de la même année, lorsqu’un utilisateur de Twitter a écrit qu’il était « toujours disponible pour des études cliniques chez Neuralink », Elon Musk a répondu que l’entreprise travaillait à faire en sorte que le Neuralink puisse être testé sur des humains en toute sécurité d’ici à la fin de 2022. En cas de succès, il pourra éventuellement être utilisé pour guérir des maladies cérébrales telles que les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Neuralink semble être l’avenir de la technologie, dans la mesure où les humains peuvent éventuellement l’utiliser pour faire fonctionner des machines avec leur cerveau. Découvrez ce qu’est le Neuralink et d’autres détails à son propos.

 

Lire plus : Analyse : les entreprises d’Elon Musk (Zip2, Paypal, Tesla, SpaceX, Neuralink…)

 

Qu’est-ce que Neuralink, l’entreprise d’Elon Musk ?

Neuralink est un dispositif chirurgical qui sera inséré dans le cerveau à l’aide de la robotique par des neurochirurgiens. Au cours de cette procédure, un chipset appelé Link est implanté dans le crâne. Il comporte un certain nombre de fils isolés reliés aux électrodes qui sont utilisées dans le processus. L’entreprise Neuralink aurait besoin d’insérer 3 072 électrodes reliées à 96 fils fins et flexibles dans votre cerveau. Ceux-ci ont un diamètre compris entre quatre et six μm (micromètre, soit un millième de millimètre), ce qui les rend bien plus fins qu’un cheveu humain, et ils sont reliés à un chipset cerveau-machine appelé N1, mesurant seulement 23 mm sur 8mm. Ce dispositif peut ensuite être utilisé pour faire fonctionner des smartphones et des ordinateurs sans avoir à les toucher.

 

Lire plus : Elon Musk va-t-il racheter Twitter ?

 

Comment fonctionne Neuralink ?

Avant de comprendre le fonctionnement de Neuralink, il est important le fonctionnement du cerveau humain.

Le cerveau est constitué de neurones qui transmettent des signaux aux cellules du corps, notamment aux muscles, aux nerfs, aux glandes et à d’autres cellules neuronales. Chaque neurone est composé de trois parties : la dendrite, le soma (corps cellulaire) et l’axone. Chacune de ces parties a sa propre fonction :

  • La dendrite reçoit les signaux
  • Le soma traite ces signaux
  • L’axone transmet ensuite les signaux aux autres cellules

Les neurones sont reliés les uns aux autres par les synapses qui libèrent des neurotransmetteurs. Ces substances chimiques sont ensuite envoyées à la dendrite d’une autre cellule neuronale, ce qui provoque le passage d’un courant dans les neurones.

 

Explications techniques du fonctionnement de Neuralink

Les électrodes qui font partie du Neuralink lisent les signaux électriques produits par plusieurs neurones du cerveau. Ces signaux sont ensuite émis sous la forme d’une action ou d’un mouvement. Selon le site Web de la société, le dispositif est implanté directement dans le cerveau, car le placer à l’extérieur de la tête ne permettrait pas de détecter avec précision les signaux produits par le cerveau.

Plutôt que de faire appel à des mains humaines pour une procédure aussi complexe que l’insertion de la puce, un robot chirurgical a été mis au point, capable d’insérer six fils dans le cerveau chaque minute. Cela équivaut à l’implantation de 192 électrodes, étant donné qu’il y en a 32 par fil, et cela se fait en pratiquant une petite incision de 2 mm, dilatée jusqu’à 8 mm, et en forant à travers le crâne. De minuscules aiguilles font les insertions, en utilisant un microscope pour s’assurer qu’aucune veine ou artère n’est touchée. Une fois les fils insérés, ils sont reliés à la liaison, qui est placée sur la surface corticale du cerveau. La procédure devrait durer entre une et deux heures.

Maintenant que vous savez ce qu’est Neuralink et comment il fonctionne, découvrez ce que fait Neuralink.

 

Que fait Neuralink ? Quelles solutions ?

Comme mentionné ci-dessus, Neuralink peut être utilisé pour opérer l’encéphalopathie. Il peut également être utilisé comme connexion entre le cerveau humain et la technologie. Cela signifie que les personnes paralysées peuvent facilement faire fonctionner leur téléphone et leur ordinateur directement avec leur cerveau. Son principal objectif est d’aider les gens à communiquer par le biais de messages textuels ou vocaux. Bien entendu, Neuralink ne se limite pas à cela, il peut également être utilisé pour dessiner, prendre des photos et réaliser d’autres activités.

Pour ce qui est de son fonctionnement, le site Web de Neuralink évoque la possibilité de contrôler un appareil iOS, un clavier ou une souris Bluetooth en pensant simplement à ce que vous voulez faire. Une application a été développée pour entraîner votre cerveau à effectuer des actions telles que déplacer un curseur, et elle contiendra des jeux qui vous aideront à améliorer votre vitesse et votre précision.

 

Lire plus : Hand in Hand, des étudiants s’engagent en faveur du handicap

 

L’équipe de Neuralink cherche avant tout à aider les personnes handicapées, notamment celles qui sont paralysées. Selon elle, la technologie pourrait leur permettre de retrouver leur indépendance en leur permettant de penser à une action et de la voir exécutée, ce qui leur permettrait de faire fonctionner pleinement un ordinateur, de contrôler des membres artificiels, de rédiger des documents ou de s’exprimer par l’art. L’ordinateur étudie également comment cette technologie pourrait aider les personnes souffrant de crises d’épilepsie, de lésions cérébrales, de la maladie de Parkinson, de démence, d’accidents vasculaires cérébraux et même de problèmes d’audition et de vue. « Il pourrait vous rendre la vue, même si vous avez perdu votre nerf optique », a déclaré Elon Musk à Joe Rogan lors d’une interview sur le podcast de ce dernier.

Il existe également des utilisations potentielles pour le grand public. La société a évoqué la possibilité de diffuser de la musique directement dans le cerveau des utilisateurs et, selon Musk, il se pourrait qu’un jour les humains n’aient plus besoin de parler pour communiquer. Neuralink pourrait accélérer le processus d’écriture en supprimant la nécessité de taper sur un clavier avec les doigts, permettre de conduire une voiture sans toucher le volant, et jouer à des jeux ou vivre des expériences en les diffusant dans son esprit.

 

Neuralink : exemples d’essais cliniques

Neuralink n’a pas encore commencé les essais cliniques et ne dispose donc pas de données sur la sécurité chez l’homme. Mais la sécurité a été au cœur du processus de conception. En particulier, le Link comprend des innovations techniques visant à améliorer la sécurité de la procédure chirurgicale par rapport aux dispositifs IMC existants ou à la neurochirurgie traditionnelle.

Il y a toujours un risque associé à l’anesthésie générale, et ce risque est réduit en raccourcissant la durée de la procédure. Le robot neurochirurgical est capable d’insérer des électrodes de manière efficace et fiable. En outre, le robot est en train d’être conçu pour insérer des fils à travers un trou dans le crâne aussi petit que 23 mm de diamètre. Associé à d’autres avancées en matière d’outils chirurgicaux robotisés, cela pourrait permettre à Neuralink d’éliminer l’anesthésie générale et d’implanter le dispositif sous sédation consciente.

L’insertion d’un dispositif dans le cerveau comporte toujours un certain risque de saignement. La société essaye de réduire ce risque en utilisant des fils de l’ordre du micron, insérés à l’aide d’une aiguille dont le diamètre est de la taille de nombreux neurones du cerveau. En outre, comme chaque fil est inséré individuellement, le robot neurochirurgical est conçu de manière à éviter d’endommager les vaisseaux sanguins à la surface du cerveau ou à proximité.

 

Neuralink : conclusions et perspectives

De manière prometteuse pour la société, Neuralink a été désigné comme un dispositif révolutionnaire par la Food and Drug Administration américaine en juillet 2020, mais il doit encore passer par les approbations et les tests de sécurité requis avant de pouvoir être implanté chez l’homme. Le fait de placer de l’électronique dans la tête des gens suscite des inquiétudes évidentes et des études doivent être menées sur les effets à long terme, d’autant que la société prévoit que le dispositif durera 10 ans. Est-il suffisamment durable ? Peut-il provoquer des infections ? La chaleur dégagée par le dispositif serait-elle dommageable et combien de liens un cerveau peut-il supporter ? Ce sont des questions auxquelles on ne peut actuellement pas répondre avec 100% de certitude.

 

Lire plus : Tesla PI : le premier smartphone d’Elon Musk

Directeur de Mister Prépa et Co-fondateur de Planète Grandes Écoles j'ai à coeur de transmettre et oeuvre pour l'égalité des chances.