M&A Analyst Intern : Tout savoir sur les stages en M&A

M&A Analyst Intern : Tout savoir sur les stages en M&A

Rencontre avec un étudiant d’Audencia qui réalise son année de césure en boutique M&A.  Alors que son deuxième stage débute, il nous fait part du processus par lequel il est passé pour trouver ses stages et partage son expérience et son ressenti à l’issue de son premier stage. 

 

Lire plus : Le M&A, c’est quoi exactement ?

 

Peux-tu te présenter ? Nous parler de ton parcours ? 

Bonjour, après avoir obtenu un bac ES mention bien, j’ai fait 2 ans de classe préparatoire voie ECE à Paris. En Septembre 2020, j’ai donc intégré Audencia Nantes Business School.

  

Tu es actuellement en année de césure et stagiaire en tant qu’Analyste M&A, comment as-tu trouvé ton stage ?

J’ai effectué ma première partie de césure en tant qu’analyste M&A stagiaire dans une boutique M&A mid cap située à Paris, spécialisée dans plusieurs secteurs tels que les infrastructures, le healthcare ou encore les transports. J’ai trouvé mon stage en regardant des annonces Linkedin. En fait, je m’étais abonné à toute les boutiques M&A sur Linkedin pour voir lorsque celles-ci publiaient des offres de stage.

 

Les processus de recrutement en finance sont réputés pour être longs et complexes, comment se sont passés les tiens ? 

Les questions que l’on retrouve en entretien pour des stages en M&A sont souvent similaires : questions techniques (plus ou moins poussées selon la boutique), questions de fit (personnalité) et parfois des questions sur la boutique elle-même (par exemple : Pourquoi notre boutique plutôt qu’une autre ? Connaissez-vous certains deals que nous avons fait ? Nos secteurs clés ? etc). 

Dans ma boutique, j’avais eu plusieurs questions de fit et quelques questions techniques. J’avais également passé des entretiens dans une autre boutique, un mid cap à Paris où j’avais eu un test technique sur feuille de 45 minutes. Là, les questions étaient assez techniques, par exemple : écrire en 15-20 lignes ce qu’on sait sur les LBO, analyser un compte de résultat, ou encore donner la formule du WACC et l’expliquer. 

En général, il y a entre 2 et 3 tours : un tour avec un analyste pour la prise de contact et le fit (assez bref), un tour avec encore un analyste, accompagné cette fois d’un associate ou d’un VP (là en général des questions techniques et du fit), et parfois un troisième tour avec un Partner pour vérifier que tout est ok et qu’il fit bien avec vous lui aussi. 

Avec des amis, on s’était bien préparé aux questions et on révisait ensemble de temps en temps, surtout lorsque nous avions les mêmes entretiens. On essayait de se tirer vers le haut. Le but n’était pas d’être en compétition entre nous. On voulait que tout le monde réussisse et ça a été le cas. 

On a aussi eu des baisses de moral lorsqu’on recevait des refus, des éliminations au dernier tour, des appels pour nous dire que même si on avait été bons, on avait pas assez d’expérience et que la personne qui avait été prise avait déjà fait un stage en finance… mais on s’est accroché.

  

Quelles étaient tes missions en tant qu’Analyste M&A ? 

Les missions en tant que stagiaire M&A dépendent beaucoup de votre exposition au sein de la boutique. Durant ma première partie de césure, c’était surtout des études de marché, de la veille, des réalisations de Company Profiles (présentation brève en une ou deux slides d’une entreprise). J’aidais aussi à réaliser les IM (Info-Mémorandum), les Teasers, etc. Je devais aussi tous les jours mettre à jour un Excel avec les deals récents qui pouvaient potentiellement intéresser la boutique dans laquelle j’étais (concernant nos secteurs, nos clients réguliers etc). 

Tous les lundis, nous avions une réunion pour parler des dossiers en cours, et au cours de laquelle nous étions « staffés » (liste des tâches qu’on te donne à faire, en général avec des deadlines). La chance que j’ai eu pendant mon stage, c’est que je pouvais être staffé aussi bien par un Partner que par un analyste ou un MD (Managing Director), cela permet de travailler avec différents profils et d’apprendre beaucoup, notamment en terme de rigueur, etc. 

Actuellement (pour ma deuxième partie de césure), je suis dans une boutique en région où je suis beaucoup plus exposé. Je fais les réunions clients, je pitch, je contacte des chefs d’entreprises pour leur proposer des idées d’opérations (cession, levée de fonds, acquisitions, etc).

 

On entend souvent dire que la finance demande un investissement sans pareil et que c’est un univers où il est difficile de s’imposer. L’as-tu constaté pendant ce stage ?

La finance est un univers particulier, assez codifié (je parle en tout cas pour la finance d’entreprise), que ça soit de la tenue vestimentaire aux horaires, en passant par la culture de la boutique dans laquelle vous êtes. Chaque boutique a sa propre culture : certaines obligent par exemple que les stagiaires restent jusqu’à ce que les partners soient partis, d’autres sont plus flexibles, d’autres imposent la cravate… tout dépend. 

Les horaires sont aussi bien différents de ceux qu’on peut trouver de manière générale sur le marché du travail. Il faut accepter de finir parfois vers 22h-23h-minuit en ayant fait pendant des heures des tâches parfois très chronophages toute la journée. Il m’arrivait parfois de devoir faire des slides sans même savoir pourquoi ou dans quel but. Et encore, je ne travaillais jamais le week-end mais j’ai un ami en stage en M&A qui a dû travailler le lundi de Pâques pour finir un pitch en urgence… 

Je ne sais pas si le terme « s’imposer » est approprié ici parce que tout stagiaire dans n’importe quelle branche d’activité n’est pas vraiment là pour prendre les décisions, donner toujours son avis, etc. Par contre, ce qui est sûr, c’est que plus votre exposition sera importante au sein de la boutique, plus votre opinion et vos analyses seront prises en compte. 

En général (même si ce n’est pas toujours le cas), plus la boutique est grosse, moins vous serez exposé, plus la boutique et l’équipe sont petites, plus vous aurez de chances d’être en réunions clients, de pitcher, de faire de la valorisation d’entreprises, de travailler sur des data room, etc. 

 

Que retires-tu de cette première expérience en finance ?

 Ce fût une expérience difficile, surtout au début. Je n’avais aucune expérience en finance d’entreprise avant de commencer mon stage donc forcément quand on vous dit de faire des slides proprement, de sourcer tout ce que vous faites, d’utiliser des logiciels que vous n’avez jamais utilisé auparavant, et tout ça, le plus rapidement possible… vous êtes perdu. 

Les 3 premiers mois ont été particulièrement difficiles parce qu’il fallait un temps d’adaptation… Cela m’était déjà arrivé de me faire secouer par mes supérieurs car je n’avais aucune rigueur dans ce que je produisais au début, que ça soit sur les slides, les sources utilisées, etc. Puis, peu à peu, j’ai commencé à prendre certains réflexes que j’ai maintenant totalement assimilés. 

Aussi les horaires, la fatigue, la monotonie de certaines tâches, les reproches, etc, tout cela peut vous taper sur le système et parfois vous n’êtes pas loin d’abandonner et de vous demander pourquoi vous faites tout ça. 

Mais finalement, cela m’a permis d’acquérir une très grande rigueur, une bonne compréhension de l’univers de la finance, des entreprises, et de me dépasser. Je sais aujourd’hui que je suis capable de travailler sur des horaires difficiles s’il le faut. Tout cela vous permet également de vous constituer un réseau, de cotoyer des experts dans leur domaine, des chefs d’entreprises… 

Le stage en M&A est peut-être à première vue totalement vide de sens (passer des heures sur des slides à aligner vos logos ou vérifier qu’il n’y a pas de doubles espaces…) mais je pense qu’il reste la meilleure école pour apprendre la rigueur, la compréhension du monde de l’entreprise, de la finance, ainsi que le dépassement de soi. 

 

Un conseil à donner aux étudiants qui souhaitent se diriger vers la finance pendant leur année de césure ? 

Mes conseils pour décrocher un stage : travaillez à fond les questions techniques (certaines plateformes comme Training You permettent de s’entraîner et de bien se préparer), et réseautez à fond. Parfois, en appelant des gens sur Linkedin par exemple, vous pouvez tomber sur quelqu’un qui fera passer votre CV ou qui parlera de vous à ses supérieurs (c’est rare mais il faut maximiser ses chances). 

 

Lire plus : Découvrez Trainy : la première plateforme 100% gratuite de préparation en finance

 

N’hésitez pas aussi à faire des candidatures spontanées, dans certains cas, cela peut fonctionner. J’ai un ami qui a eu son stage en M&A en envoyant son CV et sa LM au partner d’une boutique, celui-ci lui a proposé un entretien et il a été pris après 2 tours. 

En bref, « sharkez » un max si on peut dire. Même si vous allez recevoir des vingtaines de refus (et encore vingtaine, c’est vraiment pas beaucoup), ne vous démotivez pas. Plus vous multiplierez les entretiens, plus vous serez à l’aise et plus vous serez performants. 

Une fois en stage, il faut tenir bon. Vous allez souvent avoir des baisses de forme, vous vous demanderez peut-être si vous avez pris la bonne décision en allant dans votre stage, etc. Vous aurez le sentiment de rien apprendre parfois… Mais c’est faux, par la suite, pour vos stages futurs, vous vous rendrez compte que vous êtes en fait beaucoup plus à l’aise, très sûr de vous, et que vous avez une très bonne capacité à synthétiser des informations, à maîtriser Excel ou Powerpoint, à analyser des comptes de résultat, à connaître l’actualité, etc.

Vous apprendrez aussi à résister à la pression, à faire face aux remarques de vos supérieurs, à gérer des horaires difficiles, etc. C’est 6 mois où il faut s’accrocher et se donner pour, par la suite, faire ce que vous voulez. Même si derrière vous souhaitez travailler en start up, en direction financière de grands groupes, ou même en conseil en strat, vos skills seront très appréciées et les recruteurs connaîtront vos compétences et vos atouts. Ainsi, vous passerez beaucoup plus facilement les screenings. 

 

Lire plus : Finance : classement des meilleurs Masters en 2022