L’implication des entreprises françaises dans les stratégies RSE et ESG dépend de leur taille

L’implication des entreprises françaises dans les stratégies RSE et ESG dépend de leur taille

La plateforme NooS.Global, qui finance des projets engagés RSE et ESG, a mené une étude auprès des entreprises françaises de toutes tailles afin de déterminer quels étaient leurs projets d’avenir d’un point de vue environnemental et social. Cette enquête a révélé des disparités fortes quant à l’implication des entreprises en fonction de leur taille.

 

La mise en place d’une stratégie RSE / ESG encore faible chez les TPE et PME

Malgré la forte communication qui ne cesse de croître autour de la Responsabilité Sociale des Entreprises et l’Environnement Social Gouvernance, les entreprises les plus petites ont encore beaucoup de difficultés à mettre en place des actions concrètes et de réelles stratégies vis-à-vis de ces concepts.

En effet, lorsque 55% des GE et 34% des ETI affirment avoir une stratégie RSE/ESG parfaites et complètes, c’est au contraire 36% des PME qui affirment ne pas avoir encore définie clairement leur stratégie RSE/ESG et 47% des TPE qui déclarent ne pas avoir pour projet d’en mettre une en place !

 

Employés et clients, tous sont impliqués dans les actions RSE/ESG

Peu importe la taille des entreprises, toutes tombent en majorité d’accord : elles parviennent à impliquer leurs employés et clients dans leur stratégie RSE/ESG, mais elles aimeraient que ce soit davantage le cas ! Une bonne nouvelle qui montre l’implication des entreprises vis-à-vis de ces problématiques et qui ont la volonté de chercher de nouvelles solutions.

 

Quelles sont les axes d’amélioration perçus par les entreprises ?

Cette fois encore la majorité des entreprises tombent d’accord qu’importe leur taille. Effectivement, une grande partie d’entre elles pensent que la responsabilité externe, soit la contribution au bien commun et les externalités positives par exemple, est tout aussi importante que la responsabilité interne, notamment l’inclusion et les émissions carbones. Ces données montrent que les entreprises sont toutes connaisseuses des enjeux actuels liés à la RSE et à l’ESG.

 

Un désir général d’amélioration de leurs stratégies, mais toujours avec des différences d’implication remarquables

Si seulement une minorité d’entreprises n’ont pas pour objectif d’améliorer leur stratégie RSE/ESG, la plupart souhaitent tout de même commencer leurs efforts dès maintenant et pour l’année en cours. Cependant, la différence de part d’entreprise que cela concerne selon les tailles est de quasiment 15% entre les GE, à 54% et les TPE, à 31%.

 

Pourquoi ces disparités si fortes dans un contexte de prise de conscience généralisé ?

La plateforme Noos.Global a voulu comprendre d’où venaient ces disparités en posant la question suivante : Pensez-vous que les changements climatiques vont perturber votre activité ?

« Les TPE et PME pensent être moins impactées avec respectivement 55 % et 43 % de réponses négatives. En revanche, 36 % des ETI et plus de 41 % des GE craignent des perturbations importantes sur leur business. »

Cette différence de vision qu’ont les entreprises vis-à-vis de l’impact du réchauffement climatique sur leur activité explique fortement pourquoi celles-ci s’investissent plus ou moins dans une démarche RSE/ESG.

 

En conclusion, l’implication des entreprises en matière de RSE et ESG varie clairement selon la taille de celles-ci. Si les plus grandes entreprises sont en route vers une amélioration forte et continue de leurs actions environnementales et sociales, les plus petites ont encore besoin de prendre conscience de l’intérêt qu’elles peuvent tirer à s’engager dans des démarches plus respectueuses et responsables.

 

Lire plus : Faire carrière dans le développement durable