Les nouvelles citées géantes : Chongqing la conquête de l’ouest Chinois

 Les nouvelles citées géantes : Chongqing la conquête de l’ouest Chinois

Depuis quelques années, la Chine cherche à développer son économie à son maximum afin de retrouver sa puissance politique et économique d’antan. Si dans un premier temps, cette politique de développement s’est fortement accès sur les villes côtières de l’Est du pays, le gouvernement souhaite aujourd’hui rééquilibrer ses forces économiques en boostant l’économie de l’Ouest chinois. Au cœur de cette nouvelle stratégie se trouve la municipalité de Chongqing, un territoire gros comme l’Autriche de près de 30 millions d’habitants. Également appelée la Ville Montagne, cette zone comprenant une ville centre du même nom a connu une croissance exponentielle sous la direction de Bo Xilai entre 1997 et 2012.

 

La stratégie de développement de Chongqing

Dans les années 90, Chongqing était surtout une région pauvre de l’Ouest de la Chine, spécialisée dans l’industrie et complètement excentrée du commerce maritime. Sous l’impulsion de Bo Xilai, Chongqing va devenir un centre expérimental d’embellissement urbain et de réduction des inégalités sociales. Pour cela, Bo Xilai s’est concentré sur cinq piliers d’amélioration : un meilleur accès au logement, un environnement plus vert dans une ville très polluée par ses activités industrielles, l’amélioration de l’accès aux soins et à l’éducation et enfin, la lutte contre la mafia et le crime organisé. Avec cette politique, la ville a gagné près d’un million d’habitant par an et a connu une croissance à deux chiffres à partir de 2002. En effet, cette stratégie expérimentale a permis de stimuler divers moteurs de la croissance économique autres que les secteurs traditionnels comme l’industrie chimique et métallurgique. De fait, Chongqing est devenu un des plus gros centre de production de moteurs et de voitures du monde, elle possède à présent un secteur tertiaire compétitif grâce au commerce au gros et c’est aussi un centre touristique très attractif.

En outre, le succès de la croissance de Chongqing s’explique notamment par sa politique d’inclusion des migrants et la lutte contre les inégalités à l’intérieur du territoire. En effet, la Chine est connue pour sa politique sociale inégalitaire entre urbains et ruraux, qui freine le développement du pays. Appelé hukou, ce livret contient des donnés précises sur les citoyens tel que le lieux de naissance, la profession mais surtout son lieu d’enregistrement. Selon que cet hukou soit rural ou urbain, son détenteur ne peut pas accéder aux mêmes services de soins, de logement et d’éducation, limitant de fait les possibilités de migrations urbaines et renforçant les inégalités entre habitants. Or, dans la municipalité de Chongqing, des politiques d’inclusion des migrants ont été mises en place afin de réduire les inégalités tout en maintenant  des loyers bas. De fait la ville est devenue extrêmement attractive, que ce soit pour les travailleurs chinois de tout le pays que pour les entreprises nationales et étrangères. Par exemple, l’entreprise taiwanaise Foxconn initialement localisé à Shenzhen a délocalisé une partie de ses activités sur Chongqing car les couts de main d’œuvre y étaient moindres.

 

Le rôle central des infrastructures

Le succès du développement de la municipalité est également du à une politique d’aménagement du territoire, avec de lourds investissements en terme d’infrastructures. Déjà Chongqing était un territoire intéressant dans la mesure où il est traversé par le fleuve Yangzi Jiang, qui traverse tout le pays dont plusieurs villes stratégiques comme Wuhan et Shangaï. Ainsi, aménager le territoire permettait de garantir une connexion solide Est-Ouest favorisant le développement du commerce interne. Par ailleurs, la création du barrage des 3 Gorges entre 2003 et 2012 a provoqué des flux migratoires important en direction de Chongqing, permettant une dynamique démographique avantageuse qui a revitalisé le territoire. L’arrivée de près d’un million de migrants a donc été la source d’une transformation urbaine massive, avec une hausse des offres d’emplois lié au développement de réseaux de transports et la constructions d’immenses bâtiments.

Enfin, la construction de réseaux ferroviaires a permis de développer des liaisons en internes avec des villes dynamiques comme Shangaï mais également avec le reste du monde, notamment avec l’Europe et l’Océan Atlantique. Ainsi, Chongqing pourrait devenir le point de départ de la mise en place d’une nouvelle route de la soie, avec la mise en relation de la municipalité avec près de six pays de l’Europe de l’Est jusqu’à l’Allemagne.

 

Qu’en est-il de la situation actuelle ?

Aujourd’hui la municipalité de Chongqing est de plus en plus fondée sur les exportations, ce qui l’expose un peu plus aux chocs extérieurs. Par ailleurs, le renforcement de la densité démographique met à mal les politiques sociales appliquées jusqu’à présent, avec un risque d’une hausse des prix et donc le retour à la précarité, qui avait été évité jusqu’à présent.

Pour autant cette stratégie de développement devrait en parallèle permettre l’apparition d’une classe moyenne robuste, favorisant ainsi l’autonomie économique progressive du pays. En effet, depuis quelques années la Chine tente de se recentrer sur son commerce interne afin de renforcer sa puissance économique et politique. Cette stratégie implique cependant d’être capable de contrôler l’inflation qui guette la région.

 

D’après le podcast d’Entendez-vous l’éco (France Culture)