Le vocabulaire de la Corporate Finance

Le vocabulaire de la Corporate Finance

La finance est un domaine très spécifique qui utilise des termes et un vocabulaire à part, qu’il est impératif de connaître et maîtriser pour s’épanouir dans ce monde. Alors, si tu veux passer un entretien pour un stage ou une alternance en finance, nous te proposons un rapide récapitulatif des mots de vocabulaire les plus communs à connaître pour te présenter et te démarquer à cet entretien !

 

Lire plus : Les SPACs : définition et explication du phénomène

 

Les indicateurs et outils utilisés par les analystes financiers

Cash-flow :

Flux de trésorerie en français. Les cash-flow représentent la différence entre l’argent généré et dépensé pendant une période donnée par l’activité de l’entreprise. Un cash-flow positif sur une période T signifie que l’entreprise a généré de l’argent sur cette période et peut s’en servir pour investir, payer ses dettes ou verser des dividendes à ses actionnaires. A l’inverse, un cash-flow négatif sur une période T signifie que l’entreprise a dépensé plus d’argent qu’elle n’en a créé sur cette période. Il est important de noter qu’un cash-flow négatif n’est pas forcément mauvais pour une entreprise : cela peut représenter de gros investissements qui rapporteront beaucoup par la suite. 

ROI (Return On Investment) :

Retour sur investissement en français. Le ROI représente la rentabilité espérée ou réelle d’un investissement. Le ROI est un outil décisionnel qui permet de faire un choix entre plusieurs projets, afin de choisir celui qui sera le plus rentable pour l’entreprise. 

Sa formule est : (gains – coûts de l’investissement) / coûts de l’investissement. 

 

Point mort :

Le point mort représente le niveau minimum qu’une entreprise doit atteindre pour payer ses charges fixes. Il s’agit donc du niveau de cash que l’activité doit générer pour ne pas être déficitaire. C’est seulement une fois ce niveau atteint que l’entreprise commence à gagner de l’argent. 

 

IRR (Internal Rate of Return) :

Taux de rentabilité interne en français. L’IRR (TRI en français) est le taux qu’attendent les actionnaires, banquiers et tout autres organismes de financement d’un projet pour savoir si un investissement est rentable. Si les investisseurs potentiels s’attendent à un IRR plus élevé que celui du projet, alors il ne sera pas intéressant pour eux d’investir. 

 

Compte de résultat :

Le compte de résultat est un outil comptable qui permet de recenser, sur une période donnée, l’ensemble des produits et charges d’une entreprise. On peut notamment s’en servir pour estimer la rentabilité de la société sur la période, savoir ce qui lui a coûté cher, quelle est sa marge, etc. 

 

Les différents types d’investissement et de finance

Venture Capital :

Capital risque en français. Le venture capital correspond à l’ensemble des fonds et entreprises qui investissent dans des entreprises considérées comme risquées. Il s’agit de sociétés qui ne sont pas cotées en bourse et dont la rentabilité future n’est pas assurée. Les entreprises spécialisées en venture capital connaissent de nombreux échecs mais cela reste proportionnel aux gains récupérés lorsqu’un de leurs investissements est réussi. En effet, ce type de fonds recherche LA future pépite (notamment parmi les start-ups) et, si aucun résultat n’est présent sous 5 ans, ils se retirent des entreprises.

 

Crowdfunding :

Financement participatif en français. Ce type d’investissements a d’abord été lancé lors de campagnes de dons et de cagnottes. Cela s’est ensuite développé afin de permettre à tout type d’investisseurs (notamment des particuliers) de pouvoir investir ou prendre part à un capital ou projet. 

 

LBO (Leveraged Buy-Out) :

Achat à effet de levier en français. Une LBO est une opération financière qui consiste à acheter une entreprise en faisant appel à de la dette. Concrètement, l’acquéreur achète la cible en endettant fortement l’entreprise achetée. Il espère ensuite rembourser rapidement cette dette grâce aux cash-flows générés par l’activité de l’entreprise. Dans la plupart des cas de LBO, l’acquéreur a identifié des leviers non-exploités par le management en place de l’entreprise et décide donc de remplacer les top-managers afin d’exploiter ces leviers et donc de produire rapidement et en grande quantité des cash-flows.

 

Equity :

Capitaux propres en français. L’equity correspond à l’argent investi par les actionnaires ou récolté lors des levées de fonds. Cela représente le montant, à l’instant t, qui serait redonné aux actionnaires si tous les actifs de l’entreprise venaient à être liquidés (après paiement de la dette). En comptabilité, l’equity représente la valeur comptable de l’entreprise et est un des éléments les plus utilisés sur le compte de résultats pour évaluer la santé financière de l’entreprise. 

 

Lire plus : Qu’est-ce-que le Private Equity ? 

 

Broker :

Courtier en français. Il s’agit d’une personne qui a pour métier d’exécuter et d’enregistrer des ordres d’achat et de vente pour des particuliers. Ce sont des intermédiaires entre les clients et les grandes banques d’investissement. Ils ont à la fois un rôle de conseiller en investissement (sur conseils et recommandations des banques auxquelles ils sont rattachés), un rôle administratif (pour enregistrer et exécuter les ordres d’achat et de vente) et technique (pour analyser des portefeuilles clients). 

 

Obligations :

Les obligations sont des titres financiers qui sont émis par des entreprises dans le but d’emprunter de l’argent sous forme de dette. Une entreprise émet une obligation, qui est achetée par un créancier (souvent des banques) et doit ensuite lui rembourser avec intérêts, qui sont distribués sous forme de coupons une à deux fois par an. 

 

M&A (Mergers and Acquisitions) :

Fusions et acquisitions en français. Le M&A est une partie de la corporate finance qui représente la fusion de deux entreprises, ou l’acquisition d’une entreprise par une autre. Travailler en M&A, c’est prendre part à ces opérations en analysant combien une entreprise devrait être prête à payer pour acheter l’autre, sous quelle forme devrait se faire cet achat (dette, cash, actions, etc), en définissant les conditions et formes de l’opération.

 

Lire plus : Le M&A, c’est quoi exactement ?

 

Asset management :

Gestion d’actifs en français. Il s’agit d’une branche de la finance qui consiste à gérer et faire fructifier les fonds des particuliers qui confient leur argent à une société de gestion d’actifs. 

 

Private Banking :

Le private banking suit globalement le même objectif que l’asset management mais pour les clients les plus fortunés. Les conseillers en private banking doivent conseiller les propriétaires de grandes fortunes afin de leur permettre de diversifier et faire fructifier au maximum leurs actifs.

 

Gestion des risques

Risque de crédit :

Le risque de crédit correspond au risque, notamment pour une banque, qu’un client ne rembourse pas son emprunt en temps voulu. Afin de réduire ce risque, les banques font appel à des analystes qui doivent déterminer les conditions nécessaires à remplir pour éviter tout risque de non remboursement. 

 

Risque de marché :

Le risque de marché, comme son nom l’indique, correspond aux risques rencontrés par les parties prenantes des marchés financiers. Il s’agit, entre autres, des risques de pertes conséquentes pour les investisseurs.

 

Risque opérationnel :

Le risque opérationnel est le risque rencontré par les banques en réponse aux différents aléas du marché et des risques de non remboursement des emprunts. 

 

Lire plus : Finance : Le mode d’emploi pour intégrer le monde du Private Equity

Rédactrice en chef de Planète Grandes Ecoles et étudiante à TBS, j'ai à coeur d'aider les étudiants à mettre toutes les chances de leur côté pour réussir !