Le télétravail : vers une meilleure productivité ?

 Le télétravail : vers une meilleure productivité ?

Le télétravail est une assez nouvelle façon de travailler qui connait un véritable essor à travers la France, mais aussi toute l’Europe. Grâce aux technologies de l’information et de la communication, le télétravail permet aux salariés d’exercer leur activité en dehors des locaux professionnels. En France, jusqu’à l’avènement de la crise sanitaire due au Covid-19, le télétravail était relativement peu pratiqué en comparaison d’autres pays occidentaux. Pourtant, le télétravail apporte des les avantages et bénéfices certains autant pour les entreprises et les salariés que les territoires !

Et au moment fort de la crise récente, le télétravail battait son plein, même que la productivité du télétravail était saluée comme la planche de salut des économies au niveau mondial ! Selon une étude publiée en mars 2021 par l’Institut Sapiens, cette productivité du télétravail et notamment son efficacité a largement contribué à préserver plus de 200 milliards d’euros de PIB en 2020. Mais qu’en sera-t-il alors après la crise ? Pour nombreux, le télétravail a un impact positif non seulement sur les performances des entreprises et des organisations, mais aussi sur le développement durable et le bien-être. Le télétravail améliore le confort de travail, ainsi que les conditions et les temps de déplacement. Alors, télétravail et productivité font- ils réellement bon ménage ? Décryptage sur Planète Grandes Écoles !

 

Qu’entend-on par télétravail ?

Le Code du travail définit le télétravail comme toute forme d’organisation du travail, dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux, de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication.

Tout salarié de l’entreprise qui effectue, soit dès l’embauche, soit ultérieurement, du télétravail est qualifié de télétravailleur. En ce sens, la définition du télétravail permet d’englober différentes formes de télétravail puisqu’elle inclut, par exemple, le cas des salariés travaillant à domicile ou celui des salariés « nomades » qui peuvent travailler n’importe où avec les moyens adaptés, dans des espaces collectifs en dehors de l’entreprise.

Le télétravail est mis en place dans le cadre d’un accord collectif ou, à défaut, dans le cadre d’une charte élaborée par l’employeur après avis du comité social économique, s’il existe. En l’absence de charte ou d’accord collectif, lorsque le salarié et l’employeur conviennent de recourir au télétravail, ils formalisent leur accord par tout moyen. Cependant, le télétravail peut être imposé par l’employeur sans l’accord des salariés en cas de circonstances exceptionnelles ou de force majeure, comme cela a été le cas dans certaines entreprises durant le confinement.

 

Une réelle prise de conscience sur la productivité du télétravail pendant la pandémie

La crise sanitaire de la pandémie de coronavirus et les mesures de confinement qui ont été mises en œuvre dans le monde entier ont certainement imposé le télétravail comme la règle à tous les travailleurs qui pouvaient le mettre en œuvre. Cet épisode sans précédent a nécessairement entraîné des bouleversements qui pourraient être durables. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), depuis le printemps 2020, les entreprises ont été soumises à une « expérience forcée » à grande échelle : les secteurs d’activité, les entreprises et les employés qui disposaient de conditions technologiques, juridiques et de sécurité numérique adéquates ont poursuivi leurs activités tout en étant contraints à l’isolement physique. D’une part, plus de 37 % des Français l’ont alors expérimenté à cette occasion alors qu’ils étaient moins de 3% à travailler à domicile au moins un jour par semaine en 2017. D’autre part, beaucoup d’entreprises dont la culture était hostile au télétravail ont pu continuer à fonctionner tout à fait normalement pendant le confinement.

Selon l’Institut Sapiens, un think tank indépendant, cette forme de travail rend les salariés plus efficaces, puisque la productivité en télétravail des employés concernés a augmenté de 22% en 2020. Toujours selon l’institut Sapiens, tous les effets positifs du télétravail ont eu des conséquences économiques concrètes depuis qu’il s’est imposé aux Français en 2020. En permettant aux entreprises de poursuivre leur activité avec des gains de productivité, le télétravail aurait ainsi permis de sauvegarder entre 216 et 230 milliards d’euros de produit intérieur brut (PIB) en 2020.

 

Mais pourquoi le télétravail pourrait-il faire progresser la productivité ?

Les effets positifs du télétravail sur la productivité seraient dus à de nombreuses raisons. En premier lieu, la flexibilité et l’autonomie laissée au télétravailleur sur le choix du lieu de travail et de l’organisation entre vie professionnelle et vie personnelle conduisent à une plus grande motivation. Un employé épanoui, heureux dans son activité et qui est satisfait de son expérience professionnelle sera davantage efficace et productif dans son travail.

De même, le temps de trajet économisé peut être transformé en temps d’activité ou en temps de sommeil économisé, permettant aux salariés d’être aux meilleurs de leurs formes, d’autant plus qu’ils gagnent en sérénité dans le travail en évitant les temps et le stress des transports. En effet, nombreux sont les salariés qui arrivent sur leur lieu de travail en étant déjà fatigués, surtout dans les grandes agglomérations, après un long trajet où ils ont dû affronter le froid, la pollution, les embouteillages ou les transports en commun bondés, quand ce ne sont pas les grèves. Ils commencent leur journée de travail avec plus de stress et moins d’énergie que quand ils ont quitté leur domicile, en ayant perdu un temps précieux qu’ils auraient préféré utiliser autrement.

Par ailleurs, la diminution du nombre des réunions moins essentielles et chronophages qui nuisent à la productivité, ainsi que des distractions et perturbations parfois intempestives (telles que les pause-café, les déjeuners à rallonge, les bruits environnants…), est également mentionnée comme l’une des raisons majeures d’une plus grande productivité en télétravail.