fbpx

Le premier trimestre à l’ESSEC, une expérience professionnalisante unique

 Le premier trimestre à l’ESSEC, une expérience professionnalisante unique

Contrairement à la majorité des autres grandes écoles de commerce, à la rentrée en pré-master, les étudiants sont directement immergés dans des situations concrètes et dans le monde du travail, avant de commencer véritablement les cours au deuxième trimestre. Zoom sur ce premier trimestre particulier, made in ESSEC  Business School!

 

De nombreux séminaires donnant l’opportunité de travailler en groupe sur des sujets plus ou moins concrets

Début septembre, un premier séminaire « Prise de parole » est organisé pour les étudiants arrivant en pré-master : des ateliers ludiques sont mis en place, organisés par des professionnels, pour apprendre à poser sa voix, contrôler sa gestuelle, capter l’attention d’un public… un séminaire très décomplexant pour un début d’année, quand personne ne se connaît encore !

Le second séminaire est « Comprendre et changer le monde » : sous ce nom bien ambitieux, se cache un séminaire consistant à travailler en groupe d’une trentaine de personnes sur des thématiques variées, allant de la pollution plastique aux fake news en passant par le handicap. C’est l’occasion d’échanger avec des personnes extérieures à l’ESSEC, donc très enrichissant d’un point de vue humain, et de monter un premier projet présenté à l’ensemble de la promotion, avec l’objectif de gagner le prix de meilleur projet. Lors de ces deux semaines de séminaire sont aussi proposés des « Climate Days » pour sensibiliser les étudiants aux enjeux du changement climatique, autour d’ateliers par groupes, comme la fresque du climat.

Fin septembre, le séminaire « Les outils pour agir » propose aux étudiants de découvrir ou redécouvrir Excel. Cette formation express en 5 jours pour maîtriser le logiciel s’avère toujours utile dans la vie professionnelle, où la maîtrise d’Excel est vivement recommandée. Les étudiants ont, pendant cette semaine, des cas journaliers à rendre par binômes, et un examen final vient valider les acquis.

En octobre, le séminaire Wanderlust, réalisé dans une langue étrangère (anglais, espagnol ou allemand), consiste à découvrir l’environnement de Cergy. Pendant deux semaines, il s’agit d’aller à la rencontre de ses habitants et de son patrimoine, et ainsi de mieux découvrir la ville dans laquelle l’ESSEC est implantée.

Enfin, les deux derniers séminaires sont probablement les plus professionnalisants : le séminaire « BootCamp Startup Shaker » apporte une première expérience de l’entrepreneuriat. Cette expérience est très intense, puisqu’elle consiste à monter une entreprise en 2 jours et une nuit. Les étudiants peuvent bénéficier de l’accompagnement d’entrepreneurs qui apportent leur expérience dans le domaine. Après plusieurs phases de vote, les meilleurs projets sont présentés sur la scène du Dôme. Le dernier séminaire proposé est « Problem solving techniques » : cette fois, il s’agit d’une première expérience de conseil, en partenariat avec Accenture. Cette année, l’entreprise qui a sollicité l’aide des étudiants était Bouygues Telecom. Les meilleurs projets ont été présentés sur scène à Bouygues Telecom, et les représentants de l’entreprise ont élu le meilleur projet.

 

Les stages, un premier pas dans le monde professionnel

Un mois et demi seulement après leur arrivée en pré-master, les étudiants prennent part à leur première expérience professionnelle lors de l’ « Expérience terrain » : pendant un mois, tous les étudiants effectuent soit un stage ouvrier, soit un stage dans la vente, soit un stage dans le secteur associatif/social. La majorité d’entre eux sont affectés sur un des sites géographiques de leur choix, au sein d’une entreprise ou organisation partenaire de l’ESSEC (Nature et Découvertes, IKEA, Mondial Relay, Le Rocher, Emmaüs, la Jungle de Calais…). C’est pour eux l’occasion d’être immergés pleinement au sein d’une équipe et d’être confrontés à la réalité d’une organisation. Pour une première expérience professionnelle à l’ESSEC, les étudiants font donc un vrai stage d’exécution, où les prises de responsabilités sont limitées. Cette année, le déroulement de ce stage a été assez particulier, puisque le reconfinement a conduit certains étudiants à interrompre leur stage, ou modifier les conditions de son déroulement. À la fin du stage, les étudiants ont un rapport à rendre, constitué d’un journal de bord à remplir quotidiennement et d’une réflexion postérieure sur le sens du travail.

L’autre stage que les étudiants réalisent pendant ce premier trimestre est le stage Going Pro : pendant une semaine, les étudiants suivent le manager de leur choix dans leur quotidien, afin d’en découvrir un peu plus sur la vie d’un manager. Cela leur permet de se familiariser très concrètement avec le management et ses fonctions principales. Cette année, la crise sanitaire compliquant la possibilité de réaliser cette expérience de shadowing, près d’une trentaine de vidéos d’interviews de managers ont été mises à disposition des étudiants. Pouvoir visualiser ces vidéos est très inspirant pour découvrir de nouveaux métiers ou différents aspects de la vie d’un manager. À l’issue de cette expérience, les étudiants ont également un rapport à rendre sur ce qu’ils ont appris sur le management et sur ce que cette expérience a apporté dans leur propre ambition professionnelle.

 

L’entrée dans la vie associative

Au-delà de la dimension pédagogique, c’est aussi le moment des recrutements pour les associations. Entre gestion de projets sur le plus ou moins long terme, encadrement de l’équipe ou encore travail collectif, la vie associative s’avère très professionnalisante, surtout lorsqu’on s’y implique pleinement ! À l’ESSEC, le système des listes ne concerne que le BDE : pour toutes les autres associations, plusieurs phases de recrutement sont organisées dès le mois d’octobre (BDS, BDA, Mardis de l’ESSEC, JE en décembre…). Des bureaux peuvent même être élus dès ce premier trimestre, et certains étudiants, à peine recrutés, occupent donc des postes à grande responsabilité au sein de leurs associations.

Maiwenn Kerzerho

Étudiante en pré-master à l'ESSEC après deux années de CPGE ECE et rédactrice Mister Prépa et Planètes Grandes Écoles.