Actu’Politique : Macron face à une France ingouvernable ?

Actu’Politique : Macron face à une France ingouvernable ?

Pour cette première Actu’Politique, Planète Grandes Ecoles revient sur un mois de juillet particulièrement chargé : entre remaniement, premières discussions à l’Assemblée et anticipation de la trêve estivale, la vie politique française a été bien remplie. Rapide tour d’horizon.

 

Lire plus : Classement SIGEM 2022 : analyse 

 

Deuxième quinquennat Macron et premier remaniement 

Par décret, le 4 juillet 2022, le premier remaniement du 2ème quinquennat Macron a eu lieu. Tradition après les élections législatives, Madame Borne a d’abord procédé à un grand ménage estival : les ministres n’ayant pas été élu député sont partis du gouvernement (c’est le cas d’Amélie de MONTCHALIN, Brigitte BOURGUIGNON ; Damien ABAD ; Justine BENIN). 

De nouvelles figures sont alors venues compléter cette équipe de 42 personnes, vous pouvez retrouver la liste officielle ici.

 

Déclaration de politique générale 

Le mercredi 6 juillet, Elisabeth Borne s’est présentée face à la nouvelle Assemblée pour faire sa Déclaration de politique générale. Alors que les présidents des deux autres groupes de la majorité (Edouard Philippe et François Bayrou) la poussaient au vote de confiance, la Première Ministre n’est pas tombée dans ce jeu de dupes.
Pendant plus d’une heure, et devant une Assemblée pleine à craquer, elle a présenté les grands axes d’action de son gouvernement. 

Parmi les plus criants : aide au pouvoir d’achat / nationalisation d’EDF / projet d’égalité des chances et de souveraineté nationale. Elle a également annoncé vouloir faire avec les Français et avoir tiré les leçons des élections. 

« Ces dernières semaines, à quatre reprises, les Françaises et les Français se sont exprimés. Par le résultat des urnes, ils nous demandent d’agir et d’agir autrement.
Par leur message, ils nous demandent de prendre collectivement nos responsabilités. Nous le ferons. »

 

Confiance en berne des Français

Fin juillet, la popularité du Président de la République est au plus bas depuis mars 2020 avec seulement 37% d’opinions favorables. Pire, près de 33% des gens interrogés « n’approuvent pas du tout sa politique ». Bon début de quinquennat ! 

 

Une rentrée bien chargée en prévision…

Lors de son allocution télévisée du 14 juillet, Emmanuel Macron a présenté ses projets pour l’année 2022-2023, même sans majorité absolue, le PR a prévu une rentrée rythmée.
D’abord avec une loi travail afin de réformer le marché de l’emploi et en ligne de mire, les retraites. Première entrée en vigueur de la réforme des retraites prévue au printemps 2023, de belles négociations au Palais Bourbon en perspectives… 

Mais la rentrée sera aussi l’occasion de lancer une loi de sobriété énergétique. L’idée est de contraindre nos administrations et d’inciter nos entreprises a réduire leur consommation d’énergie ; la réduction des importations de gaz russe faisant peser de lourdes menaces sur notre résilience énergétique.


Mais première difficulté au sein de la majorité 

Dans la coalition de la majorité présidentielle « Ensemble ! », il y a de l’eau dans le gaz. Alors que la loi de finances rectificative 2022 est entrain d’être discutée à l’Assemblée, le parti d’Édouard Philippe – Horizons – a voté pour la première fois contre Renaissance (anciennement La République en Marche)  et le MoDem.
En effet, ce samedi 23 juillet, les députés d’Horizons ont voté aux côtés de la Nupes, des Républicains et du RN pour compenser aux collectivités régionales l’augmentation de 4% du RSA au 1er juillet. C’est donc 120 millions que devra reverser l’Etat aux départements… un trou dans la raquette. 

 

La loi sur le pouvoir d’achat, première victoire du quinquennat

Ces 4% d’augmentation du RSA s’inscrivent dans le premier texte adopté par la XVIème Assemblée de la Vème République. Après une semaine de débats houleux et de discussions nocturnes, les députés ont adopté en première lecture le projet de loi du gouvernement. 

Au menu : revalorisation des pensions de retraite et des prestations sociales de 4% ; élargissement de la « prime Macron » à hauteur de 3000€ ; rachat des RTT ; déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés…

 

La France et la mode 

Alors que les tenues des députés de la NUPES déferlent les critiques sur Twitter, certains parlementaires – Eric Ciotti en tête – réclament une obligation de porter la cravate dans l’hémicycle ; en écho, d’autres plaident pour une interdiction des costumes, jugés « trop chers ». Le règlement officiel de l’Assemblée stipule que « les tenues de ville sont autorisées ». Alors entre deux textes de loi, discutons mode. C’est peut-être ça le vrai débat démocratique finalement.

 

Rentrée politique : un RN sans Le Pen

Dernière réunion du conseil national du RN ce mardi 26 juillet, au menu des discussions le prochain congrès du Parti pendant lequel le Rassemblement National devra choisir son nouveau président. Marine Le Pen elle, se concentrant sur la présidence du groupe RN bien fournit à l’Assemblée. Pour la première fois depuis la création du Front National en 1972, le président ne portera pas le nom Le Pen…

Lire plus : le Directeur Général de  GEM quitte ses fonctions 

Etudiant à Neoma BS sur le campus de Reims- Membre du BNEM- Rédacteur PGE et Mister Prépa