Les labels RSE, le nouvel atout des cabinets de conseil !

 Les labels RSE, le nouvel atout des cabinets de conseil !

Entreprendre une démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises) est devenu un nouvel atout de séduction pour les entreprises. Ces dernières années, elles n’ont pas hésité à investir dans ce domaine à différentes échelles. De nombreux acteurs commencent à prendre en compte la nécessité de développer des politiques RSE au sein de leurs structures. Les cabinets de conseils semblent aussi prendre la même direction, on en retrouve de plus en plus qui l’intègrent au sein de leurs agences mais aussi dans l’accompagnement fait auprès de leurs clients respectifs. Pourquoi est-elle devenue un atout dans le milieu du conseil ?

Lire plus : Les demandes en RSE explosent sur le marché du travail


Qu’est-ce que la responsabilité sociétale des entreprises ?

La RSE est une démarche prenant en compte les nouveaux enjeux auxquels nos sociétés font face. On peut parler d’écologie ou de développement durable, mais il existe une multitude d’autres facteurs comme la gouvernance de l’organisation. Les raisons pour une entreprise, peu importe sa taille, d’entreprendre des actions dans ce cadre peuvent être motivées par la volonté d’améliorer son image de marque, ou d’entreprendre une réelle démarche éthique. Toutefois, être engagé sur ce plan s’avère être une arme efficace pour séduire les consommateurs et gagner en visibilité face à des concurrents directs. La RSE se divise en trois points importants : économique, social et environnemental. S’appuyant sur ces trois piliers, les entreprises peuvent mettre en place des actions, appuyées par des labels reconnus au niveau international.


Pourquoi les labels RSE sont des gages de qualité ?

Les labels existent pour donner du crédit à une démarche RSE au sein d’une entreprise. Ils sont variés, de sorte à avoir le plus de compatibilité avec les différentes structures. C’est une étape importante, apportant de la crédibilité auprès des acteurs externes et internes : consommateurs, employés, actionnaires, organismes gouvernementaux, médias…
L’objectif : montrer qu’une organisation a mis en place une stratégie conséquente, pour assurer une ligne de conduite respectueuse des humains, de l’environnement et de la société.

Pour obtenir un label, l’entreprise doit prendre contact avec des organismes tiers dédiés à la labellisation. La plupart des labels s’appuient sur la norme ISO 26000, établie en 2010 par l’organisation internationale de la normalisation. Elle est un outil aidant les entreprises à étoffer leur stratégie en se basant sur 7 points clé : la gouvernance de l’organisation, les droits de l’homme, les relations et conditions de travail, l’environnement, la loyauté des pratiques, les questions relatives aux consommateurs, les communautés et le développement local. Cette norme est utilisée par des labels fiables, elle est à la fois complète et reconnue au niveau international. Il existe d’autres normes comme la norme SD 21000 ou la GRI. Plus un label prend en compte de normes, plus il est exigeant.

Parmi ceux les plus rigoureux, on retrouve le label engagé RSE de l’AFNOR (association française de Normalisation). Il a la particularité de s’adapter à la taille des différentes structures qui souhaitent être labellisées. Il existe également des certifications, servant tout comme les labels à suivre l’intégration des mesures RSE dans le fonctionnement d’une entreprise. La principale différence entre un label et une certification est au niveau du suivi : les certifications sont moins formelles et exigeantes que les labels, ces derniers s’appuyant sur des normes plus rigoureuses. On retrouve les certifications Happy to work, UN Global Compact, B Corp et Ecovadis parmi celles les plus reconnues. Les labels et certifications apportent une crédibilité supplémentaire aux entreprises qui veulent entreprendre des actions dans ce sens. On observe parfois une course aux certifications, notamment dans le milieu des cabinets de conseil.


Labels RSE : une nouvelle distinction pour les cabinets de conseils

En tant qu’entreprise, une démarche RSE est bénéfique pour l’image de marque, et apporte une crédibilité supplémentaire dans le rapport entretenu avec les autres acteurs de l’écosystème professionnel. De plus, les cabinets étant dédiés à l’accompagnement d’autres structures, cette nouvelle différenciation est appréciée. Certains cabinets entreprennent des actions pour acquérir ces labels, entrant dans le cadre de leur démarche et représentant un nouvel argument face à leurs clients et leurs candidats, de plus en plus en quête de valeurs dans les entreprises qu’ils ciblent.
« Les labels sont un outil précieux de notre stratégie RSE, au cœur de notre métier depuis plusieurs années maintenant. Ils sont des facteurs de remise en question, d’amélioration pour aller vers toujours plus d’excellence en la matière. Par exemple, B Corp est un label international exigeant, de 200 critères internes, qui nous pousse dans une dynamique constante de progression », souligne David-Emmanuel Vivot, senior partner de Kea & Partners, sur le site Consultor.

La diversité des labels et des certifications permet à chaque cabinet de pouvoir s’adapter en fonction de leurs besoins. Parfois, ces labellisations sont accompagnées de mesures de fond, dans une optique de progression et de qualité d’accompagnement.

« Après notre labellisation EcoVadis – nous sommes dans le top 3 % de notre catégorie, nous sommes entrés dans une logique de certification B Corp depuis janvier dernier, un autre vrai label engagé qui nous pousse encore à élever notre niveau d’exigence. Nous partageons par ces labels cette démarche active de business à impact positif, car il nous paraît important de prouver à nos clients notre propre engagement. Cela devient également de plus en plus un critère pour les services achats des entreprises » souligne Florence Hirondel, manager RSE chez Vertone. Kearney a lui aussi opté pour la labellisation active. Le cabinet a décroché pas moins de trois labels environnementaux, EcoVadis, CarbonNeutral, CDP (ex-Carbon Disclosure Project), et participe à plusieurs référentiels mondiaux (Global Reporting Intitiative, World Economic Forum, Stakeholder Capitalism Initiative). Des marqueurs d’engagement forts pour ses clients.

Dans un milieu hautement compétitif, les cabinets de conseil cherchent à se démarquer de leurs concurrents. Pour cela, ils ont recours aux labels RSE pour renforcer leur notoriété et acquérir un champ de compétences supplémentaire, dans l’accompagnement proposé auprès des entreprises. La RSE devient alors un nouvel atout commercial et de communication, utile dans la jungle féroce du monde du conseil.