Rentrée politique : le gouvernement français prend un virage écologique

Rentrée politique : le gouvernement français prend un virage écologique

Dans cet article, nous détaillerons comment le gouvernement français tente de prendre un tournant écologique pendant sa rentrée politique.

Élisabeth Borne annonce un fonds vert d’1,5 milliard d’euros pour les collectivités locales

Ce samedi 27 août 2022 sera probablement une date significative dans la lutte contre le réchauffement climatique en France. La première ministre en exercice a annoncé la création d’un fonds vert atteignant les 1,5 milliards d’euros destiné aux collectivités locales. Ce fonds aura pour but de les aider à lutter contre le dérèglement climatique. Dans son discours, la première ministre souhaite accélérer la transition écologique de ces collectivités. Cela passe notamment par la réhabilitation de friches pour limiter l’étalement urbain, mais aussi par la rénovation de bâtiments publics. E. Borne cherche également à favoriser la nature en ville. Pour ce faire, elle évoque la création de parking relais en périphérie des villes afin de faciliter les mobilités douces et respectueuses de l’environnement intra-muros.

 

Le plan du gouvernement pour doubler la production française d’énergies renouvelables

Le gouvernement Borne a récemment annoncé la mise en place d’un projet de loi visant à accélérer la production énergétique renouvelable française. Ce projet « d’urgence » risque de susciter la polémique dans les jours à venir. Cette année 2022 fut difficile pour la France. Alors que la guerre en Ukraine a remis en cause la dépendance énergétique du pays, les sécheresses estivales ont poussé les Français à se rendre compte de l’urgence climatique. Ainsi, le gouvernement a décidé de mettre les bouchées doubles concernant les énergies renouvelables. Il propose notamment la création d’un calendrier dès la rentrée.

Lire plus : Actu’Politique : quels dossiers pour la rentrée ?

 

Simplifier et développer l’accès aux énergies renouvelables

Dans le projet de loi énoncé plus haut, le gouvernement entend simplifier les démarches administratives des développeurs d’énergie renouvelable. Il vise aussi à limiter les recours possibles des opposants à ces projets. Étant donné que les parcs solaires et éoliens prennent respectivement 5 et 7 ans à se construire, l’objectif est désormais d’aller beaucoup plus vite dans la réalisation de tels projets. Quitte à déroger aux règles de protection des espèces, les installations renouvelables doivent s’accélérer.

 

Un projet d’urgence temporaire

Le texte semble tout de même être une initiative d’exception dans la mesure où les circonstances sont exceptionnelles. Il devrait s’appliquer pour une durée de 48 mois. De surcroît, la réalisation de ce plan était une promesse qu’avait faite Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale. « Désormais, nous devons prévoir des mesures systémiques temporaires visant à rattraper, au plus vite, notre retard sur nos partenaires européens », assure le gouvernement Borne. Les documents seront présentés au Parlement en octobre. Affaire à suivre…

 

Borne répond à la question des jets privés

Interrogée sur le problème épineux des jets privés, la première ministre a prétendu qu’il ne s’agissait que d’une infime part de la pollution du monde de l’aviation. Toutefois, elle appelle les détendeurs de tels véhicules à limiter leurs activités pour lutter davantage contre la prolifération des gaz à effet de serre. Le texte sur les énergies renouvelables aura besoin de soutien en Europe, car il sera présenté au Conseil des ministres en septembre. Par conséquent, ce texte devra « répondre à l’urgence actuelle d’atteindre nos objectifs et d’améliorer l’indépendance énergétique du pays » selon E. Borne.

Lire plus : Actu’Politique : Macron face à une France ingouvernable ?

 

Borne ne ferme pas la porte à une taxe verte sur les profits des entreprises

Durant son discours, la première ministre a évoqué des « contraintes de bon sens » qui risquent d’être imposées aux entreprises sous réserve de validation du Conseil d’État. Concrètement, il s’agit de l’extinction des publicités lumineuses la nuit ou encore de la fermeture des portes lorsque les commerces sont climatisés ou chauffés. À cette initiative écologique, s’ajoute cette phrase significative prononcée par la première ministre durant son discours : « Je pense que le plus efficace et le plus concret pour les Français, c’est quand une entreprise, quand elle le peut, baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d’achat à ses salariés ».