Freelance, un statut qui séduit de plus en plus les jeunes diplômés

 Freelance, un statut qui séduit de plus en plus les jeunes diplômés

Face au nombre croissant de diplômés chaque année, le marché du travail tend à être de plus en plus difficilement accessible aux jeunes diplômés. Alors que le Bac +5 a longtemps assuré une employabilité certaine et un salaire élevé dès la rentrée dans la vie professionnelle, de nombreux diplômés sont déçus de leur premier emploi. Concrètement, toutes filières confondues, 87% des diplômés d’un Master trouvent un emploi 18 mois après l’obtention de leur diplôme. Notons que ce pourcentage monte à 95% pour les diplômés de grandes écoles. Or, dans un contexte où le recrutement est de plus en plus synonyme de contraintes et risques, de nombreuses entreprises se montrent réticentes à engager des jeunes à peine sortis de l’école. En effet, certains d’entre eux ne peuvent alimenter leur CV d’aucune expérience professionnelle, et tous sont très loin des « 2-3 ans d’expérience minimum requis ». Alors qu’on leur avait promis un poste de cadre dès la sortie de l’école, ils sont relégués à un poste avec moins de responsabilités pour leur permettre d’évoluer et d’apprendre dans l’entreprise. Par conséquent, certains diplômés préfèrent se lancer en tant que freelances peu de temps après leur graduation. Ainsi, ils deviennent leur propre chef, peuvent choisir leurs missions et adapter leur travail comme bon leur semble, tout en étant employé par les entreprises qui requièrent leurs services et doivent donc s’adapter à la demande des clients. 

 

Une volonté de travailler pour soi et de voir la concrétisation de son travail

Pour ces jeunes diplômés, un poste en tant qu’employé, avec des horaires strictes, une mauvaise visibilité sur l’impact de leur travail sur l’évolution de l’entreprise et un salaire pas nécessairement à la hauteur de leurs espérances est rédhibitoire. Ils décident alors de devenir freelances. En effet, de nombreuses entreprises préfèrent travailler avec des consultants extérieurs plutôt que d’engager elles-mêmes des salariés. Cela leur permet d’externaliser certaines missions ponctuelles ou spécifiques, sans pour autant avoir à former un nouvel employé ou le compter dans ses charges patronales. Pour les entreprises, ce type de contrat évite les risques liés à l’emploi d’un nouvel employé et comprend bien des avantages. Du côté des freelances, cela leur permet de travailler pour plusieurs clients qu’ils ont choisis et d’adapter leurs horaires de travail à leurs propres contraintes. Au passage, ils acquièrent de l’expérience qui pourra ensuite leur permettre d’être recrutés en CDI. De plus, de nombreuses personnes peuvent se sentir frustrées en commençant à travailler : on devient un rouage d’une plus grande machine et on ne voit pas la concrétisation de son travail. Les missions sont imposées, une certaine routine s’installe et le temps de cycle d’une mission est tellement long qu’on n’en voit rarement la concrétisation. Pour faire face à cela, travailler pour soi, en temps que freelance devient une option intéressante. On choisit ses missions, on a la possibilité de diversifier son travail et surtout, de suivre un dossier du début à la fin. Il s’agit donc d’une bonne façon de commencer à travailler, et surtout d’une bonne alternative à ce qui peut être proposé en début de carrière.

 

Devenir Freelance : une procédure simple, une expérience enrichissante

Pour devenir freelance, rien de plus simple ! Il suffit simplement de s’inscrire sur l’URSSAF en tant qu’auto-entrepreneur. Une fois votre dossier examiné, vous devenez officiellement auto-entrepreneur, et donc, freelance. Aujourd’hui, de nombreux sites existent pour les freelances. Ils font office de marketplace entre les entreprises qui recherchent des consultants et les freelances qui souhaitent trouver des clients. Parmi les plus utilisés, on peut citer Wizup, Fiverr, Upwork, ou encore codeur.com qui est la plateforme la plus utilisée pour trouver des développeurs web. Outre l’aspect professionnalisant d’un tel métier, les freelances doivent aussi apprendre à maîtriser tous les outils de communication, de marketing et devenir de véritables commerciaux pour se faire connaître. Ils deviennent donc de véritables community manager en développant leurs réseaux sociaux pour agrandir leur réseau de clients et de prospects. Ensuite, le marketing se révèle être le bon moyen d’analyser les marchés, et donc de cibler leurs futurs clients, et de vendre et faire connaître leurs produits ou services. Enfin, pour convaincre leurs clients de les choisir, l’aspect commercial doit s’imposer. Ainsi, un freelance est, non seulement, un spécialiste dans son domaine, mais aussi capable d’être performant dans tous les autres secteurs. De plus, il lui faut analyser le marché pour savoir quels services proposer, fixer le prix de ses prestations et réussir à manager son temps.

Devenir freelance en sortant de l’école est un bon moyen d’appliquer concrètement les différents concepts qui ont été étudiés en cours et de voir où l’on est le plus à l’aise. Bien que ce soit très coûteux en temps et en énergie, ce « premier emploi » peut, en réalité, être une des meilleures options pour les jeunes diplômés qui ne sont pas encore sûrs de leur orientation professionnelle et qui veulent engranger de l’expérience dans différents domaines.