La foodtech française Umiami lève 26,50 millions d’euros !

La foodtech française Umiami lève 26,50 millions d’euros !

Le 6 avril dernier, cette startup fondée en 2020 a levé près de 26,5 millions d’euros en série A. La plus grosse levée de fonds pour une entreprise de la Foodtech.



Lire plus : Sciences Po bloqué par des étudiants 


La plus grosse levée de fonds sur le marché des alternatives végétales.


Le créneau d’Umiami ? Les alternatives végétales à la viande. 

C’est une des startups de la Foodtech qui essaie de construire l’alimentation de demain en produisant des protéines alternatives, et notamment des filets de volaille végétaux. 

C’est un enjeu de taille sachant qu’aujourd’hui les 323 millions de tonnes de viandes produites partout dans le monde ont un impact significatif sur la pollution, la déforestation et le changement climatique de manière générale. En moyenne, l’élevage animalier rejette 14,50% des gaz à effet de serre mondiaux. 

Umiami promet : 

 

  • 2 fois de CO2 rejeté grâce à ses filets végétaux (10 fois moins pour l’alternative au boeuf)

 

 

Des fonds utiles pour la R&D

C’est de ce pari de s’engager pour la planète et l’alimentation qu’ont pris les deux fondateurs d’Umiami, Tristan Maurel et Martin Habfast qui ont observé que « les consommateurs sont de plus en plus conscients des problématiques liés à l’environnement, à la santé et au bien être animal ».

Aujourd’hui , ils ont annoncé vouloir consacrer la majorité de cet argent pour la recherche et le développement de nouveaux produits – et notamment, pour obtenir des steaks végétaux proches du gout et de la texture de la vraie viande. Mais également « à terme, nous allons pouvoir faire du boeuf, du porc, du cabillaud, du thon ou du saumon », annonce Tristan Maurel. Une révolution dans nos assiettes.

 

Lancement de la première usine en 2023 

Une échéance à court terme pour cette startup est également l’industrialisation. Aujourd’hui va être lancée en région parisienne, une usine pilote de près de 1000 m^2 afin de tester de nouveaux procédés industriels. 

En 2023, la startup ambitionne de lancer un site industriel de 10 000 m^2 afin de produire 15 000 tonnes de viande végétale par an. La promesse d’un passage à une production d’envergure.

 

Un modèle en BtoB 

C’est la différence majeure d’Umiami avec les autres acteurs de Foodtech actuels, l’entreprise a décidé de se concentrer exclusivement sur les entreprises de l’industrie agroalimentaire et de la restauration. Aucune vente directe pour les particuliers donc. Ce choix permet notamment d’éviter les coûts élevés liés au lancement d’une nouvelle marque et de produire directement à grande échelle. 

D’ailleurs, Martin Habfast, annonce que « dès aujourd’hui, nous avons des engagements auprès de clients sur plusieurs milliers de tonnes et sur plusieurs années ». 

Une entreprise à suivre, assurément. 

 

Lire plus : L’entrepreneuriat, une alternative au stage ? 

Etudiant à Neoma BS sur le campus de Reims- Membre du BNEM- Rédacteur PGE et Mister Prépa