Le rappeur Fianso débarque à l’ESSEC

 Le rappeur Fianso débarque à l’ESSEC

De gauche à droite : Fianso, l’intervieweur de l’association Essec&Bab Ossama Ramadan et l’intervieweuse des Mardis de l’ESSEC Inès Rabhi

L’association de débat Les Mardis de l’ESSEC et l’associaiton promouvant la culture urbaine ESSEC&Bab (E&B) conviaient le 29 septembre dernier le rappeur Fianso au sein de l’école dans la grande salle du dôme pour un débat aux enjeux sociaux et culturels dépassant souvent le seul cadre du rap et de l’industrie musicale et les clichés qui les entourent. L’occasion pour Les Mardis de l’ESSEC de faire montre de la diversité et de la richesse de sa programmation. Mais l’occasion aussi pour ESSEC&Bab de promouvoir le retour du Cergy Street Festival qui convie dans des concerts des grands noms de la scène rap chaque année au mois de juin. Kévin Couturier, étudiant en Master à l’ESSEC et Vice-Président Édito de l’incontournable association, nous aide à comprendre les valeurs et la visée Mardisiennes, lui qui a interviewé l’ancien Premier ministre et Maire du Havre Edouard Philippe en mai dernier.

 

Les Mardis de l’ESSEC, au cœur des débats depuis soixante ans

L’association Les Mardis de l’ESSEC organise depuis 1961 des débats avec les personnalités politiques, économiques et culturelles qui font l’actualité en France et dans le monde. « Son objectif principal est d’ouvrir le débat à tous – étudiants de l’ESSEC, Cergyssois, Franciliens… – et de participer à la vie des idées. La plus ancienne des tribunes étudiantes de France a reçu tous les Présidents et tous les Premiers Ministres de la Cinquième République à quelques exceptions près », indique Kévin Couturier. Plusieurs moments rythment chaque soirée de débat aux Mardis de l’ESSEC. L’invité arrive généralement en début de soirée et s’installe dans une loge spécialement préparée pour l’occasion.  Il y partage un moment informel avec les membres de l’association qui vont animer le débat. Commence ensuite le moment du débat dans le Grand Amphithéâtre de l’ESSEC (400 places assises) ou dans Le Dôme (800 places assises) avec l’entrée en musique et sous les applaudissements du public de l’invité, puis une courte présentation lyrique et décalée, qui ne manque pas d’adresser quelques piques à l’invité, réalisée par un ou deux membres de l’association avant que deux autres Mardisiens commencent à débattre avec l’invité pendant une heure et demie environ. Viennent enfin les questions du public. La soirée se termine par un cocktail avec l’invité et les membres de l’association. « Avec ces débats, Les Mardis donnent plus de temps et de hauteur à leurs invités qui, la plupart du temps, doivent se soumettre au rythme effréné de la vie médiatique. C’est aussi l’occasion pour nous de rester fidèle à la devise de l’association « Pertinents dans l’impertinence » et de ne ménager aucun de nos invités quand ils prennent place dans nos fameux fauteuils rouges… », nous rappelle Kévin Couturier.

 

Des invités hauts en couleur

L’année dernière, les Mardis de l’ESSEC, malgré les conditions sanitaires que nous avons connues, ont eu la chance d’accueillir, entre autres, Edouard Philippe, Premier minitre de 2017 à 2020, Olivier Véran, médecin et actuel Ministre des Solidarités et de la Santé depuis début 2020, Florence Parly, actuelle Ministre des Armées depuis 2017, ou encore Pascal Lamy, Directeur Général de l’Organisation Mondiale du Commerce de 2005 à 2013. La programmation des Mardis balaye l’ensemble du paysage politique français, allant de Yannick Jadot à Bruno Retailleau, en passant par Jean-Luc Mélenchon ou encore Bruno Lemaire. La diversité des invités ne se ressent pas seulement dans le paysage politique, l’association étant capable de recevoir à quelques semaines d’intervalles Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et Ministre de l’intérieur, Claire Waysand, économiste, directrice générale adjointe et secrétaire générale du groupe Engie, ou encore Nicolas Hieronimus, PDG du groupe L’Oréal. La venue du rappeur Sofiane ne fait que confirmer cette capacité des Mardis à installer des personnalités de tous les horizons dans ses fauteuils rouges.

 

Fianso à l’ESSEC

Fianso a délivré un freestyle à la demande d’un spectateur, offrant un moment unique aux 400 témoins

Les deux association Les Mardis de l’ESSEC et ESSEC&Bab (E&B) ont choisi pour ce débat de collaborer ensemble dans le cadre du Cergy Street Festival, événement qui se tient habituellement en juin et qui revient en 2022 après deux annulations. E&B invite lors de cet événement des rappeurs de premier plan à Cergy pour des concerts qui restent dans les mémoires. Le premier débat de la saison des Mardis n’a pas manque de remplir très rapidement la salle, bien avant l’arrivée de l’invité. Il faut dire que la soirée était attendue de tous, et pas seulement des étudiants de l’ESSEC – l’événement étant ouvert à tous.  » Pour lancer la saison 2021-2022, nous avons décidé d’innover « , explique Kévin Couturier.  » Si la majorité de nos invités sont politiques ou économiques, nous avons choisi de recevoir le rappeur Sofiane pour notre première soirée « . Ce débat original fut l’occasion pour Fianso de revenir sur son parcours laborieux, des tréfonds du rap français aux plus hautes marches du podium, de « l’infréquentable d’une culture infréquentable » à son dernier album La Direction. L’occasion aussi de prendre de la hauteur sur la figure du rappeur, de s’interroger sur son influence et son rôle dans la société : « La plupart des jeunes rappeurs sont des leaders d’influence qui s’ignorent ». Enfin, les deux intervieweurs Inès Rabhi et Ossama Ramadan ont examiné avec Fianso la place du rap dans la culture. Un sujet illustrant l’intérêt de la collaboration entre Les Mardis et E&B. Ces thématiques sont d’ailleurs explorées sur le site de l’association E&B Le Y-Grec – le site qui retourne Cergy (lien du site). Cette soirée de débat s’est conclue par des questions très pertinentes de la part du public sur l’image des banlieues renvoyée par les rappeurs (« La banlieue est victime d’un contexte et responsable d’une réaction ») ou encore sur la dissociation entre un artiste et son œuvre. « Ajoutez à cela un freestyle en live, des selfies avec le public et une couverture médiatique efficace et vous tenez sûrement la recette d’une soirée réussie aux Mardis », achève Kévin.

 

Les projets ambitieux à venir

La saison 2021-2022 sera d’abord rythmée par l’élection présidentielle à venir. Des acteurs de cette élection seront conviés. L’agenda politique n’est cependant pas la priorité absolue des Mardis de l’ESSEC : Kévin nous annonce l’organisation de « deux événements hors du campus de l’ESSEC. Le premier, Les Mardis à Paris, prenant la forme d’une demi-journée de tables rondes pour traiter un sujet sous différents angles. L’année dernière, le thème principal était La Liberté, qui fut traitée selon trois approches économiques, judiciaires et sociales. Nous avons eu la chance de recevoir, entre autres, Raphaël Enthoven, Philippe Aghion, Jean-Marc Daniel ou encore Hervé Temime. Le second événement, La Grande Tribune, est coorganisé avec sept autres tribunes étudiantes (HEC, Polytechnique, Centrale, ENSAE, Sciences Po, Dauphine et La Sorbonne) et prend la forme d’une journée d’intervention divers avec pour thème central l’égalité des chances ». La particularité et la richesse de l’événement tiennent dans le grand nombre de places réservé à des lycéens issus de quartiers défavorisés. L’actualité des Mardis et l’annonce des débats à venir sont à retrouver sur la page Facebook Les Mardis de l’ESSEC et en suivant sur Instagram @lesmardis. Les débats du mardi à l’ESSEC et les événements extérieurs sont à visionner en direct et en replay sur la chaîne YouTube Les Mardis de l’ESSEC !

 

Merci infiniment à Kévin Couturier pour sa contribution à la rédaction de cet article.

Voici le replay du débat des Mardis avec Fianso, monté par l’Association Vidéo ESSEC (AVE)