Est-ce possible d’entreprendre sans argent ?

Est-ce possible d’entreprendre sans argent ?

L’idée d’entreprendre est dans votre tête depuis longtemps mais malheureusement, vous avez peu ou pas d’argent. Ainsi, tout le monde s’imagine qu’entreprendre sans argent peut être une mission impossible. Pourtant, cela est possible même s’il est nécessaire d’avoir plus de méthode, d’anticipation et de persuasion.

Il faut savoir quand même qu’au premier semestre 2018, 13% des créateurs d’entreprise ont démarré leur activité sans aucun moyen financier (hors micro-entrepreneurs) selon Insee Première, Les créateurs d’entreprises de 2018, 29 septembre 2020. (ce qui est loin d’être négligeable…)

Ainsi, comment créer son entreprise sans argent ? Et surtout, est-ce possible d’entreprendre sans argent ?

Réfléchir à un business plan efficace est indispensable

Pour ouvrir une entreprise sans argent, l’attention apportée au business plan est fondamentale car c’est la feuille de route et la boussole du futur entrepreneur qui reflète une vraie réflexion sur le modèle économique et qui servira lors des demandes de financements auprès de banques et d’investisseurs. Ainsi le business plan doit impérativement :

  • Faire une synthèse de l’identité, de la raison d’être de la société et du processus de fabrication et/ou de création ;
  • Comporter une étude de marché
  • Expliquer en détail la stratégie de développement, les objectifs et évidemment les besoins de financement.

Le but est que le projet d’entreprise soit rentable dès son lancement pour être directement en capacité d’autofinancement sans dépendre de capitaux extérieurs.

Réaliser une étude de marché et un plan marketing précis

Comme pour toute création d’entreprise et encore plus lorsque l’on doit créer une entreprise sans argent, il convient de réaliser une étude de marché très précise. En effet, l’ensemble du projet entrepreneurial aura pour base l’étude de marché. Donc, le premier objectif sera de vérifier s’il existe une opportunité commerciale.

De plus, une étude de marché sert également à évaluer ce qu’attendent les consommateurs et les tendances majeures du secteurs (chiffre d’affaires du secteur, son évolution et les facteurs expliquent cela) ce qui permet d’estimer un potentiel chiffre d’affaires.

Une étude de marché permet d’identifier les acteurs du secteur (les concurrents, les fournisseurs éventuels, les acteurs publiques) avec la part des grands groupes, des indépendants et des franchisés au niveau national ou local avec l’offre proposée, le prix, le positionnement commercial et les produits/services vendus. Il ne faut pas non plus oublier d’analyser la réglementation de celui-ci.

Suite à l’étude de marché, il faudra réfléchir aux moyens mis en œuvre pour fidéliser et conquérir la clientèle selon la cible et le secteur (street marketing, campagne de presse locale, publicité sur les réseaux sociaux, création d’un site web).

Faire un budget prévisionnel pour recenser les besoins

Créer une entreprise sans argent se fait en anticipant au maximum les besoins humains et matériels. Par exemple, il faut recenser ce que vous avez déjà avec les outils de travail (ordinateurs, local, équipement spécifiques) ou le carnet d’adresse. Cela permettra de rassurer la banque et les investisseurs au moment de la demande de financement.

Par ailleurs, il faut vérifier que vous possédez les bons diplômes pour démarrer le projet souhaité, anticiper les futurs besoins en main d’œuvre avec le nombre de personnes, les profils idéaux, les horaires, les salaires et les compétences recherchées. De plus, même sans apport, il y a des frais fixes obligatoires comme l’assurance, le compte bancaire ou le terminal de paiement.

Il est important de faire ce recensement au sein d’un budget prévisionnel (compte de résultat, bilan prévisionnel, tableau des flux de trésorerie) qui permettra d’estimer précisément les montants engagés pour ces différents frais grâce à des devis faits auprès de plusieurs professionnels afin de comparer et de faire jouer la concurrence. L’objectif est d’estimer le montant de l’investissement initial et de savoir si le lancement de l’entreprise avec un capital faible ou inexistant est viable.

Enfin le budget prévisionnel se fonde sur l’étude de marché et le plan marketing pour quantifier les ventes prévisionnelles.

Choisir le bon statut juridique

Dans le droit français (sauf pour la Société Anonyme), on peut créer son entreprise sans capital social. Mais selon votre situation, certains statuts sont à privilégier par rapport à d’autres.

En effet, si vous êtes entrepreneur solo, le régime simplifié de la micro-entreprise est ce qu’il y a de mieux avec celui de l’entreprise individuelle ou de l’EURL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). L’avantage est son coût de création car l’inscription de l’activité au RCS est totalement gratuite.

Par contre, si le projet induit plusieurs associés immédiatement ou dans un futur proche, alors il est préférable d’opter pour une SARL (société à responsabilité limité), une SAS ou une SASU (société par actions simplifiée/société par actions simplifiée unipersonnelle). Cela permet de mutualiser les risques et de rassurer les banques avec un apport plus conséquent lors d’un emprunt.

Les sources de financement autres que les fonds propres

Plusieurs sources de financements existent pour pouvoir entreprendre sans argent ou presque. Il existe des aides et des subventions publiques pour créer son entreprise sans apport personnel comme les « prêts d’honneur » délivrés par des organismes comme Initiative France, Réseau Entreprendre, les régions ou les chambres de commerce et d’industrie.

Si vous êtes en situation de demandeur d’emploi, vous pouvez bénéficier d’une aide sous forme de capital avec l’Arce qui est l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise mais aussi du maintien de votre allocation chômage en même temps que le lancement de votre nouvelle activité avec l’Are qui est l’Aide au retour à l’emploi. Une autre solution qui n’est pas très connue est les financements européens car l’UE met en place certains prêts et microcrédits à destination des créateurs d’entreprises.

Mais il est aussi possible de demander à ses proches d’investir dans la création de l’entreprise structure en apportant une partie des fonds propres avec ce que l’on appelle la Love Money autrement dit « l’argent de l’amour ».

De plus, si votre entourage ne souhaite pas investir dans votre entreprise, vous pouvez faire du financement participatif (crowfunding) sous différentes formes que ce soit un appel aux dons, à de l’emprunt ou à du financement en fonds propres.

Un bon argument dans votre recherche de financement est d’expliquer que les contribuables français souscrivant au capital d’une PME peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt dont le taux a été majoré pour atteindre 25% pour les investissements réalisés entre le 9 mai 2021 et le 31 décembre 2021 (Cela a été prolongé en 2022). Les plafonds annuels de versements sont fixés à 50 000 euros pour une personne seule et à 100 000 euros pour un couple marié ou pacsé.

Sinon, la quête d’associés (attention à être sur la bonne longueur d’ondes !) pour entrer au capital est une solution efficace car cela augmente les fonds propres et apporte des garanties supplémentaires aux banques notamment dans le cadre d’un crédit bancaire même si d’autres éléments sont observés comme l’historique, le sérieux du futur entrepreneur (absence de découvert, prêt personnel payé) et surtout le potentiel commercial du projet (location de terminal bancaire, assurance, intérêt sur l’emprunt)

Enfin, pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter les sites suivants avec leurs moteurs de recherche qui permettent de voir les aides adaptées à chaque besoin (création d’entreprise, matériels, innovation) et les appels à projets et concours ouverts. :  https://aides-entreprises.fr/ (CMA France) ou https://les-aides.fr/ (piloté par les CCI).

Lire plus : Baby Genius 💛 Startups : le Wikipédia de l’entrepreneuriat !

Même si vous respectez bien l’ensemble de ces étapes et que vous êtes consciencieux et méthodiques, certaines situations sont plus propices à une création d’entreprise sans apport que d’autres notamment dans la plupart des activités de services avec des besoins en matériel moindre contrairement à une activité dont la création demande un investissement initial important (local, achat de mobilier, du stock initial).

Lorsque qu’il est nécessaire d’effectuer un investissement initial, les banques exigent un apport de façon quasi-systématiquement qu’ils soient de vous, de vos proches ou de d’autres sources de financement. Sachez qu’il faut souvent quelques mois pour constituer une clientèle et atteindre le seuil de rentabilité. Donc il faut avoir une trésorerie de départ ou un capital suffisant pour tenir pendant ce moment.

Au-delà du lancement de l’entreprise, il faut toujours avoir à l’esprit que votre entreprise doit disposer de moyens financiers suffisants pour être compétitive par rapport à la concurrence.

Lire plus : 5 conseils pour entreprendre lorsqu’on est étudiant