ESCP: Un séminaire de rentrée sous le signe du « Business & Sustainability »

 ESCP: Un séminaire de rentrée sous le signe du « Business & Sustainability »

Article co-rédigé par Florence PALMERO & Lina HRABI

 

Le séminaire « Designing Tomorrow »: Business & Sustainability s’est tenu à l’ESCP BS du 6 au 8 septembre 2021.

Les élèves de l’ESCP tout juste rentrés du SMAQ -le week-end d’intégration de l’école parisienne- se sont rendus dans leur campus avenue de la République pour découvrir leurs classes dans le contexte de ce séminaire. 

Composé d’ateliers de travail en groupe, de conférences et d’interventions d’experts dans l’objectif de former les managers de demain, ce séminaire ciblait les thèmes de “Business & Sustainability” pour sensibiliser les étudiants dès les premiers jours aux enjeux environnementaux.

 

DAY 1: Lundi 6 septembre

Les élèves n’arrivent pas totalement ignorants puisqu’ils doivent déjà rendre des résumés d’articles qu’ils avaient à lire en amont sur divers sujets environnementaux comme la “théorie du donut” de Kate Raworth ou Creating Shared Value de M.E Porter.

Après une brève présentation par classe, le séminaire s’ouvre sur une conférence d’un invité de marque, organisé par Aurélien Acquier responsable du séminaire et directeur de la chaire Economie Circulaire ainsi que l’association Tribunes. Jean-Marc Jancovici, polytechnicien fondateur de The Shift Project (think tank) et Carbone 4 (cabinet de conseil pour la transition écologique des grandes entreprises) livre un discours alarmant aux étudiants tout juste arrivés en école. 

 

Résumé de la conférence avec M. Jancovici:

« L’attention médiatique se concentre plus sur l’arrivée de Messi au PSG que sur le rapport du GIEC. » Telle a été l’introduction du conférencier qui souhaite montrer le peu d’importance qu’accordent les médias aux problèmes écologiques.

Il continue en s’attaquant clairement à l’énergie éolienne et solaire : selon lui, impossible de remplacer les énergies fossiles en 30 ans tout en maintenant la croissance. 

Pour preuve, il affiche un graphique montrant clairement un lien de proportionnalité entre production de pétrole et PIB mondial.

Le nucléaire serait une meilleure solution.

En conclusion, il insiste que « le changement climatique induira une limitation de la démocratie et des libertés individuelles »

Personne n’est laissé indifférent, certains disent avoir reçu “une claque nécessaire”, d’autres se disent effrayés par un discours si alarmiste et qui ne laisse entrevoir aucune possibilité d’amélioration prochaine. 

 

La fresque du climat:

Après cette conférence et un repas, les Scepiens (étudiants de l’ESCP BS) enchaînent sur l’élaboration de la fameuse fresque du climat en petits groupes, aidés de professeurs et d’étudiants de l’association écologique de l’école, NOISE. 

Lire plus sur les actions de NOISE à l’ESCP

Hydrocarbures, aérosols, permafrost, tous les sujets les plus obscurs du dérèglement climatique sont mis en lumière. 

La journée se termine avec un devoir en groupe : réfléchir à comment agir concrètement en tant que manager pour promouvoir le développement durable au sein de son entreprise.

Photo de Jeanne Marinello

 

DAY 2: Mardi 7 septembre 

La matinée du mardi se déroule à nouveau en classe, entre les présentations par les groupes de leurs réflexions et l’intervention d’anciens étudiants de l’ESCP qui se sont engagés par leur travail dans le développement durable.

 

Exemple d’ateliers par classe, Pandobac avec Anaïs Ryterband: 

Ancienne de l’ESCP, Mme Ryterband a créé avec deux centraliens une startup qui propose aux grossistes et fournisseurs une solution de livraison plus écologique et économique que les emballages jetables. Ses bacs de transport réutilisables et durables leur simplifient la vie, tout en participant à l’économie circulaire.

Ensuite, les étudiants devaient proposer, après un bref brainstorming, une stratégie de lancement d’un service B2C (Business to Consumer) pour les contenants consignés de Pandobac. 

L’exercice visait à poser les étudiants devant un cas concret d’entreprise actrice dans la transition écologique et les pousser à réfléchir sur un business plan qui s’y adapterait.

 

Simulation du comité de direction:

Sujet: Une entreprise de vêtements se retrouve dans un scandale à la Rana Plaza (des étiquettes sont retrouvées dans les décombres d’une usine de fabrication textile mal entretenue). La presse et l’opinion publique s’en emparent. Interpellés par cette crise, plusieurs membres du comité de direction s’interroge sur le modèle de croissance de c-Up

Chaque classe est divisée en groupes qui occupent chacun un département d’entreprise (RSE, Direction générale, Supply Chain, Finance, Marketing & Ventes). 

Après concertation de chaque groupes sur les positions à prendre pendant la réunion de comité, un débat a lieu entre les porte-paroles de chaque département pour arriver à établir la ligne de marche de l’entreprise pour le futur (changement de gamme, signature ou non de chartes responsables, investissements futurs…) 

Cet exercice a permis aux étudiants de se projeter dans des postes à responsabilité et de comprendre la difficulté de prendre une décision à plusieurs en entreprise pour sortir de la crise.

 

Conférence Carine de Boissezon et Bertrand Badré:

Après ces débats, une nouvelle session de conférences est organisée, avec cette fois-ci une alumni de l’ESCP aujourd’hui Chief Sustainability Officer chez EDF et l’ancien directeur de la Banque Mondiale aujourd’hui à la tête du fond d’investissement “Blue Like an Orange” qui vise à soutenir les projets à impact positif sur l’environnement notamment dans les pays émergents.

Les élèves y sont incités à orienter leur parcours d’études et leur future vie professionnelle vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. 

Si les pratiques n’évoluent pas, c’est à cause de ceux qui mettent leur intelligence et leurs capacités du côté des pratiques polluantes et non du côté de ceux qui luttent. 

Pour les deux anciens étudiants en commerce, la conclusion est plutôt différente de celle de Jancovici : les étudiants et notamment ceux en commerce ont les clés pour opérer un changement s’ils le désirent. 

 

DAY 3: Mercredi 8 septembre

La période de rentrée des Pré Masters avenue de la République s’achève sur une matinée de réflexion sur les enjeux du changement climatique et sur des choix de controverses environnementales à discuter avec les étudiants. 

En effet, bien que dès l’après-midi les scepiens commencent leurs cours officiels, le séminaire ne se termine pas ici. Designing Tomorrow continue à travers un travail de groupe important qui sera suivi jusqu’à Décembre par les professeurs. 

Les élèves devront approfondir les controverses choisies (voiture électrique, panneaux solaires etc) par des interviews et des recherches conséquentes pour rendre un travail d’une petite centaine de pages sur lequel ils auront une soutenance. 

Le meilleur travail de recherche gagnera d’ailleurs un prix de la Chaire Economie Circulaire et Business Models Durables de l’ESCP.