Eric Larchevêque (Ledger) : parcours, investissement et fortune

 Eric Larchevêque (Ledger) : parcours, investissement et fortune

Eric Larchevêque, cofondateur de Ledger et figure phare de l’émission « Qui veut être mon associé ? », est un serial entrepreneur et investisseur français.  

 

Un parcours riche et parsemé de succès

Né en 1973, il est diplômé d’ingénieure de l’ESIEE Paris avec une spécialisation en conception des architectures de l’information. A la sortie de l’école, il fonde sa première société : France Cybermedia, pour concevoir et héberger des sites web. En 1998, il crée Montorgueil, une société spécialisée dans la monétisation de contenu. Il la revendra 9 ans plus tard pour 22 millions d’euros.  

Dès 2004, il se lance dans un tout autre domaine, l’hôtellerie. L’entrepreneur aguerri ouvre en 2008 le Dodo Hôtel en Lettonie. En parallèle, il joue assidûment au poker au niveau international et remporte de grosses sommes avant de revenir vers sa passion première qu’est l’entrepreneuriat. En 2011, il fonde Prixing, un comparateur de prix de gammes de grandes consommation et lève 1,75 millions d’euros avant de revendre son projet. Avec la somme récoltée de cette vente, il crée en 2014 la Maison du Bitcoin (désormais Coinhouse). Cet espace physique est dédié à l’explication des technologies Blockchain et du Bitcoin. Les utilisateurs de cette crypto monnaies peuvent en acheter directement dans ce lieu emblématique. 

 

Ledger, la startup phare d’Eric Larchevêque

Après avoir mené un grand nombre de projets, Eric Larchevêque n’étant pas rassasié a décidé de s’associer avec Joël Pobeda (Chronocoin) et Nicolas Bacca (BTCChip) pour fonder Ledger en 2014. Cette société crée des solutions de sécurité pour crypto-actifs en proposant des supports physiques afin de lutter contre les tentatives de piratage lors des échanges. Cela s’apparente en réalité à des petits coffre-fort de crypto.

Originaire de Vierzon (Centre-Val de Loire) et très attaché à cette ville, Eric Larchevêque décide d’y installer le site de production de Ledge. Dans ces entrepôts sont fabriquées les technologies de sécurité basées sur la carte à puce et ressemblant à des clefs USB. Plus tard, Ledger ouvre des bureaux à San Francisco et lève 7 millions d’euros (2017) puis 61 millions (2018).

Avec le développement sans précédent des cryptomonnaies, les utilisateurs ont voulu de plus en plus sécuriser leurs avoirs. Ledger en proposant une solution physique se montre rassurant auprès des principaux concernés et gagne de nombreuses parts de marché. En 2017, la société vend 43 millions de produits (dont 1 million écoulés dans le monde).

L’objectif de Ledger est désormais l’entrée en bourse et la côte sur les marchés cryptographiques.

En 2019, il passe la direction de l’entreprise à Pascal Gauthier et devient Président du conseil d’administration.

 

Lire plus : Blockchain, Crypto, NFT et Métavers : comprendre les bases 

 

Fortune et Investissements

En 2021, Challenges évalue la fortune professionnelle d’Eric Larchevêque à 300 millions d’euros, le positionnant comme la 343e fortune française. 

Le serial entrepreneur est également un investisseur et diversifie ses actifs à travers ses activités de business angel (une personne physique qui décide d’investir une partie de son patrimoine financier dans des sociétés innovantes à fort potentiel).

Il a par exemple investi dans des assurances, des startups blockchain ou encore des sociétés de construction. A travers l’émission « Qui veut être mon associé ? », Eric Larchevêque s’est montré curieux et engagé en investissant tant dans le domaine du fertilisant organique, que des tentes modulables, des sports de glisse ou encore des produits hygiéniques éco-responsables. 

En 2021, il crée avec son épouse le fonds FEIL (Fonds Eric et inventa Larchevêque) dédié au financement de projets éducatifs. 

En février 2022, il cofonde ALGOSUP, une école d’informatique située à Vierzon qui forme des développeurs généralistes BAC+5.

Lire plus : Tout savoir sur « Qui veut être mon associé ? » : explications, investisseurs, objectifs