Enjeux des crypto-monnaies dans la guerre Russie / Ukraine

 Enjeux des crypto-monnaies dans la guerre Russie / Ukraine

Depuis des années, les crypto-monnaies sont peu régulées, voire non-régulées, dans certains États du monde. Le récent conflit ukrainien semble rebattre les cartes. Rapide tour d’horizon sur les enjeux pour les crypto-monnaies dans la guerre actuelle. 

 

Lire plus : Vers la fin des crypto-monnaies ? 

 

1.Quel rôle pour le Bitcoin ? 

Tout d’abord, rappelons que l’objectif premier du Bitcoin lors de sa création a été sa décentralisation, un réseau constitué de milliers, et aujourd’hui de millions, de serveurs dans le monde entier afin d’être transparent (grâce au livre blanc qui affiche toutes les transactions effectuées sur Bitcoin), sécurisé et décentralisé.

C’est à dire que personne ne peut contrôler l’émission de Bitcoin. Celle-ci a été prédéfini lors de sa création par Satoshi Nakamoto. Actuellement, il y a plus de 19 000 000 de Bitcoin émis sur le marché sur un total de 21 000 000 de Bitcoin. Ce total devrait être atteint d’ici plusieurs dizaines d’années.

Ce système est appelé un système déflationniste, contrairement au système bancaire actuel qui est inflationniste. Cela signifie que tous les jours, avec le système bancaire actuel, nous perdons du pouvoir d’achat avec nos monnaies, là où le bitcoin est créé pour nous en faire gagner.

 

2. Une monnaie qui dérange les Etats

Cette nouvelle technologie pose un gros problème à tous les États. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils n’ont pas le « contrôle » sur cette émission de Bitcoin – ils ne peuvent donc pas émettre comme bon leur semble du dollar, de l’euro et d’autres monnaies via les banques centrales comme la FED (FEderal Reserve (US)), la BCE (Banque Centrale Européenne (UE)) et d’autres…

 

3. Oui, mais quel rapport avec le conflit ukrainien ? 

Maintenant que le contexte est établi, abordons le sujet de la guerre Ukraine VS Russie.

La Russie est en train de légaliser le Bitcoin à la suite de son invasion en Ukraine. Les autres pays ne cautionnant pas cet acte ont mis en place de fortes sanctions comme l’interdiction bancaire SWIFT (qui est en négociation car la Russie est un énorme importateur de gaz pour l’Europe), gèle de comptes d’actifs aux US et dans d’autres pays. 

À la suite de ces annonces, le rouble a subi une chute historique de 35% en moins de 24 heures contre le dollar ; l’indice de référence Russe a lui aussi fortement chuté.

Pour « diminuer » les sanctions, la Russie passe désormais une partie de ses actifs et de sa monnaie ( le rouble) dans le Bitcoin, d’où la forte hausse de plus de 10% sur celui-ci le 28 février 2022. 

 

4. Le rôle des plateformes de crypto-monnaies

Les plus gros échangeurs (plateformes d’achat de crypto-monnaies en passant par de la monnaie (dollar, euro, etc.…)) de crypto-monnaies comme Binance, Coinbase et Kraken ont refusé la demande du vice-premier ministre ukrainien de bloquer tous les utilisateurs russes des grandes plateformes crypto.

Coinbase se justifie par le fait que cela « punirait les citoyens russes ordinaires », tandis que Binance a expliqué que cela « irait à l’encontre de la raison pour laquelle la cryptographie existe. » (CNBC / Bitcoin Magazine)

Pour résumer, si la Russie continue de transférer une partie de ses actifs dans le Bitcoin pour pouvoir sortir du système bancaire traditionnel et alléger ses sanctions auprès des autres pays, les États pourraient se servir de ce prétexte pour réguler de manière rapide et brutale les crypto-monnaies et casser la Russie. Ils pourraient imposer leurs propres monnaies numériques comme pour l’euro numérique ou le dollar numérique. Avec cette monnaie numérique, les États auraient toujours la main sur l’émission de monnaies souveraines, ainsi qu’une plus grande traçabilité sur tous les comptes des utilisateurs.

 

Cela pourrait amener des mouvements brutaux sur le marché des crypto-monnaies.

 

P.S. Rappelons que la force de la crypto-monnaie ce n’est pas l’actif, en soit, mais sa technologie à savoir, la Blockchain, un système décentralisé, sécurisé et transparent. 

 

Un article de Victor Thomson – Etudiant à Neoma BS – Fondateur de Dipheo.com

Etudiant à Neoma BS sur le campus de Reims- Membre du BNEM- Rédacteur PGE et Mister Prépa