EDHEC: Retour après un semestre d’échange à l’université Laval de Québec

EDHEC: Retour après un semestre d’échange à l’université Laval de Québec

Crédits : MRP

Grâce à l’EDHEC j’ai pu réaliser un semestre d’échange à l’université Laval de Québec au Canada. La Faculté des Sciences de l’Administration de l’Université Laval est considérée comme l’une des meilleures facultés de gestion du Canada. C’est la première université Francophone du Canada.

Elle a contribué à la formation de plusieurs dizaines de milliers de gestionnaire dans la région. Mon échange a commencé en janvier 2022 et s’est terminé en mai 2022. L’EDHEC possède un partenariat avec cette université qui permet d’envoyer des élèves en Pré-Master, en Master 1 pour un semestre mais aussi en Master 2 pour un double diplôme.

 

Lire plus : Comment bien choisir la destination de son échange universitaire ? 

 

Les préparatifs du départ

Dans un contexte encore flou avec l’épidémie, j’ai postulé en septembre 2021, lors de ma rentrée à l’EDHEC pour participer à l’échange. Les réponses ont été données en octobre 2021 et c’est l’université Laval qui m’a été attribuée. Comme je restais sur le territoire pour moins de 6 mois, je n’avais pas besoin de faire de VISA. Heureusement, car les délais pour avoir un VISA au Canada sont assez longs.

Seule chose demandée pour rejoindre le territoire : l’AVE qui coûte 7$ canadiens et est fournie en quelques heures. La montée du nombre de cas de COVID au moment des fêtes de fin d’année a bien faillit menacer mon départ pour le Canada.

 

Trouver un logement n’a pas été très difficile. J’ai pris une colocation dans une maison pas très loin de la faculté que j’ai trouvé sur un groupe Facebook. Quant à mes 2 camarades qui partaient aussi à Laval, elles ont opté pour les résidences de la Faculté.

De même, la sécurité sociale française possède un partenariat avec la Régie d’Assurance Maladie du Québec, ce qui permet de profiter du régime d’assurance québécois pendant la séjour : la seule démarche à faire est de compléter le formulaire SE-401-Q106.

 

Enfin, il faut savoir qu’il existe des bourses qui permettent de financer une partie du voyage. L’EDHEC offre une bourse pour les étudiants qui partent en échange. La région Nord donne aussi une bourse appelée « MERMOZ » pour les départs à l’étranger. 

 

Lire plus: Comment bien choisir la destination de son échange universitaire ?

 

La vie à Québec

L’université se situe à l’ouest de la ville de Québec à 3h de Montréal. Au moment où je suis arrivé au Canada, le pays connaissait une forte période d’inflation, faisant grimper les prix et rendant la vie aussi chère, si ce n’est plus qu’en France. En contrepartie, le loyer était assez faible par rapport à ce que nous connaissons dans les grandes villes françaises.

Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’au Canada les prix sont affichés en HT et que bien souvent le pourboire n’est pas inclus dans les prestations de service. Pour ce qui est de travailler sur place, il faut cette fois-ci un VISA (le visa étudiant permet de travailler à temps partiel).

 

J’étais dans la partie francophone du Canada, ainsi je n’avais pas la barrière de la langue, même si parfois il était difficile de comprendre certaines expressions québécoise. Les gens sont très agréables et toujours prêts à aider en cas de problème. De plus, on se sent assez facilement en sécurité lorsqu’on se promène dans les rues aussi bien de jour comme de nuit.

Je suis arrivé en plein hiver, par conséquent j’ai pu profiter des paysages enneigés du Canada. L’université nous avait proposé pas mal d’activités d’hiver qui ont dû être annulées par les mesures gouvernementales de lutte contre le coronavirus (sortie en groupe interdites, couvre-feu à 22h au mois de janvier,…). L’association d’accueil des étudiants étrangers s’est pourtant bien rattrapé à la levée des restrictions et nous a proposé des sorties (Visites, découverte des cabanes à sucre,…).

 

Lors du choix des cours, nous avions en Pré-Master cinq cours à choisir parmi des cours en distanciel, en présentiel, hybride ou comodal  (nous avions à disposition le cours ou des replays qui permettaient de s’organiser comme nous voulions). J’ai opté pour rassembler mes cours sur le moins de jours possibles. Donc, je pouvais partir découvrir le Canada tous les week-ends.

 

Lire plus: Comment bien choisir la destination de son échange universitaire ?

 

La vie d’étudiant en échange

Arrivé au Canada, j’avais envie de découvrir le plus de choses possibles, et visiter beaucoup d’endroits. Ainsi, avec les 2 autres étudiants de l’EDHEC, nous avons beaucoup voyager au Canada pendant les week-end et la semaine de vacances (« Reading Week » pour les Canadiens). Tous les week-end nous essayions de découvrir une nouvelle ville : Saguenay, Ottawa, Trois-Rivières, Toronto, Montréal, Vancouver, etc.

Il a été assez facile de voyager car nous avions regroupé nos cours sur deux jours de la semaine. De plus, les covoiturages pour rejoindre Montréal  sont nombreux !

 

Nous avons aussi fait quelques voyages aux Etats-Unis, comme beaucoup d’autres étudiants français en échange au Canada. Par exemple, il existe des bus de nuit qui font Montréal-New York en 7h de route. De plus, l’aéroport de Montréal est un aéroport international qui permet de voyager dans des villes américaines à un prix assez faible. Pour traverser la frontière des Etats-Unis, il faut simplement avoir l’ESTA qui coute quelques dollars et quelques jours d’attente.

En parallèle, il fallait quand même valider les crédits pour pouvoir valider son semestre. Les cours étaient assez faciles et les professeurs étaient surtout là pour aider les élèves. En fournissant un travail régulier mais pas forcément intense, il est assez facile de valider ses matières.

Les quizz hebdomadaires  et les quelques travaux de groupes permettaient de compenser les notes un peu moins bonnes des partiels. Mais il faut bien faire attention, car pour valider, il faut non pas avoir 10/20, mais bien 12/20 !!

Si certaines universités étrangères peuvent être payantes, il faut savoir qu’il s’agissait, dans mon cas, d’un échange académique. Ainsi, l’EDHEC prenait en charge les frais de scolarité.

 

Bilan

Cette expérience restera gravée à toujours dans mes souvenirs, l’opportunité que m’a offerte l’EDHEC est juste incroyable. Cet échange a été une expérience académique et humaine inoubliable. Le Canada n’a jamais été une destination de prédilection et pourtant j’ai découvert ce magnifique pays. Aussi, j’ai découvert des personnes extraordinaires, fait des découvertes incroyables, vu des paysages époustouflants et j’en passe.

Si je devais vous donner un conseil , surtout, il ne faut pas perdre de temps et profiter de chaque jour ! 4 mois c’est à la fois long et très court. Si vous aimez découvrir de nouvelles villes, vous pouvez partir tous les week-end en exploration, si vous aimez découvrir de nouvelles cultures, vous pouvez vous intéresser aux pratiques du pays, si vous voulez pratiquer des sports locaux, allez-y !

 

Lire plus: En échange à Moscou, elle est rapatriée d’urgence à cause de la Guerre