E-Réputation : le critère caché du recrutement !

 E-Réputation : le critère caché du recrutement !

L’e-réputation ou réputation en ligne, c’est l’image que vous véhiculez sur Internet et les réseaux sociaux. Les éléments découverts peuvent jouer en votre faveur ou contre vous. Lors du processus de recrutement d’un candidat, de nombreux paramètres rentrent en compte : les diplômes, le lieu de résidence ou encore la personnalité. Ces critères peuvent varier en fonction du secteur d’activité, du pays… Néanmoins, ils sont internes et inconnus du grand public, surtout des candidats. Une étude de RegionJob, parue en 2018, révélait que 83 % des recruteurs effectuaient des recherches sur les candidats, avant chaque entretien. Zoom sur l’analyse de vos réseaux sociaux par les entreprises et de comment vos réseaux sociaux influent sur les décisions d’un recruteur au moment de vous embaucher.

Lire plus : Personal branding, construire et promouvoir son image sur internet


Bad buzz et réseaux sociaux

Emmanuel Macron représente la France lors de ces déplacements à l’étranger, de la même façon, un employé représente son entreprise notamment sur les réseaux sociaux. Elles accordent une importance particulière à leur image, a fortiori les grands groupes. Chaque employé, à défaut de véhiculer les valeurs de l’entreprise, doit veiller à ne pas entacher sa réputation par des actions isolées hors du cadre professionnel. Vérifier en amont les antécédents des candidats est courant, la particularité des réseaux est qu’Internet n’oublie rien. Si aucune action n’est entreprise pour maîtriser sa communication, les recruteurs peuvent trouver des informations parfois banales, mais préjudiciables dans le cadre d’une embauche.

La principale raison derrière ses investigations est la volonté d’éviter un bad buzz. Préjudiciable pour l’image de marque, il engendre aussi des pertes économiques que les entreprises veulent à tout prix éviter. Malheureusement, ils existent encore et le Slip Français en a été une victime. L’entreprise Le Slip Français a renvoyé des employés accusés d’avoir fait des blacks faces, à la suite de la publication d’une vidéo, au contenu raciste postée sur les réseaux sociaux, dimanche 3 janvier. Ils ont été reconnus le visage peint en noir. Sur Twitter, les internautes ont appelé au boycott de la marque à travers l’hashtag #boycottSlipfrançais. Cette affaire a fait parler dans les médias et sur les réseaux sociaux, à travers les voix d’internautes anonymes ou de personnalités comme Dominique Sopo, président de SOS Racisme.


Comment votre e-réputation est-elle analysée ?

Au-delà du jugement que l’on peut faire de cet acte, l’impact médiatique a été négatif pour cette entreprise et ses partenaires. Sans forcément commettre ce genre d’erreurs, votre candidature peut être écartée à cause de l’image que vous renvoyez sur vos réseaux sociaux personnels : posts de photos en soirée trop récurrents, partages de vidéos violentes fréquents, présence beaucoup trop importante… Une entreprise très exposée médiatiquement veut éviter qu’on parle d’elle, et va avoir tendance à choisir des employés discrets sur les réseaux. À l’appréciation des recruteurs, vous êtes jugés plus ou moins aptes à renvoyer une bonne image de votre entreprise auprès de publics extérieurs.

Une pratique répandue dans les sociétés anglo-saxonnes est de faire appel à des spécialistes dans l’investigation. Ces prestataires vont fouiller tous vos antécédents et relever les contenus discriminants selon les directives des entreprises. Des logiciels vont parcourir vos comptes et déceler chaque post. S’ils sont jugés sensibles, l’intelligence artificielle le relèvera. En plus des logiciels, des personnes sont susceptibles, les logiciels ne pouvant pas saisir certaines subtilités comme l’ironie ou l’humour. Cette « double vérification » est dans l’intérêt des candidats, le point de vue d’un logiciel seul n’est pas viable à l’heure actuelle.

En France, bien que le sujet soit peu abordé, ces pratiques existent. A minima, les services de
ressources humaines vous scrutent, cette procédure va leur donner un aperçu de qui vous êtes à travers votre communication sur vos réseaux sociaux. Chaque potentiel embauché doit pouvoir s’intégrer dans le cadre de l’entreprise, voilà pourquoi elles n’hésitent pas à faire beaucoup de recherches en amont.


Nos conseils pour soigner votre réputation numérique

Il existe des bonnes habitudes pour soigner son e-réputation, en voici quelques-unes : 

  • Cherchez votre nom et prénom sur un moteur de recherche. Ce sont les premières informations qui vont remonter auprès des recruteurs. Si nécessaire, effacer les données compromettantes en faisant appel à des agences ou en contactant les sites hébergeurs.
  • Veillez aux contenus indésirables. Si un de vos contacts publie des données gênantes sur vous, demandez-lui immédiatement de les retirer.
  • Soignez votre référencement. Les recruteurs utilisent systématiquement les moteurs de recherche avant de recruter un candidat. Réfléchissez donc aux mots-clés que vous employez pour parler de vous, notamment sur Twitter ou LinkedIn.

Les réseaux sociaux sont comme une seconde identité numérique. Chaque internaute a la liberté de publier ce qu’il veut, cependant internet est un livre ouvert que tout le monde peut lire. Dans le cadre d’une recherche d’emploi, chaque parole est scrutée et peut jouer en la défaveur du candidat. C’est pourquoi il est important d’avoir un regard plus responsable sur l’utilisation de ces outils, qui peuvent agir comme une épée à double tranchant.