« 1 Jour, 1 Start-Up », le web média qui présente les pépites de demain

 « 1 Jour, 1 Start-Up », le web média qui présente les pépites de demain

Rencontre avec Matteo, co-fondateur de 1 jour 1 Start-Up, qui présente chaque jour des start-up ainsi que leurs business models pour vous donner les meilleurs tips d’entrepreneuriat.

 

Bonjour Matteo, peux-tu te présenter ? 

Je suis étudiant à Montpellier Business School et actuellement en année de césure avant de commencer mon master 1. Au cours de cette année, je réalise des stages dans l’univers bancaire, mais surtout, je développe un web-média qui s’appelle 1 jour 1 start-up avec 3 amis.Nous étudions chacun dans un domaine différent (communication, Sciences-Po, droit) et on s’est rencontrés tous les 4 en prépa B/L, une classe préparatoire assez particulière qui a permis de nous forger un profil très polyvalent.


1 jour 1 Start-up, c’est quoi ? 

« 1 Jour, 1 Start-Up » est un web-média qui présente du lundi au vendredi une start-up qui bouscule son marché. Le lundi est dédié aux grosses start-ups ( Vinted ), mardi c’est une start-up outil qui vous aide à lancer votre entreprise( Stripe ), mercredi une start-up consacrée aux jeunes ( Brut.), jeudi une start-up éthique et responsable (TooGoodTooGo) et vendredi un coup de cœur.

Chaque jour nous décryptons le business model d’une start-up en essayant de cerner ce qui a permis sa réussite. Nous publions aussi d’autres formats pour inspirer les jeunes entrepreneurs et leur donner des outils pour créer leur entreprise.

Dans une approche plus réaliste, 1 Jour 1 Start-Up combat les vendeurs de rêve et entrepreneurs YouTube. Nous vous proposons de vrais sujets pour alimenter votre réflexion et votre créativité.

 

Quel est ton objectif avec cette entreprise ?

Mon objectif est bien sûr de promouvoir l’entrepreneuriat et de partager les meilleures pratiques des start-ups. 

Nous voulons donner une approche pragmatique pour désacraliser l’entrepreneuriat, stimuler l’imagination, et partager les bonnes pratiques pour permettre aux jeunes de se lancer. En plus, la période est assez dure pour les étudiants et pour ma part l’entrepreneuriat est un vrai moyen de reprendre espoir en l’avenir.

 

Pourquoi avoir lancé ce projet ?

Je souhaitais en apprendre plus sur l’univers des start-ups. Je suis quelqu’un de très curieux et j’ai une vision très personnelle de l’apprentissage.  À la manière dont les grands écrivains sont avant tout des grands lecteurs, je souhaite moi aussi avoir vu le plus de business models possibles pour avoir une vision assez large de l’univers dans lequel j’évolue.

 

L’entrepreneuriat, une première pour toi ? 

Non et d’ailleurs heureusement : 1 jour 1 start-up, c’est un projet qui demande un travail quotidien et heureusement, j’ai déjà acquis la discipline de l’entrepreneur dans mon précédent projet. L’année dernière, j’ai lancé une première fois une entreprise autour de l’accompagnement des étudiants au Royaume-Uni post Brexit. Cependant ce projet ne me passionner pas, mais une vraie opportunité de marché existe.


Le quotidien d’un entrepreneur-étudiant ?

C’est le meilleur des quotidiens, on ne s’ennuie jamais.  Bien sûr, il y a des sacrifices, mais on avance deux fois plus vite dans notre vie.  Je poursuis un stage en parallèle de mon projet et je pense que le plus important, c’est de bien différencier les moments où il faut travailler sur son projet et le moment où il faut bosser ses cours. L’entrepreneuriat te donne une grande liberté intellectuelle, te permet d’apprendre des choses en dehors de ton cursus.

 

Comment vois-tu 1 jour 1 Start-up dans les mois, années à venir ?

Notre ambition est de devenir un incontournable du monde des start-ups. On aimerait pouvoir lancer des programmes pour aider les étudiants à lancer leur start-up et les accompagner à chaque étape grâce à notre communauté. Dans les années à venir, on espère pouvoir devenir la plus grosse communauté de jeunes entrepreneurs et donner de la visibilité aux nouvelles start-ups.

 

T’inspires-tu des rencontres que tu fais avec les entrepreneurs pour mûrir tes projets ?

Complètement, chaque entrepreneur a un parcours singulier et nous partage les difficultés rencontrées, lorsqu’il a lancé son entreprise. Je me rends compte que le succès d’une start-up tient beaucoup au caractère et à la force de son fondateur. Finalement, les personnes qui réussissent sont celles qui ont su s’accrocher à leur projet.

 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaiteraient entreprendre ?

Le premier conseil est de ne pas rester trop longtemps dans une phase d’analyse et de réflexion. En réalité, il faut structurer au plus vite un plan d’action pour éviter tout abandon précoce. 

Ensuite, je lui conseillerais de tester son idée sous la forme la plus minimaliste possible. Il faut bien entendu en parler autour de soi pour voir l’avis de clients potentiels.

Enfin, je lui dirais de venir nous suivre sur LinkedIn et Instagram s’inscrire sur notre newsletter pour s’inspirer des stratégies des start-ups qui ont réussis.